Vous êtes ici >>

Randonnée en balcon sur le sentier des Dieux

Cinq à six heures de marche, le topo du jour donnerait presque des crampes à certains avant le départ. Des randonneuses en herbe, le groupe en compte de tous âges ! « Qui va piano va sano et lontano. » De circonstance sur ces terres latines, le proverbe donne le tempo. Quant au village d’Agerola, niché à 650 mètres, il ne peut que donner des ailes : la « Suisse napolitaine », avec son climat frais, est un paradis pour les amateurs de montagnes vertes et autres panoramas pittoresques. Le temps d’une courte montée en sous bois et chacun est en ordre de marche quand le sentier s’accroche à flanc de falaise.

Alors que le soleil prend lui aussi de la hauteur, la végétation embaume de parfums de thym, romarin, myrte, santoline et menthe sauvage. « Il y a de l’huile dans ces essences ; c’est comme ça qu’elles résistent à la sécheresse », illustre Barbara en froissant une feuille. Subjuguée par cette Barbarella au naturel, Emma en boit les paroles comme elle s’accroche à ses basques. Sans compter que ses dix ans lui valent d’être chouchoutée par petits et grands, maternels pour certains, grands frères et soeurs pour les autres. Une bonne pioche, aussi sympathique que pratique. Sans que l’on ait à s’inquiéter outre mesure pour la sécurité ni de l’une ni d’un autre, duos, trios ou quatuors se font et se défont au gré des virages tapis dans les chênes verts, des promontoires rocheux piquant à des centaines de mètres vers le grand bleu, des quelques rochers à escalader comme autant de grandes marches…

Quant aux leçons de choses que divulgue Barbara, avec une passion contagieuse pour sa terre natale, elles égrènent autant de récréations au cours d’une marche sans difficulté, mais somme toute soutenue. « Ici, la culture est autant maritime que paysanne. Et l’homme a adapté ses activités au relief. » Après les vignes, ce sont les citrons que l’on découvre en terrasses, avant d’avoir l’occasion d’y goûter plus tard ; qu’il soit glacé, confit ou liquoreux (donnant le fameux limoncello), ce véritable or jaune de la côte amalfitaine est toujours un régal. Plus loin, c’est une voûte de bergerie qui révèle le caractère tellurique de la presqu’île : « Pour qu’elle ne se casse pas, elle est en pierre ponce, agrégée d’un peu de ciment. » Quant au climat, le genêt s’y complait en limitant la surface de ses feuilles : « Prisonnière des branches, l’eau ne s’évapore pas. »

De fjord en montagne trouée – « un combat entre Dieu et le diable », midi sonne l’heure du pique-nique à Montepertuso. Un trésor communautaire que chacun extirpe avec fierté de son sac à dos. Bresaola (viande de boeuf séchée), provolone seco (fromage de vache), olives semi picante, saucisson de Naples, un véritable festin vient couvrir la toile cirée dressée sur la place de l’église. Car la descente vers Positano, après quelques nouvelles longueurs entre ciel et terre, nécessite de l’énergie : enchâssée dans un étroit vallon, sa cascade de maisonnettes bariolées s’étage sur plus de 200 mètres et cinq fois plus de marches !

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Un compte à rebours qui fait voltiger Elisa et Emma, Etienne et Aurélien à leurs trousses. 980, 978… 205, 203… 3, 2, 1… Guidés par le dôme de la basilique, chatoyant de ses mosaïques en losange, les voici au niveau d’une mer écumant ses flots turquoise sur un sable noir. Tempétueuse et crépusculaire, l’atmosphère sied aux légendes : la baie abriterait des écueils, refuges des sirènes mythiques et fascinantes de l’Antiquité grecque. Comme un miroir terrestre, la place de l’église voltige de jeunes gens en tenue chic, préférant aux sandales de Tibère – une spécialité locale – des escarpins aux vertigineux talons. Amphithéâtre en surplomb des eaux, l’élégante et discrète Positano est prisée pour les mariages, un chant éternel…


Voyage famille organisé par Terres d’Aventure, spécialiste du voyage à pied dans le monde.

Avatar

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap