Vous êtes ici >>

Lanzarote : rendez-vous avec les volcans

L’archipel des Canaries en Espagne est composé de sept îles principales, formées et modelées par une intense activité sismique, il y a 23 millions d’années. Très prisée des Britanniques et des Allemands, Lanzarote commence à émerger parmi les destinations d’hiver des Français, qui semblent découvrir qu’il existe d’autres îles que Tenerife, Gran Canaria et Fuerteventura. Rendez-vous avec les volcans.

Les champs de volcans témoignent de l’intense chaos géologique qui créa l’île, il y a 23 millions d’années
Les champs de volcans témoignent de l’intense chaos géologique qui créa l’île, il y a 23 millions d’années

Un petit air de mars

L’île de Lanzarote a bien plus à offrir que la clémence de sa météo! Il faudrait même user de nombreux superlatifs pour la décrire. Ce qui frappe en premier le visiteur, ce sont ses paysages sauvages et quasiment stériles, presque agressifs. Modelée par d’intenses éruptions volcaniques de 1730 à 1736, puis en 1824, l’île a une morphologie incroyable.

Pour en prendre plein les yeux, le parc national de Timanfaya est incontournable. Les reliefs y sont époustouflants. Tout ici évoque la Lune, Mars ou quelque planète encore inconnue de l’Homme. Pour préserver cet environnement exceptionnel, cette zone se traverse uniquement en bus, faute d’un comportement respectueux et responsable des touristes. A bord de cette navette, la genèse pétrifiée de Lanzarote s’offre aux yeux des visiteurs (malheureusement au son d’une musique d’ambiance inutile) : cirques de volcans, cratères, champs de lave solidifiés… Le tout dans des nuances de rouge, de marron et de noir. Dans ce chaos magique, quelques plantes bravent toutefois la stérilité des lieux et poussent ça et là. Le lichen recouvre comme il peut la roche et lui donne une teinte légèrement bleutée. L’endroit est d’autant plus impressionnant que l’activité volcanique gronde encore à seulement quelques kilomètres sous nos pieds.

Culture de Lanzarote
Le manque d’eau a donné naissance à des techniques agricoles originales et respectueuses de l’environnement

Nature volcanique

Dans la même veine, au sud de Timanfaya, le site de Los Hervideros assure un spectacle à toute heure. La mer s’engouffre dans les grottes volcaniques dans un tel vacarme, qu’il couvre celui des touristes. Selon la météo, les gerbes d’écume peuvent se muer en visions d’apocalypse. Mieux vaut rester à l’écart du bord.

Mais l’île réserve encore quelques surprises géologiques. A quelques kilomètres de là, à l’entrée du petit village tranquille de El Golfo, la Laguna Verde dévoile sur 150 mètres de long la présence d’un cratère englouti par moitié sous les eaux. Par temps clair, sa couleur vert émeraude (due à des algues marines) contraste avec le noir de la plage et le rouge des falaises. Ces dernières ont par ailleurs des airs de bout du monde. Le voyageur un peu rêveur aura alors cette impression d’avoir atteint un cap qu’aucun aventurier n’a foulé avant lui.

Géologie Lanzarote
La roche est une palette de couleurs jaune, rouge et noir à elle toute seule

Des hauteurs aux profondeurs de la terre

Le point le plus élevé de l’île culmine à 671 mètres, mais ne cherchez pas à l’atteindre, il est inaccessible et réservé à un usage militaire. Pour prendre de la hauteur, le Mirador der Rio, au nord de Lanzarote, est un excellent lieu d’observation de l’île de la Graciosa, réserve naturelle sans aucune route goudronnée. Cette dernière est par ailleurs une destination privilégiée des tour-operators pour promener les touristes en bateau et leur faire profiter de la plage en toute tranquillité.

