Vous êtes ici >>

Parc national du Serengeti

Situation : Nord de la Tanzanie, ouest d’Arusha

Superficie : 14763 km²

Création de la zone : 1951

Période favorable : janvier à février et juin à octobre pour la saison sèche – Décembre à mai pour la migration des gnous

Observations : Agames, gazelles de Grant, gazelles de Thomson, chacal à chabraque, lions, vanneaux armés, hippopotames, hérons mélanocéphales, hyènes tachetées, autruches, bubales de coke, damalisques, ibis sacrés, cobes des roseaux, léopard, girafes, éléphants, aigle bateleur, aigle pêcheur, guépard (de loin), dik-diks, vervets, otocyons, mangoustes rayées, mangoustes naines, daman des rochers, phacochères, damalisque, crocodiles, tandale ibis, gnous, zèbres, boomslang, oie d’Egypte, pintade de Numidie, aigle ravisseur, élanion blanc, vautour africain, outarde du Sénégal, guêpier nain, touraco, rollier à long brins, étourneaux superbes, pics boeuf à bec rouge, drongo commun, marabout d’Afrique, râle à bec jaune, gravelot à triple collier, eurocéphale à couronne blanche.

Agame
Hippopotames
Coucher de soleil sur le Serengeti

7 août 2007. 7h00. Le soleil embrase les plaines du Serengeti de son rouge sang. Y a t-il eu de la chasse autour du camp ? Les hyènes rodaient autour du campement, c’est sûr. Leurs hurlements incessants nous ont garantis quelques sueurs froides ! D’autant que certains d’entre-nous ont effectué plusieurs trajets aux toilettes, de quoi s’inquiéter davantage.

8h00. Départ pour une journée complète de safari à la découverte de la faune sauvage autour des pistes qui sillonnent la rivière Seronera au centre du Serengeti. C’est essentiellement dans cette zone que les animaux se regroupent au mois d’août. Les gnous sont actuellement à Massaï Mara au Kenya. Les animaux sédentaires se réfugient autour des rivières qui leur apportent l’eau suffisante pour vivre.

L’otocyon, renard aux oreilles larges et ovales, est la première espèce observée. Les deux spécimens ne se laisseront pas approcher. A peine plus loin, un couple de dik-dik accompagné de leur progéniture traverse la savane arborée à toute vitesse poursuivi par deux chacals à chabraque.

En descendant vers le centre du parc, nous croisons quelques girafes mastiquant quelques feuilles d’acacias. Un vautour africain perché sur la cime d’un acacia est distant de 50 mètres.

Nous repartons. Un impala traverse la piste en effectuant de larges bonds. Certains peuvent atteindre trois mètres de haut pour quatre mètres de long. Nous nous arrêtons. A droite sept damalisques passent nonchalamment derrière un épais tapi végétal. Ils s’arrêtent, nous regardent et poursuivent leur chemin.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Gazelle de Thomson
Lionnes sur une branche

Traversée de rivière. Des hippopotames ont envahi les lieux. Petite scène conflictuelle entre deux congénères. Un crocodile est au milieu du groupe. Dix minutes de piste sans observation. Un cobe de fassa, belle antilope aux cornes en forme de V, se dresse fièrement à 50 mètres de nous. Des gazelles de Thomson broutent l’herbe jaunie et lèvent la tête à notre approche. Derrière les arbres, tout proche, un impala et son harem forment un groupe compact et uni autour du mâle.

Poursuite du safari. Il est 10h30. Des mangoustes naines traversent la piste et  se réfugient dans leur terrier alors que des vervets grimpent aux arbres des alentours.

Deuxième traversée de rivière. Une lionne est en travers de la piste. Elle nous tourne le dos. Observation pendant de longues minutes. Nous avançons de quelques mètres mais le félin ne bouge pas. Le chauffeur avance encore. La lionne se lève difficilement et s’écroule dans les hautes herbes. Nous constatons que sa patte avant gauche est cassée. Ses jours sont comptés !

Troisième traversée de rivière. Un éléphant massif nous fait face. Il mâche des feuilles. A notre gauche, un tandale ibis se tient droit tel un piquet coloré. Lorsque soudain, un guêpier nain vient se poser sur la branche d’un arbuste. Son plumage est éclatant. C’est une espèce qui capture ses proies (abeilles, guêpes, mouches, criquets, papillons…) en vol à quelques mètres de son point d’observation.

13h00. Pause repas au Visitor Center de Serena. Le site est envahie d’oiseaux (étourneaux, tisserins…), de damans des arbres et de mangoustes naines et rayées. A la fin de notre repas, un boomslang, serpent venimeux, le plus souvent vert lumineux pour les mâles, se faufilent à travers le toit d’une table à pique-nique.

L’après-midi, le safari se poursuit au coeur de ce bestiaire exceptionnel. Guépard, lions, hyènes, aigle pêcheur et buffles seront ajoutés à notre chasse photographique.

18h00. Retour au camp près d’Ikoma Gate.

Mangouste naine
Zèbres
Guêpier nain

21h00. Endormissement bercé par les cris des hyènes…

Demain, nous effectuons un dernier safari dans le parc du Serengeti avant de traverser l’aire de conservation de Ngorongoro et de nous installer dans un camp situé près du village de Karatu. En chemin, nous visitons le site d’Olduvaï qui constituent l’un des plus importants complexes de sites préhistoriques d’Afrique de l’Est. Les gorges ont livré des industries lithiques, des vestiges fauniques et des Hominidés fossiles dont les âges sont compris entre 1,8 million d’années et 400 000 ans. Elles ont également donné leur nom à l’Oldowayen, période du début du Paléolithique inférieur caractérisée par des industries relativement peu élaborées (Plus d’informations).



Safari réalisé avec l’agence Atalante, spécialiste des trekkings et voyages d’aventure dans le monde.

Grégory ROHART

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link