Vous êtes ici >>

5 lieux à découvrir dans le nord de la Thaïlande

La Thaïlande offre plusieurs options d’évasions. Le balnéaire au sud de la Thaïlande dont je vous ai déjà présenté les activités incontournables à découvrir, mais aussi le patrimoine, l’histoire et des paysages bien verts au nord.

Voici 5 lieux à découvrir ou à redécouvrir dans le nord de la Thaïlande, cette noble région du pays.

Les conditions d'entrée en Thaïlande

1 – Bangkok, la 1ère étape d’un circuit dans le nord de la Thaïlande

Comme souvent en arrivant d’Europe, c’est à Bangkok que tout commence. À chaque voyage, je m’arrange pour y passer au moins une nuit. Redécouvrir la rivière Chao Praya, cœur névralgique de la ville, le Palais Royal ou faire du shopping à Chatuchak le plus grand marché de la ville et probablement du pays. Une vraie entrée en matière. Toutes les provinces y semblent concentrées avec leurs produits, leurs odeurs, leurs cuisines…

Si vous aimez la nature, ne manquez pas le parc national Khao Yai non loin de Bangkok.

Toit et statue du Palais royal de Bangkok
Visite incontournable à Bangkok : le Palais Royal

2 – Kanchanaburi au nord-ouest

L’avion ne s’impose pas pour rejoindre le nord de la Thaïlande. Si vous avez un peu de temps, il est pratique de prendre la route (plutôt très bonne). En un peu plus de 2 heures, on peut atteindre Kanchanaburi bien plus paisible que la trépidante capitale thaïlandaise.

Kanchanaburi c’est surtout une large rivière d’apparence calme. Une rivière qui chaque fois que je la contemple, me fait penser à la Marne et ses guinguettes. Nombreux restaurants, karaoké, petits marchés se succèdent le long de la rivière Kwaï. S’offrir une ou plusieurs nuits sur l’un de ces hôtels flottants est un grand classique pour les touristes qui font étape dans la région.

J’aime me balader le long de cette rivière car l’ambiance y est très indolente. Le rythme de la vie des habitants semble calqué sur celui de son courant : lent et continu.

Paysage de la rivière Kwaï
La paisible rivière Kwaï en amont de Kanchanaburi

Raffinement total à bord du train Eastern & Oriental Express

J’ai eu deux fois la chance d’emprunter ce train de légende. Au départ de Bangkok, il monte jusqu’ici pour redescendre et traverser toute la péninsule malaisienne jusqu’à Singapour. Le train Eastern & Oriental Express n’est rien de moins qu’un train de luxe issu de la légendaire société Orient-Express qui a dû changer de nom il y a quelques années.

En arrivant à Kanchanaburi, le train vert aux lignes dorées avec sa dernière voiture ouverte en terrasse, passe toujours au ralenti sur le fameux pont de la rivière Kwaï.

Train qui passe sur le pont de la rivière Kwaï
À Kanchanaburi, le train régional et l’Eastern Oriental Express passent sur le pont de la Rivière Kwaï

Ce pont aujourd’hui en métal fut construit en bois et en bambous par les prisonniers de guerre alliés durant la Seconde guerre mondiale. Beaucoup de travailleurs locaux furent aussi forcés à ce labeur le long de la Death Railways (la voie ferrée de la mort) comme l’appelèrent ses contemporains. Nombres de prisonniers et d’habitants sont morts d’épuisement sous les ordres de l’armée impériale japonaise.

De nos jours, à l’intérieur du train Eastern & Oriental Express, les choses se passent de manière bien plus agréable. Même si vous n’êtes pas habitué à des prestations très haut de gamme, je peux vous assurer que vous allez vous habituer à cette ambiance un peu British coloniale où l’heure du thé est une vraie cérémonie, dans votre cabine ou dans la voiture restaurant.

Dans les wagons, les finitions ont été ouvragées par les meilleurs artisans (souvent par les apprentis de ceux mêmes qui ont construit le 1er train Orient-Express = le Venise Simplon-Orient-Express). Bois de cerisier et de tek rouge, dentelle malaisienne, soie de Thaïlande… le train Eastern & Oriental-Express est une vraie caravane de Marco Polo avec en plus, le romantisme et l’esprit d’un bon roman de Rudyard Kipling qui pendant 3 jours est assuré.

Arrêt au cimetière militaire de Kanchanaburi

Situé au cœur de la ville, la visite du cimetière permet de sentir l’ambiance d’une ville moyenne en province. Le cimetière est posé comme un square sur une place giratoire. Presque 7000 soldats alliés morts dans la région et sur la construction du chemin de fer qui allait aux confins de la Birmanie reposent ici. Pas loin de 65 000 soldats prisonniers et travailleurs forcés ont péri sur le projet. Même peu féru d’histoire, une fois dans le cimetière parfaitement entretenu vous ne pouvez que vous incliner devant ces tombes toutes identifiées et rangées comme au garde à vous.