Lanzarote se visite depuis les hauteurs des volcans, les champs de vignes plantées dans de grands trous protégés par des murets de pierre, et le long des sentiers de randonnée du centre de l’île. Les amateurs de marche y trouveront forcément leur bonheur, les chemins, de difficulté variable, sont pléthoriques. Sa capitale historique, Teguise, est l’une des plus anciennes cités de Lanzarote. Déchue de son statut de capitale au milieu du XIXème siècle et loin de plages, la cité fut oubliée, ce qui l’a préservée de toute intervention d’urbanisme et touristique de masse.

On s’y repose également sur les plages de sable jaune ou noir pour s’y faire dorer, mais également profiter des jeux aquatiques (tuba, canoë, etc.). A seulement 130km des côtes africaines, elle est totalement protégée par l’anticyclone des Açores. Il pleut en moyenne 21 jours par an et la température descend rarement en dessous des 20°C. Un conseil toutefois, il peut faire très chaud en été, un chapeau et de la crème solaire indice 30 est le minimum à emporter.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Mais en créant l’archipel des Canaries, il y a 23 millions d’années, la nature a également laissé une surprise fascinante, plus difficile à atteindre. C’est alors dans les profondeurs des plaines de lave figées qu’il faut descendre. Non loin de Haria, jolie petite bourgade surnommée la « vallée aux 1000 palmiers », la Cueva de Los Verdes est une grotte de 6 km de long (1 km seulement est ouvert à la visite). On passe de petits couloirs exigus à des galeries hautes comme des cathédrales. La mise en scène des parois est spectaculaire grâce à des jeux d’ombres et lumières d’où ressortent des nuances surnaturelles de blancs, d’ocre et de jaunes.

L’île de la Graciosa
L’île de la Graciosa est un paradis écologique, sans aucune route goudronnée

César Manrique, l’Homme providentiel

Mais rien de tout cela n’aurait été possible sans la volonté d’un homme. L’artiste César Manrique a en effet sauvé l’ile de la pauvreté. Mondialement connu, il quitte les fastes de la célébrité en 1966 pour retourner vivre sur son île natale. Même s’il a toujours déclaré détester la politique, il a très fortement œuvré auprès des autorités locales et nationales pour imposer des normes de construction et de préservation de l’environnement. Ainsi, les techniques d’agriculture préservent le paysage, les maisons sont toutes blanches et les ensembles immobiliers doivent respecter une hauteur limitée. A quelques exceptions architecturales près (essentiellement des complexes hôteliers), il faut reconnaître que le charme de l’île est indéniable.

Pour comprendre ce que représente l’enfant prodige pour l’île, il suffit de remarquer les nombreux sites touristiques qui associent l’art, la nature et l’architecture. La fondation Manrique est immanquable. Elle est un monument  d’architecture insolite et utopique de la fin des années 1960 : la maison, ses terrasses et ses jardins sont construites sur une coulée de lave et l’artiste a installé des chambres et des salons dans cinq bulles volcaniques. Au rez-de-chaussée, l’exposition d’œuvres de Manrique, Picasso ou encore Miro, accentue la dimension culturelle du lieu. Assurément cette maison est à l’image de l’île, un riche équilibre entre la violence de la nature et l’intervention humaine.

Port Lanzarote
Promenade obligée sur les petits ports de plaisance, à l’eau transparente

Informations pratiques

Office du tourisme Lanzarote : www.turismolanzarote.com/fr/

Où dormir ?

Les hôtels ont une fâcheuse tendance à se surclasser et leur catégorie n’est pas toujours représentative du confort des lieux. Toutefois, de nouveaux établissements semblent moins prompts à afficher un chapelet d’étoiles pour attirer les touristes et se concentrent davantage sur l’accueil et les prestations.

Comment y aller ?

Vols directs tous les samedi depuis Paris, avec Vueling. Les autres jours, avec escales, Vueling, Iberia, Air France

Pour trouver votre billet d’avion au meilleur prix, utilisez notre comparateur de vols.

Quand y aller ?

  • Mai et juin (meilleur rapport qualité/prix/météo)
  • Septembre et octobre (meilleur rapport qualité/météo/tranquillité)
Avatar

Ex-banquier reconverti dans le journalisme, citadin, je ne me lasse jamais de découvrir les moindres recoins d’une ville

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap