Vous êtes ici >>

Adrar, le trésor saharien de la Mauritanie

Trait d’union entre le Maghreb et l’Afrique noire, la Mauritanie chevauche à la fois le Sahara au nord et le Sahel au sud. C’est le territoire des Maures qu’on appelle aussi les Beïdan, les blancs, par opposition aux diverses populations mélaniennes qu’on englobe sous l’appellation de « Suadin ».

Le tourisme se concentre principalement dans l’Adrar (montagne en arabe), le désert absolu d’une beauté presque irréelle. Dans cette région, on rencontre les principaux ergs et leurs dunes infinies, Ouarane au nord d’Atar et l’Amatlich au sud, les grands regs diaboliquement rocailleux, les canyons et les rafraichissantes oasis peuplées de palmiers-dattiers.

L’erg d’Ouarane, véritable mer de sable, invite à une immersion totale dans l’univers saharien. Une odyssée qui conviendra parfaitement aux voyageurs désireux de se perdre dans l’infini des dunes. L’erg Amatlich, langue dunaire de plus de 300 km de long s’étendant jusqu’à Nouakchott, est bordé de palmeraies et de villages, ce qui promet des rencontres des plus chaleureuses.

Les oasis sont nombreuses dans l’Adrar. Terjit est de loin la plus fréquentée du pays. Elle dispose d’un trésor inestimable dans ces contrées désertiques : une source d’eau claire qui coule toute l’année. Les touristes y viennent l’hiver pour se désaltérer à la fin d’un voyage et les mauritaniens s’y abritent l’été pour se protéger du soleil et des températures caniculaires.

Mais l’Adrar regorge d’autres surprises étonnantes. Il est le berceau de la dynastie Almoravide dont la capitale, Azougui, aujourd’hui en ruine, se trouvait aux environs d’Atar. Mais ce sont surtout les anciennes cités caravanières de Chinguetti et Ouadane, inscrites au patrimoine mondial de l’UNESO, qui invitent le visiteur à plonger dans le riche passé culturel de la région, à l’époque où le rayonnement spirituel de ces villes a éclairé le monde musulman de toute leur splendeur.

Si Atar présente un intérêt moindre, son marché pourra satisfaire les amatrices et amateurs de shopping. Soulignons l’initiative intéressante de Madeleine Grize, dite Mado, membre de l’association suisse Achema qui soutient plusieurs projets auprès des populations locales dont l’action les « sacs du désert ». Les femmes mauritaniennes ont la possibilité de participer à cet atelier de confection de sacs à main réalisés à partir de plastiques et de languettes de cannettes d’aluminium récupéré autour d’Atar pour s’assurer un revenu régulier. D’autres projets coexistent comme le prêt de chèvres sur le principe du micro-crédit et les centres de soutien alimentaire financés par l’association Passerelles mais gérés par Mado.

La Mauritanie, on y vient souvent pour les dunes et on y retourne pour sa population. Plus qu’ailleurs dans le Sahara, on y fait des rencontres chaleureuses, aussi bien féminines que masculines.

Différentes formules de voyage permettent de découvrir l’Adrar par le biais d’un tour-opérateur français ou d’une agence de voyage basée à Atar : de la méharée (à dos de dromadaire) à l’excursion en 4×4 en passant par la randonne chamelière où le marcheur est accompagné par des dromadaires de bât. Des voyages adaptés aux familles ou groupes constitués permettent de s’immiscer dans le désert à un rythme propre à chacun. Quelque soit la formule choisie, optez au moins une fois pour une nuit à la belle étoile au milieu du désert. Vous garderez de cette expérience un souvenir intarissable.

Informations pratiques :

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

> Y aller

Vols Paris-Atar hebdomadaire. Renseignez-vous auprès de

Point-Afrique

pour connaître la période des vols.

> Avec qui partir ?

Agir pour un Tourisme Responsable (ATR) qui regroupe les principaux TO français du tourisme d’aventure est intervenu début 2009 pour relancer la destination touristique. Allibert a été la première agence à obtenir la certification Tourisme Responsable.

> Où dormir ?

> A voir

Musée de Touezkt : Situé à 10 km au nord d’Atar, il regroupe plus de 6000 objets archéologiques et ethnographiques ramassés par El Khalil Sidi Dah, un mauritanien passionné par le patrimoine historique de la région.

Grégory ROHART

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link