Le très jeune âge des soldats inscrit sur chaque tombe m’a touché. 18, 19, 20 ans…

Cimetière militaire de Kanchanaburi
Kanchanaburi, le cimetière militaire, des soldats alliés mort sur le Pont de la Rivière Kwai pendant la Seconde Guerre mondiale

3 – Le temple khmer de Prasat Phanom Rung  au Nord-Est

Même si vous connaissez Angkor,  le temple khmer de Prasat Phanom Rung vous surprendra. Peut-être  pas par ses dimensions, mais par la finesse de ses détails sculptés et de son emplacement. Le temple est placé au sommet d’un volcan éteint. Il est très prisé par les Thaïlandais qui viennent ici en famille dès qu’ils ont un congé. C’est l’occasion de se fondre dans la population à ses heures de détente.

Le temple construit par la civilisation Khmère à partir du 10ème siècle était consacré à ses débuts à Shiva, la déesse hindoue. Sa restauration récente est une vraie réussite qui fait école auprès des archéologues spécialisés sur la civilisation Khmère. Vous êtes sur le temple le plus important de la Thaïlande. Nombre de moines et novices en robes safran se promènent ou méditent ici.

Détail sculpture temple de Panong Rung
Sur le sommet du volcan, les linteaux du dernier pavillon sont admirablement sculptés dans la pierre

Une fois gravis les long escaliers, vous pouvez admirer la campagne environnante. Si la brume le permet, la vision peut porter jusqu’aux collines situées au Cambodge non loin d’ici.

Là-haut, sur le dernier pavillon qui domine le site, les linteaux de pierre sculptés témoignent de la maîtrise très fine de la sculpture sur granitique par la civilisation khmère.

4 – Chiang Mai, direction plein Nord

Chiang Mai est un peu la capitale officieuse du nord de la Thaïlande. Même si la ville est importante, c’est la deuxième de Thaïlande. Elle non plus n’a rien à voir avec la mégapole Bangkok et est surtout bien plus abordable par les prix pratiqués à tous les niveaux. Les rues y sont fréquentées, mais ici pas de skyline à contempler ou d’embouteillage à affronter.

Chang Mai regorge de trésors qu’il reste à découvrir. Le cœur de la ville est fortifié. Beaucoup de pans de mur tracent encore cette époque où une forteresse était active. Aujourd’hui, les douves encore pleines d’eau, ajoutent au charme tranquille de la ville.

Moine bouddhiste à Phanong Rung
Un moine habillé couleur safran. C’est une image emblématique des campagnes du Nord de la Thälande

Chiang Mai est reconnue pour son artisanat. Ici il y a beaucoup de marchés de nuit. Le samedi soir, je conseille d’aller se perdre dans celui au sud des murailles fortifiées. Entre street-food thaïlandaise et ébénisterie sur bois exotiques, les yeux et les papilles ne savent plus où donner.

L’adresse que je conseille, même pour y prendre un verre : le Tamarind Hotel, au cœur de la vieille-ville et dont l’entrée est située au fond d’une impressionnante allée de bambous dressés. L’établissement haut de gamme est une institution qui tire son nom du majestueux et centenaire arbre tamarin planté au milieu du patio principal. Le restaurant est d’une extrême finesse. J’y retournerai, il me reste encore les chambres à tester…

Marché de nuit à Chiang Maï
Un marché de nuit le week-end à Chiang Maï. Les tuk tuk sont de service jusqu’à très tard la nuit

Il y a quelque temps, je vous ai parlé ici de l’éléphant dans le nord et le sud de la Thaïlande. Sur ce thème, j’ai beaucoup apprécié de m’arrêter au PooPooPaper Park dans les faubourgs de Chiang Maï.

2 photos de l'Elephant Poo Poo Paper Park
À Chiang Maï dans l’Elephant Poo Poo Paper Park

Il faut savoir qu’en Thaïlandais poopoo veut dire caca. Vous l’aurez compris, il s’agit de recycler les crottes de nos amis les éléphants. Et le résultat est vraiment bluffant. Le parc (mais il s’agit plutôt d’un jardin) est conçu comme une visite sur laquelle vous pouvez vous-même fabriquer votre papier à lettre, en feuille de ladite substance. Le produit est très écologique. Les teintes le sont aussi. Je recommande vivement d’aller s’acheter là-bas votre papier à en-tête. L’enseigne est validée par le WWF.  Il faut savoir que les paysans thaï non pas attendu le début du XXIe siècle pour apprendre à recycler. Cette méthode pour fabriquer du papier à haut grammage serait ici très ancienne.

