Vous êtes ici >>

Roadtrip 4×4 en Namibie

Pour mon troisième voyage en Namibie, j’ai opté pour un roadtrip en 4×4 avec tente de toit. Je suis parti à la fin de la saison des pluies en mars et j’avais booké le voyage en septembre en pleine pandémie de Covid-19. C’est d’ailleurs ce qui m’avait poussé à prendre l’ « assurance vacances » d’Allianz voyage pour me couvrir si je venais à être positif au Covid-19.

Deux jours avant le départ, la Namibie lève finalement les restrictions pour les français : plus besoin de test PCR pour les voyageurs ayant un schéma vaccinal complet. La situation pouvant évoluée, je vous invite à vérifier les conditions d’entrée auprès du ministère des affaires étrangères de votre pays, rubrique Conseils aux Voyageurs pour les français.

Ce roadtrip en 4×4 en Namibie s’est orienté principalement à la découverte de la faune. Let’s go pour cette nouvelle superbe aventure.

Daan Viljoen Game Park

Première étape de notre roadtrip en 4×4, le Daan Viljoen Game Park situé à seulement 25 km à l’ouest de Windhoek. Après le vol, l’idée n’était pas de nous lancer dans des kilomètres inconsidérés ni de dormir dans la capitale. Nous voulions notre coin de nature dès notre arrivée.

Daan Viljoen Game Park se trouve au cœur des collines du Khomas Hochland. Contrairement à ma première venue, c’est très vert. Il pleut d’ailleurs à notre arrivée. Les autruches traînent toujours autour du camping. Un mâle est même assez agressif avec les visiteurs. On fait une petite balade à pied le premier jour et on organise le 4×4 pour la suite du voyage.

Le lendemain, on réalisera notre premier safari sur la piste 4×4 de la réserve longue de 6,5 km. L’occasion de voir nos premiers gnous, bubales, girafes et quelques oiseaux. Daan Viljoen n’est pas une étape indispensable mais permet d’être directement en contact avec la nature tout en étant proche de Windhoek.

Le Damaraland

J’ai un amour profond pour les paysages désertiques du Damaraland. Il était impensable pour moi de ne pas y retourner lors de ce roadtrip en 4×4 en Namibie.

Spitzkoppe

Premier arrêt dans le Damaraland, le camping de Spitzkoppe. C’est sans aucun doute, l’un des plus beaux sites de Namibie et c’est l’un des campings en Namibie à faire absolument. Les emplacements sont espacés. C’est sauvage et parfaitement intégré dans le paysage. A notre arrivée, nous sommes sous l’orage. Puis, d’un coup de baguettes magiques, les nuages disparaissent laissant place à un ciel dégagé pour le coucher de soleil. Splendide comme toujours.

Mowani campsite et Twyfelfontein

Le jour suivant, nous rejoignons le Mowani Campsite après 4h de superbes pistes. On s’installe au camping, lui aussi bien aménagé et avec de jolies vues. On ira manger au lodge voisin et on assistera là aussi à un superbe coucher de soleil.

Le lendemain, les gravures rupestres de Twyfelfontein sont au programme. Le site en compte plus de 2500. Elles datent d’environ 6000 ans et ont sans doute été réalisées par des chasseurs San. Là, on trouve une girafe, ici un lion.

Palmwag

La route est courte mais superbe pour se rendre à Palmwag. Nous passons par des pistes peu empruntées. Soudain, nous arrivons sur le bord d’une rivière, l’Aba Huab. Le niveau d’eau est assez haut. Nous hésitons à passer. Un gars nous voyant nous donner des indications pour traverser. Un 4×4 traverse la rivière. Nous l’observons attentivement et traversons la rivière dans la foulée en mettant le véhicule en position 4×4 Low. Ouf, on est passé. Vaut mieux car l’assurance ne fonctionne pas si on plante le 4×4 dans une traversée de rivière 🙂

La concession de Palmwag se situe à la limite entre le Damaraland et le Kaokoland, pays des Himbas. D’une superficie de 5500 km², elle est  constituée de paysages désertiques peuplés d’animaux sauvages : zèbres Hartmann, girafes angolaises, oryx, koudous, lions, guépards, léopards ainsi que rhinocéros noirs et éléphants du désert. J’espérais pouvoir voir les rhinocéros et les éléphants mais les différents safaris avec la concession ne m’ont hélas pas permis de les observer.

La densité de la faune n’est pas très importante mais les paysages sont vraiment splendides. Je pense y retourner pour m’engager plusieurs jours durant dans la concession et rejoindre la rivière Hoanib. L’accès était fermé lors de mon passage à cause des fortes pluies qui ont précédées ma venue.

Safari à Etosha

La majorité des voyageurs restent deux ou trois jour à Etosha. On y est resté une semaine. On a exploré le parc national d’ouest en est, tous les matins et les fins d’après-midis à la recherche de la faune, mammifères comme oiseaux. Ce qui me frappe par rapport aux fois précédentes, c’est que tout est vert.

Malgré la hauteur du bush, on a pu faire de belles observations de lions, guépards et chacals à chabraque. On a même pu observer un caracal et bien entendu de tous les herbivores inimaginables comme la girafe, le zèbre des plaines, le rhinocéros blanc et noir, le springbok, le bubale, le gnou ou encore l’impala à face noir. Les troupeaux d’éléphants avaient migré vers le nord est d’Etosha. Nous n’avons rencontré que des mâles solitaires.

Côté ornithologie, on a aussi été gâté. C’est même une excellente saison pour l’observation des oiseaux. L’outarde à miroir blanc est l’espèce qu’on a le plus entendu de la semaine. C’était la période de reproduction. Les mâles pour marquer leur territoire crient en permanence pour éloigner les concurrents, y compris le 4×4.

On s’est réellement fait plaisir et le parc était plutôt vide de visiteurs. Pouvoir observer des lions ou un guépard sans personne autour, c’est vraiment très agréable.

Balade sur le plateau du Waterberg

Les deux jours suivants au parc national du plateau du Waterberg ont été moins chanceux côté météo. Il pleuvait des cordes à notre arrivée et les prévisions météorologiques n’étaient pas très réjouissantes. On a donc booké sur place un cottage pour les deux nuits suivantes. Et je pense qu’on a bien fait.

Je souhaitais faire deux safaris sur le plateau, obligatoirement guidés, mais on m’a fait comprendre que je ne verrais pas de faune étant donné que les animaux trouvent de l’eau de partout. On s’est donc rabattu, entre deux averses, sur deux balades : l’aloe circle et le mountain view. Le premier n’est pas entretenu et en saison des pluies, on a des plantes jusqu’aux hanches parfois. Le second est plus emprunté et permet de monter sur le bord du plateau pour profiter d’un beau panorama.

Animaux oiseaux sont habitués à la présence humaine. Il est possible de s’approcher à pied d’un dik-dik à moins de 3 mètres, des babouins aussi mais il faut rester vigilant.

Okonjima Nature Reserve

Notre roadtrip en 4×4 en Namibie s’est terminé à l’Okonjima Nature Reserve située entre Etosha et Windhoek. C’est une ancienne ferme d’élevage reconvertie en réserve privée de 22 000 hectares au début des années 90 après l’indépendance du pays. On a quitté la tente de toit pour passer nos nuits au lodge histoire de finir le voyage avec une cerise sur le gâteau.

La réserve se consacre corps et âme à la protection et à la recherche  des félins, en particulier le guépard et le léopard. Okonjima le fait avec la fondation Africat. La réserve est l’un des meilleurs spots en Namibie pour l’observation du léopard grâce à des safaris tracking qui permettent d’aller à la rencontre de léopards portant un collier émetteur. On est resté trois nuits sur place à pister le léopard, observer la faune de la réserve (zèbres, koudous, girafes, bubales, springboks) et même à observer de nuit le pangolin. Une très chouette réserve. On y retournera sûrement…

Pour des articles de safari plus détaillés, je vous invite à vous rendre sur mon blog My-Wildlife consacré à l’observation et à la photographie d’animaux sauvages, mammifères comme oiseaux. Vous y trouverez de nombreux articles de mes safaris aux quatre coins du monde, dont la Namibie.

Informations pratiques – Roadtrip en 4×4 en Namibie

Comment se rendre en Namibie ?

Vol international jusque l’aéroport de Windhoek.

Recherchez votre billet d'avion

Comparez également les vols chez Kayak.

Location de 4×4 ou 2 roues motrices ?

Les routes A, B, C sont accessibles aux deux roues motrices, les D aussi généralement mais en moins bon état et en saison sèche. En saison humide comme lors de ce voyage, je conseille le 4×4. Si vous prévoyez de camper le 4×4 avec tente sur le toit est vraiment top. A l’arrière du 4×4, on dispose de tout ce qu’il faut pour camper : table, chaises, gaz, ustensiles de cuisine… On trouve deux types de tente : tout en toile et d’autres avec un toit en dur. Je conseille vraiment les secondes pour avoir déjà utiliser les deux systèmes. Premièrement car cela protège mieux de la pluie, même si elle est rare ; et deuxièmement, c’est bien plus facile à monter et démonter. J’ai loué mon 4×4 auprès du comparateur AutoEurope. La location m’est revenue à un peu moins de 100 € la journée pour un 4×4 Ford Ranger Single Cab pour deux personnes avec tente de toit et matériel de camping.

Des applications utiles pour ce roadtrip en 4×4

Je conseille trois applications pour les roadtrips en 4×4 en Namibie :

  • Google Maps pour se déplacer en ayant pensé à télécharger les fonds de carte avant de partir afin de naviguer hors connexion. J’ai aussi essayé Maps.me. Google Maps est bien plus efficace.
  • Tracks4Africa: Application payante (5,99€) permettant de se localiser sur un fond de carte et d’afficher des points d’intérêts comme les campings, les supermarchés, les stations service.
  • IOverlander : Application gratuite sur le même principe que Tracks4Africa mais au niveau mondial. Un peu plus brouillonne mais utile.

Guides de voyage et naturalistes

Roadtrip en 4x4 en Namibie

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap