Vous êtes ici >>

Tamarin Falls et la maison Eureka

L’hôtel c’est très sympa mais on a l’habitude d’en sortir en voyage. Cela fait même 14 ans qu’on avait pas passé nos vacances à partir d’un hôtel club. Alors…

Canyoning à Tamarin Falls

Pour aujourd’hui, on a contacté Olivier Bourquin, Directeur d’Otelair et Moniteur Fédérale Canyon de la FFME, pour une demi-journée de canyoning. Il nous a donnée rendez-vous sur un parking non loin des chutes de Tamarin Falls. Il arrive avec un couple de clients et un mauricien en formation canyon. De là, on observe assez bien le dédale des cascades au milieu de la forêt luxuriante. « La rivière Tamarin prend sa source non loin du Piton de la Rivière Noire, le plus haut sommet de l’île Maurice avec ses 828 mètres, avant de descendre dans deux réservoirs, puis par la cascade « moustique » qu’on ne fera pas aujourd’hui » nous indique Olivier. « Allez, on va voir de plus près »…

Nous partons nous équiper. Je suis étonné que nous nous équipions de combinaisons en néoprène intégral. J’aurais pensé qu’un shorty aurait suffit. Peut-être que l’eau est très froide à moins que les mauriciens soient frileux. Baudrier et casque complètent l’équipement. On prend aussi avec nous 3 sacs de canyoning pour y mettre les cordes, du matériel de rechange, de l’eau et de la nourriture.

On commence par descendre un sentier assez glissant pour arriver au dessus de la première cascade. La chute d’eau mesure 45 mètres mais le rappel n’en fait que 25. Mais pas question de s’y jeter tout de suite. En bon professionnel, Olivier a prévu une petite séance de formation pour que chacun sache se sécuriser le long des longes lors des déplacements en dévers (comme en via-ferrata) et descendre en rappel. Un paille-en-queue dessine des grands 8 au dessus de nos têtes un peu comme le 8 qu’on utilise en canyoning. Ça doit être bon signe.

Il part équiper le rappel et nous y allons. Je suis le premier à passer. Je passe les deux mousquetons dans les longes, m’approche du bord de la cascade, acharne mon 8. Ooppss, le vertige me prend. C’est que 45 mètres, c’est assez impressionnant. En prenant mon courage à deux mains et en faisant entièrement confiance à Olivier, je me lance dans le rappel. Ça passe super bien. Les autres suivent derrière. Johanne est très à son aise.

S’ensuit un saut de 9 mètres. Il est optionnel. Je pensais le faire un temps puis j’ai fait marche arrière car il fallait donner une bonne impulsion pour éviter de s’écraser lamentablement sur un rocher. Par précaution et aussi parce que j’avais bien les pétoches, j’ai rejoint le reste du groupe en passant sous la cascade. Douche extra. L’eau n’est d’ailleurs pas si froide. ça me confirme que les mauriciens sont plutôt frileux.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Traversée d’un bassin à la nage et d’une petite cascade de deux mètres avant d’entamer notre deuxième rappel (20 mètres). Pendant qu’Olivier équipe la descente, on en profite manger un peu et boire. Je descends aussi en tête mais m’arrête à mi-pente pour filmer Johanne dans la descente. On arrive dans l’eau et on traverse le bassin à la nage.

Là, on peut faire un autre saut optionnel, de 6 mètres cette fois. Johanne et moi décidons d’y aller. Il faut pour cela remonter la paroi en s’aidant du tronc d’un arbre et s’approcher du bord du rocher en douceur. Le vertige me reprend encore. Il serait plus compliqué de faire demi-tour, mieux vaut donc sauter !

Il reste 15 minutes de montée raide pour rejoindre le point de départ. Une très belle sortie. On conseille vivement de la faire !

Maison Eureka

Eureka : la maison créole de le Clezio

Après le canyon, changement d’ambiance. On file vers Moka et la maison Eureka. C’est une élégante demeure créole du début du XIXe siècle ayant appartenu à Henri le Clézio, le grand père du prix Nobel de littérature 2008 J.M.G le Clézio.

Pourquoi Eureka ? C’est selon la guide qui nous a fait la visite le cri que poussa le Clézio lorsqu’il découvrit la maison. La visite est agréable. On s’imagine bien la vie aristocratique des propriétaires avec leur domestiques. La maison comporte 109 portes, un piano Pleyel et le mobilier qui provient pour l’essentiel de la compagnie des Indes est tout bonnement sublime. Avant de partir, ne manquez pas la vue du jardin.

Grégory ROHART

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link