Papier recyclé avec excréments d'éléphants
Le papier recyclé avec les excréments d’éléphants au Poo Poo elephant Park à Chiang Maï

5 – L’ancien Royaume de Lanna à découvrir à Lampang

À une centaine de kilomètres au sud de Chiang Mai lors d’un retour sur Bangkok en voiture, il faut absolument s’arrêter à Lampang.

Ancienne capitale du royaume de Lanna, la ville est très appréciée des Thaïlandais qui la considèrent comme étant l’une des villes du pays avec une qualité de vie parmi les plus agréables. À ce jour, elle n’est pas sur-fréquentée par les touristes. Il faut en profiter !

Ici, aucun gratte-ciel, même de taille moyenne. Pas d’embouteillages, mais  beaucoup de charrettes, voire des fiacres qui se déplacent encore dans les axes principaux.

Depuis que la Thaïlande est devenue le pays que l’on connaît, Lampang a connu un développement économique fastueux avec la gestion du bois de tek des forêts environnantes. Cette époque aujourd’hui révolue, il reste beaucoup de traces architecturales construites avec ce bois noble.

2 photos en plans rapprochés sculptures de temple à Lampang
À Lampang, détail sur le toit et la porte du fameux temple en bois sculpté Wat Pratu Pong

Les temples de style Lanna de Lampang

Lampang est pourvu des plus beaux temples de style Lanna souvent sculptés en bois. En plein centre-ville, ne surtout pas rater le Wat Pratu Pong dont l’entrée est libre. Rénové récemment, l’Unesco l’a récompensé pour le travail d’orfèvre sur les détails sculptés. Les linteaux de la porte d’entrée du wiharn (chapelle principale) sont reconnus par les spécialistes comme les plus aboutis de l’Asie du Sud-Est.

Détail temple à Lampang
À Lampang, la porte du fameux pignon en bois sculpté du temple Wat Pratu Pong

Kaomai Estate 1955

Au sud de la province de Chiang Mai, à la limite de celle de Lampang et sur la route de Bangkok, le Kaomai Estate 1955 est un trésor assez peu connu du Nord de la Thaïlande. C’est un endroit que j’affectionne puisqu’il réussi l’alchimie entre mises en valeur des patrimoines historiques, industriels, culturels et même naturels. Le petit plus non-négligeable : il offre un accueil touristique assez haut de gamme dont le design réussit le mixte de l’ancien style lanna avec celui plus moderne des années 1960, et même le contemporain du XXIe siècle.

Les anciennes séchoirs à tabac rénovés 
Les anciens séchoirs à tabac rénovés pour l’écomusée du Kaomai Estate 1955

Le  Kaomai Estate 1955 regroupe plusieurs entités sur un même site. C’est d’abord l’entrée du domaine avec le petit écomusée formé d’une longue allée bordée d’arbres parfois séculaires et des hautes granges où séchaient les feuilles de tabac récoltées dans la région. Certaines de ces granges servaient même de four pour cuire les briques rouges qui composent l’ensemble architectural. Un ensemble sauvé de l’oubli et rénové en grande partie par les contemporains qui travaillaient ici dans les années 1960. Briques rouges et torchis dominent ces bâtiments. Gage de la réussite : le projet a été récompensé par le prix UNESCO Asie-Pacifique en 2018.

Plus loin, on trouve cafés, restaurants et boutique hôtel. Eux aussi aménagés dans les anciennes granges revisitées avec le fameux style lanna où le tek domine sans s’affranchir des matériaux modernes.  Le centre du domaine est marqué par l’emplacement d’une serre et d’un amphithéâtre entouré d’une large pelouse. De là partent Brick Lane et Green Lane. Deux allées signalisées pour découvrir à pied l’endroit depuis ses plus belles perspectives.

Informations pratiques, nord de la Thaïlande

Le site officiel de l’Office National du Tourisme de Thaïlande est une bonne source pour préparer son voyage.

Se rendre en Thaïlande

Les compagnies aériennes Air France, Singapore Airlines et Qatar Airways proposent des vols sur Bangkok et Phuket au départ de Paris et de la province. Pour trouver votre vol, utilisez notre comparateur.

Recherchez votre billet d'avion

 

Plus besoin de visa pour les voyages de moins de 45 jours en Thaïlande. Le visa touristique reste valable pour les séjours de moins de 60 jours ainsi que le Special Tourist Visa (STV) pour les séjours jusqu’à 90 jours. Ce dernier peut-être prolongé deux fois, ce qui le rend très intéressant pour les nomades digitaux ou les tribus souhaitant profiter de tout l’été en Thaïlande.

Avec qui partir dans le nord de la Thaïlande ?

Directours, Climats du Monde, Asia ou encore Shanti Travel pourront vous organiser selon vos envies vos vacances sur mesure en Thaïlande. Sur place, Easia Travel, Asiajetet Asian Trails pourront aussi vous concocter le voyage de vos rêves.

Où dormir ?

À Bangkok, je suis descendu au récent Lancaster Bangkok. Un service haut de gamme qui a réussi le pari d’allier établissement pour clientèle business, mais aussi pour la détente et le tourisme.  À 35 mn de l’aéroport, il est à côté de la station de métro aérien Asok et de la gare ferroviaire de Makkasan (plutôt pratique pour monter dans le nord en train).

Sur mon sujet 5 camps pour mieux respecter l’éléphant en Thaïlande, j’avais  déjà évoqué le Dheva Mantra Resort & Spa Hotel. Je n’en démords pas ! C’est une des meilleures adresses de la région si on recherche le calme, la compétence et la gentillesse du personnel pour un séjour immergé dans la végétation luxuriante des bords de la rivière calme : la rivière Kwaï.

Plus classique, mais néanmoins confortable le long de la rivière Kwaï et à moins de 20 minutes à pied du pont éponyme : le Makan Resort.

Pas difficile de trouver une pension ou un petit hôtel à Phanom Rung. Pour ma part, j’étais hébergé à l’Ereann Boutique Hotel à Nang Rong la ville voisine.

Situé dans les faubourgs de la ville de Chiang Mai le long de la rivière Ping, le Raya Héritage Hotel est tout simplement sublime. Des chambres disposent d’une piscine privée, les parties communes sont agréables à parcourir, même sans rien y faire de particulier. Quant au personnel, même si en Thaïlande il a une réputation sans faille, ici encore plus.

Entre Bangkok et Chiang Mai, il faut s’arrêter au Kaomai Lanna Resort pour profiter du patrimoine naturel et historique dans lequel il se trouve.

Lobby Raya Heritage Hotel
le sublime lobby au design réussi du Raya Heritage Hotel à Chiang Maï

Quel guide de voyage ?

Je vous conseille les guides classiques mais ô combien précieux Lonely Planet (plus nature) ou Guide Vert (plus culture), Guide du Routard et Petit Futé (généraliste). Sinon, les nomades digitaux apprécieront sans doute la lecture de Guide de Survie pour s’installer en Thaïlande.

Moine bouddhiste à Phanong Rung
Gil Giuglio

Photographe depuis l'ère argentique, j'enrichis mes reportages par le texte. Revenir plusieurs fois sur une même région est à mon sens la seule façon d'en saisir l'essentiel. Peu importe le nombre de miles parcourus, les plateaux de l'Aubrac restent aussi exotiques que Kangaroos Island, South Australia.

2 commentaires au sujet de “5 lieux à découvrir dans le nord de la Thaïlande”

  1. Je tique un peu en lisant que Bangkok fait partie du « nord » de la Thaïlande. Certes, si par opposition, tout ce qui est en dessous est résumé comme le Sud, il faut bien qu’il y ait une partie centrale aussi 😉 La remarque vaut aussi pour Kanchanaburi, dont je remarque combien le film a marqué son époque… jusqu’à induire en erreur, car non, le pont n’est pas « aujourd’hui en métal », il l’a toujours été ! La confusion vient notamment du fait qu’à l’origine il y avait non pas un mais deux ponts l’un à côté de l’autre, dont l’un était majoritairement composé de bois (et non de bambous dans tous les cas) et l’autre, qui perdure aujourd’hui, en béton et métal.

    N’oublions pas que le film est romancé donc il se permet quelques écarts avec la réalité.

    Répondre
    • Bonjour et merci pour le commentaire. Oui, en aucun cas Bangkok fait parti du nord de la Thaïlande. (Bien qu’aucune règle administrative définit ce qu’est le nord et le sud du pays). J’en parle car je m’en sert comme point de départ de cette découverte. Pour Kanchanabury, la ville est bien situé sur la partie nord du pays si on le divise en 2. Quant au fameux pont sur la Rivière Kwaï, certes, il y a toujours eux ce pont métallique utilisé et ciblé aussi pendant la guerre. Quant à la construction de celui qui n’existe plus, je confirme, il était bien en bois. Les bambous étaient utilisés en grande partie pour les échafaudages, d’où l’apparence d’une structure en bambous. Ces bambous ont fini l’ouvrage quand les forêts environnantes n’avaient plus de bois à offrir. Et oui, le film tourné au Sri Lanka est devenu un mythe cinématographique. Merci pour votre intérêt 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap