Vous êtes ici >>

3 randonnées faciles dans le parc national des Écrins

Pendant quatre jours, j’ai fait de courtes randonnées dans le parc national des Écrins, dans les Hautes-Alpes. Des randos courtes, très faciles mais dans des décors éblouissants. Certains de ces paysages, avec glaciers et hauts sommets, me donnent même l’impression d’être transposé en haute montagne, sans trop m’être fatigué. Au Pays des Écrins, la montagne n’est pas forcément exténuante, elle n’est pas réservée à une élite. Les nuits en refuge ajoutent à la magie. Le dépaysement est garanti au Pays des Écrins, où chaque vallée est différente !

 

Dormillouse

Lieu de départ : parking sur la D238 en venant de Freissinières ; +350 m, 4 km,  envion 1h (aller)

Un pré piqueté d’arbres dévale dans une vallée dont je ne vois pas le fond. Il est comme une fenêtre qui ouvre sur une toile de maître. De l’autre côté se dévoile un superbe tableau. Il m’arrache, tout comme à mes compagnons de rando, un waouhhh d’admiration. A gauche et à droite, de hautes falaises festonnées par une maigre végétation. Au milieu, dans l’échancrure, une cascade. Et, en toile de fond, des sommets pointus dont les flancs sont en cette fin juin striés de blanc par les névés.

Une belle surprise. D’autant plus inattendue que je n’ai pas marché des heures et des heures pour parvenir dans cet endroit qui a des allures de bout du monde. En fait, derrière moi se trouvent les dernières maisons d’un hameau tout à fait charmant, Dormillouse, à quelque 1 700 m.

Dormillouse est le seul village habité à l’année dans le Parc national des Ecrins. Pour autant, pas de route pour y accéder. J’ai marché -et d’ailleurs croisé le chemin d’une biche juste avant d’y arriver- depuis le bout de la route venant de Freissinières.

Une balade facile plus qu’une rando, puisqu’il ne nous a guère fallu qu’une grosse heure pour arriver ici. Mais une balade agréable, le long de ce torrent qu’est la Biaysse. Sur le dernier tronçon, il est plutôt impétueux et je prends le temps d’admirer quelques belles cascades. D’ailleurs, le Pays des Écrins pourrait aussi s’appeler le Pays des Cascades car il y en a plus de 300 !

Où dormir à Dormillouse ?

A Dormillouse, la chambre d’hôtes L’Ecrin de Violette. Pas de route, il faut marcher (mais pas trop longtemps) pour accéder à cet endroit hors du temps, face à un décor exceptionnel. Attention, deux chambres seulement…

3 randonnées dans le parc national des Ecrins

Le refuge des Bans

Lieu de départ : parking d’Entraygues à 9 km de Vallouise ; +460 m, 4,2 km, 1h30 (aller)

Le lendemain, cette rando me fait remonter une autre rivière, l’Onde. Je marche un bout de temps sur le GR 54, qui fait le grand tour des Écrins, allant d’éboulis en passage de torrent. Certes plus longue, la balade est là encore franchement agréable, très variée.

Le vallon se resserre peu à peu, jusqu’à ne plus être qu’une étroite gorge. Avant cela, je fais une escale dans un endroit étonnant et très plaisant. Parsemé de mares et de bosquets, il semble davantage appeler à la rêverie -ou à la sieste!- qu’à la rando.

A l’observation aussi, puisqu’en me montrant patient je peux voir de petites grenouilles rousses qui sont assez rares. Un peu plus loin, c’est une hermine qui se laisse apercevoir de manière très fugace. Très vif, le petit animal court de rocher en rocher. Il s’arrête un bref instant, puis repart, infatigable. Un peu partout, s’échappe des buissons le chant de la fauvette des jardins : une bien douce musique !

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Randonnée dans le parc national des Ecrins vers le refuge des Bans

C’est ainsi que j’arrive en vue du refuge des Bans. Il ne se dévoile qu’au dernier moment. Ou peut-être suis-je ébloui par le cadre, franchement spectaculaire. Car tout autour se profilent de hauts sommets. Des pics effilés, les Aupillous et le Jocelme, dont l’altitude avoisine les 3 500m, ferment un grand cirque glaciaire plutôt impressionnant. En quelques centaines de mètres, l’ambiance est complètement différente ! Cette fois, je me crois vraiment en haute montagne.

