Vous êtes ici >>

Vars-Risoul : la neige haute-alpine dans tous ses états

Un lancement de saison en fanfare ? C’est peu dire quand les premiers tours de télésiège ont des échos en musique le soir même, sur une scène en plein air où stars et public virevoltent comme les flocons ! En 2009, le groupe IAM a inauguré le genre en promettant le wai dans toute la Forêt Blanche, des 110 pistes aux 4 snowparks ; l’année suivante, ce sont leurs confrères du Massilia Sound System qui ont semé une cordiale fraternité entre tous les touristes de Vars, tchèques comme régionaux, halfpipers comme adeptes des raquettes…
Quant à Risoul, station reliée tout schuss une vallée plus loin, elle fait écho à cette note festive dès la première semaine de janvier avec son festival de chanson française. Un concert gratuit chaque soir pendant six jours, des artistes en vacances qui se fondent dans la foule des bars aux pistes, il y a de l’ambiance pendant et après la glisse ; décollage garanti cette année, du 3 au 6 janvier, avec la facétieuse Emily Loiseau, à qui le prix Constantin 09 a doublé les ailes …

Crédit Photo : Frédéric Mutryn - Vars

Sous son air magique, ce lever de rideau ne s’improvise pas. Des 185 km de pistes sécurisées aux 52 remontées mécaniques, il faut faire les balances aussi. Pas de roadies pour huiler les rouages, mais des talents qu’on ne soupçonne pas toujours. Risouline et multiinstrumentiste dans la station, Edith Jehan est ainsi depuis cinq ans aux manettes d’une dameuse, une partition féminine qu’elle joue encore solo. Salariés à la saison, les pompiers déboulent aussi avec les premiers froids, tout comme les médecins des villages. L’affluence sur les « téléportés », comme le nouveau 4 places de Fontbonne capable d’acheminer 24000 personnes par  heure ? Elle se gère à la baguette par un employé « chef d’orchestre », qui optimise le remplissage des sièges via une file qui la joue « américaine » : pourquoi faire tapisserie alors que 80% des pistes invitent à prendre de la hauteur au-delà de 2 000 mètres ? 35 pistes rouges, 10 noires… Ça se corse sévèrement en atteignant le couloir de Chabrières, à pic suspendu à 2715 m : avec une pente oscillant entre 52,5 et 98%, ses 1220 m de long ont vu défiler des Klistes du monde entier. Mais plus besoin d’être un champion du ski de vitesse pour goûter à l’adrénaline de la discipline : chaque skieur peut dorénavant tenter de dépasser ses limites, un diplôme attestant de son chrono.

Crédit photo : Office de Tourisme de Risoul

À quelques combes de là, les 5 snowparks de la Forêt Blanche renouvellent les sensations. Big air ou boardercross, c’est dès le mois de septembre que des shapers professionnels préforment des modules en terre, lesquels deviennent opérationnels dès les premiers flocons. Et si Vars Parks se range en 4e position nationale, les aires de jeu freestyle du domaine ne sont pas réservées à Aluan Ricciardi, enfant du pays d’envergure olympique. Comme les pistes, rails et kicks s’échelonnent du vert au noir ; une palette à laquelle initie volontiers les écoles de ski … et qui en fait voir de toutes les couleurs, retransmettent des webcams en live sur le site de Vars ! Habituellement réservé aux initiés, le hors-piste ne fait pas plus dans l’élitisme. Au cœur des pistes ou sur leurs franges, 4 zones balisées annoncent des niveaux différentiels à chacune de leurs portes, lesquelles informent par ailleurs des conditions de neige et des risques d’avalanche. Un souci sécuritaire, mais aussi une volonté de pédagogie que défendent les deux stations : nivologie, ateliers de recherche en cas d’accident, ouverture des pistes ou canons à neige, des ateliers gratuits lèvent le brouillard sur les coulisses de la glisse…

Crédit photos : Office de Tourisme de Vars

Et l’environnement dans tout ça ? Il est aussi à l’ordre du jour, qu’il s’agisse de reboiser les surfaces aménagées, d’alimenter les canons à neige avec l’eau de la Durance, de favoriser le covoiturage ou encore de construire des résidences à faible impact énergétique.
Crédit photo : Office de Tourisme de Risoul
Une très haute qualité qui décroche 4 étoiles dans les nouvelles résidences de Risoul. Privilégier l’intégration au paysage et la convivialité, l’état d’esprit n’est pas nouveau dans cette station en balcon, qui surplombe les fortifications Vauban du village de Mont-Dauphin et embrasse le massif des Ecrins.  Perchée à 1850 mètres, la station a toujours privilégié les constructions en bois, prolongeant le charme rural de ses 17 hameaux. Une ambiance familiale que choient des rues sans voitures, un espace enfant géré par l’office du tourisme, un autre débutant toutes générations, des pistes de luge gratuite… Et la station « ski aux pieds » pensent aussi à ceux qui préfèrent ne pas chausser, paraboliques s’entend ! À ski de fond ou raquettes, solo ou guidé, 35 km d’itinéraires balisés mettent sur les traces de lièvre et de Tétra Lyre. Quant à Vars, étagé au gré de 4 villages, un florilège de chalets luxueux a fleuri aux pieds des crêtes de l’Eyssina. Piscine et sauna à domicile, ménage quotidien et cuisine sur demande, on s’y verrait volontiers faire déposer en traîneau, tracté par la meute Huskie du musher de la station. Un roman à la Jim Harrisson ? « Légendes d’automne » oblige, au nom et à l’accueil aussi enchanteur que ses voisins « Le Tamia », « le Hors Piste » et « la Datcha ».

En pratique :

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Offices de tourisme : www.vars.com ; www.risoul.com
D’un séjour « balade de copains » à un pack « jeune famille », d’une offre « mid-week » à une promo « Pâques », de nombreuses offres sont à pister en ligne.

Autres activités insolites : Bébés skieurs dès 2 ans à Vars, semaine Two schuss pour les célibataires fin mars à Risoul, mais aussi une journée hors-piste en hélico ou une virée de ski-joering – tractée par un cheval…

Avatar

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap