Vous êtes ici >>

Trekking au Kirghizistan

Mon trekking au Kirghizistan est ma plus belle expérience de randonnée en Asie centrale. Dans les steppes montagneuses des montagnes du massif du Tian Shan, j’ai randonnée pendant 8 jours.

Le Kirghizistan est un pays qui ne m’a pas laissé indifférent, sans doute est-ce mélange de culture russe et mongole à la croisée de deux très grandes civilisations ou encore ce contact, même fugace, avec les nomades. Et oui, je suis fasciné par le nomadisme et marcher est aussi une façon pour moi d’être nomade.

Place au récit de ma première randonnée au Kirghizistan. En espérant en refaire d’autres.

 

Mise en jambe

Mon trekking démarre en douceur dans la vallée Chong Kyzyl Suu. Le chemin monte tranquillement à travers la forêt. Je ne vois pas beaucoup les montagnes, le ciel est bouché. Nous posons le bivouac à 2750 m d’altitude.

Trekking au Kirghizistan

Passage du col Archa Toer (3800 m)

Cette seconde étape, est déjà plus sérieuse. Plus longue et plus de dénivelé positif aussi (plus de 1100 m) jusqu’au col Archa Toer (3800 m). En chemin, nous croisons nos premiers nomades kirghizes qui vivent sommairement dans des tentes. Nous croisons un groupe de cavaliers qui rentrent de la chasse en ayant tué une marmotte. Pauvre bête. A leur décharge, ici la chasse n’est pas un loisir, c’est une nécessité.

Le passage du col n’est pas trop compliqué. Au-delà de 3500 m, le manque d’oxygène se fait un peu sentir. Il suffit de baisser le rythme. Nous bivouaquons 700 mètres plus bas.

Kirghizistan-gregoryrohart-9197
Kirghizistan-gregoryrohart-9246

Jeti-Ögüz

Nous étape dans la vallée d’Archa Toer, plutôt longue mais quasiment tout en descente et d’une grande beauté. Il nous faut traverser la rivière plusieurs fois et une fois sur les chevaux tant le niveau de l’eau est haut et le débit puissant.

Nous faisons étapes à Jeti-Ögüz qui signifie les 7 taureaux. On fait une jolie rencontre avec une famille kirghize venue pour le week-end puis on part faire un tour à la piscine. L’eau est à base de radon. C’est un gaz radioactif d’origine naturelle. Il ne faut donc pas rester exposer trop longtemps. Nous restons dans l’eau quelques minutes.

Ce soir, c’est nuit chez l’habitant. On en profite pour faire un peu de lessive aussi.

Kirghizistan-gregoryrohart-9320
Kirghizistan-gregoryrohart-9381
Kirghizistan-gregoryrohart-9393
Kirghizistan-gregoryrohart-9400

Vallée d’irdik & vallée de Karakol

Les deux prochaines journées de marche sont marquées par deux événements : la rencontre régulière avec les nomades et ça j’ai vraiment adoré ces instants et l’arrivée d’une grosse perturbation. Il n’a quasiment fait que pleuvoir et ça c’est quand même beaucoup moins réjouissant.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Kirghizistan-gregoryrohart-9430
Kirghizistan-gregoryrohart-9451
Kirghizistan-gregoryrohart-9428
Trekking au Kirghizistan

Le lac Ala Köl

C’est la plus grosse étape du trekking. Près de 1500 mètres de dénivelé positif. Et la météo ne s’arrange guère. La toile de tente est pliée trempée. Nous cheminons dans la forêt jusqu’au lieu du bivouac de Sirota. Juste le temps de boire un peu et de reprendre le sentier pour  partir à l’assaut  de notre second col à plus de 3800 mètres d’altitude : le col d’Ala Köl (3860 m).

Malgré la pluie, cette étape restera l’une des plus belles. La présence du lac Ala Köl n’y est pas étrangère. Et comme par miracle, la pluie s’en va à l’arrivée au col, le ciel se dégage et une panoplie de hauts sommets enneigés et de glaciers se découvrent.

L’accalmie sera de courte durée. Nous montons le campement sous le col à 3500 m d’altitude. Juste avant l’arrivée des grêles et de la neige.

Kirghizistan-gregoryrohart-9540
Kirghizistan-gregoryrohart-9560
Trekking au Kirghizistan
bivouac, Trekking au Kirghizistan

Vallée d’Altyn Arashan

La vallée d’Altyn Arashan est une splendide vallée glaciaire. On prendra notre temps pour la descendre afin de profiter des nombreuses sources chaudes qui la jalonnent. Elle se descend aisément dans la journée, nous y resterons deux jours.

Quel plaisir de se prélasser au chaud et de profiter du soleil qui est revenu ! Et en plus cette dernière nuit se fait en refuge. C’est toujours sympa de finir avec un peu de confort. Fin de mon trekking au Kirghizistan !

Après ce trekking, j’ai même enchaîné un autre trek au départ du lac Song Köl. Une tout autre aventure…

Kirghizistan-gregoryrohart-9605
Kirghizistan-gregoryrohart-9663

Informations pratiques sur mon trekking au Kirghizistan

Comment y aller ?

Vol international jusque Bishkek. Puis il faut se rendre à Karakol. Des bus font le trajet.

Recherchez votre billet d'avion

 

Randonner en solo ou avec un guide ?

Si vous avez une très bonne expérience de la montagne, vous pouvez partir sans guide mais ce qui risque de poser problème, c’est la langue. Au Kirghizistan, pas grand monde parle anglais, encore moins français mais tout le monde parle russe. Le guide sert aussi alors d’intermédiaires pour faire découvrir sa culture, initier les rencontres et beaucoup plus. Pour cette raison, je conseille fortement de prendre un guide ou une agence.

Cartographie

A Bishkek et Karakol, on trouve des cartes de randonnée au 1 :100 000ème. C’est assez sommaire mais utile pour se repérer.

Où dormir à Karakol  et à Bishkek ?

 

Grégory ROHART

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link