Construit en pierre de taille à 2 083m, plutôt petit, le refuge est agréable à l’œil. Et l’atmosphère y est franchement chaleureuse. Cela tient sans doute autant aux lieux qu’à la joie de vivre -communicative- des gardiens. En tout cas, j’apprécie cette parenthèse.

Où dormir dans le vallon des Bans ?

Le refuge des Bans, au bout du joli vallon de l’Onde, dans le parc national des Écrins, ce petit refuge perché à un peu plus de 2100 m sur un promontoire rocheux a des allures de bout du monde dans un décor de haute montagne. Douillet et sympa !

parcnationaldesecrins©bernardfrantz-8
parcnationaldesecrins©bernardfrantz-5

D’Ailefroide au refuge des Glacier Blanc

Lieu de départ : parking du Pré de Mme Carle ; +685 m, 5,6 km, 2h30 (aller)

Après la descente, le retour à la civilisation se fait de manière bien agréable : une escale prolongée au marché de Vallouise, un joli bourg rassemblé autour de son église romane du XVe. J’adore les marchés en général, et celui-ci est plutôt étendu avec quelques stands originaux. J’y trouve ainsi des infusions aux plantes de montagne rares, comme l’hysope, préparées de manière artisanale ou encore des miels succulents.

Puis direction le hameau d’Ailefroide, un peu plus au nord encore, au pied du mont Pelvoux dans le fond de la vallée. Un endroit que les amateurs d’escalade connaissent bien. Venus de toute l’Europe, ils sont en effet légion à établir leur camp de base ici pour aller tâter du rocher dans les environs. Les spots ne manquent pas ! Pas pour moi, pas tout de suite en tout cas.

randonnées dans le parc national des Ecrins

En ce qui me concerne, la dernière de cette série de randos faciles dans le Pays des Écrins m’emmène direction le Pré de Madame-Carle. C’est le site le plus fréquenté de tout le parc national des Écrins. Tellement que le parking au bout de la jolie petite route est payant, depuis quelques années déjà. Il faut dire que l’endroit est idyllique, à 1 875 m , avec une vue admirable sur les sommets environnants. Et c’est la porte d’entrée de lieux magnifiques où tant le promeneur du dimanche que l’alpiniste aguerri y trouvent leur compte. Les ascensions les plus célèbres du massif des Écrins, et notamment celle du Dôme des Écrins (4 102 m), passent par ici.

Mon but est beaucoup plus modeste, le refuge du Glacier-Blanc, à 2 542 m, où je vais côtoyer ceux qui se frottent à ces sommets mythiques. Mais j’en prends plein les yeux tout de même. Pour facile qu’elle soit, cette randonnée est tout simplement superbe, peut-être même la plus attrayante de la série. Le sentier en lacets me promène dans un univers minéral jusque devant un petit lac où se mire le mont Pelvoux. Puis au Glacier Blanc, qui ne cesse de rétrécir mais reste toujours aussi beau. Depuis la terrasse du refuge, situé au bord de la langue, j’ai tout loisir de l’admirer et je ne m’en prive pas.

Un avant-goût, ne serait-ce que de loin, à l’ivresse des sommets ! Et vous quelles randonnées dans le parc national des Ecrins conseillez-vous ? N’hésitez-pas à me le dire en commentaire 🙂

parcnationaldesecrins©bernardfrantz-1
parcnationaldesecrins©bernardfrantz-2

Où dormir à Ailefroide et près du glacier Blanc ?

A Ailefroide, le Chalet hôtel un établissement historique dans un cadre idyllique, tenu par des gens de la montagne. Accueil sympa et table généreuse : en un mot, la bonne adresse par excellence !

Le refuge du Glacier Blanc, au bord de la langue du glacier, dans un site extraordinaire à 2 542 m a accueille les alpinistes qui vont se lancer dans de grandes ascensions comme le simple randonneur.

Plus d’informations pour faire des randonnées dans le parc national des Ecrins

randonnées dans le parc national des Ecrins
Avatar

Journaliste venant de la presse régionale, maintenant je ne fais plus que ce que j'aime. C'est simple, non ?

Laisser un commentaire

Share via
Copy link