Vous êtes ici >>

Parc national los Glaciares : le diamant de Patagonie

Le parc national Los Glaciares est d’une beauté sauvage sans commune mesure avec ses glaciers imposants et ses montagnes de légende. Autant le dire d’entrée, qui va en Patagonie sans découvrir le parc des Glaciers passe à côté de ce que la nature fait de plus magnifique.

Le parc national englobe deux grands lacs d’origine glaciaire : le lago Viedma et le lago Argentino dans lesquels 13 glaciers viennent se répandre. Il s’agit en réalité de la partie atlantique du champ de glace Sud de Patagonie qui comprend un total de 47 glaciers. Ce n’est pas moins que la troisième calotte glaciaire au monde après l’Antarctique et le Groenland. Ça fait froid dans le dos…

Glacier Perito Moreno

On distingue donc deux parties : au nord le lago Viedma et le massif du Fitz Roy près du village d’El Chaltén, et au sud le lago Argentino près de la ville d’El Calafate. Avec une surface de 5 393 km², le parc national a été déclaré patrimoine mondiale de l’Unesco en 1981.

Fitz Roy, le géant de Patagonie

Tout amateur de randonnée souhaite un jour dans sa vie se rendre dans la partie nord du parc national des Glaciers pour voir de ses propres yeux l’image carte postale du Cerro Fitz Roy (3405 m) et du Cerro Torre (3102 m).

Les voyageurs peuvent séjourner à El Chaltén où ils trouveront des guesthouses, petits hôtels, un camping, des petits restaurants et bars bien sympas, des supermarchés, des agences de voyage et quelques boutiques de souvenirs. Largement de quoi préparer son séjour dans le village. El Chaltén est un village du bout du monde à cheval entre un Katmandou patagonien et un ranch du far-west du fin fond du Montana.

Photographier et photographier encore le Cerro Fitz Roy

Les randonnées incontournables sont celles qui vont au pied des Cerro Fitz Roy (laguna de los Tres) et Cerro Torre (laguna Torre). Il faut compter entre 5 et 7h00 de marche pour aller et revenir à El Chaltén. Les randonneurs débutants risquent d’avoir des difficultés mais le paysage vaut largement qu’on fasse cet effort. Lors des randonnées, il n’est pas rare de croiser de nombreux oiseaux : le majestueux condor facilement reconnaissable dans le ciel depuis le mirador de Condores mais aussi le caracara à gorge blanche, la buse aguia, de nombreux passereaux comme le mélanodère à sourcils jaunes ou le bruant Chingolo et la Chevêchette australe, toute petite mais si attendrissante. Les plus routards ou les plus aguerris en randonnée pourront opter pour un trek de 3 ou 4 jours en tente. Mais là, il faut aimer porter un sac à dos de plus de 12 kg.

 

Chevêchette australe

Au Fitz Roy, la nature est belle, rude et les randonneurs aiment ça !

Pour compléter la découverte du nord du parc national des Glaciers, il est possible de participer à une croisière sur le lago Viedma pour se rendre au pied du glacier du même nom qui se jette langoureusement dans le lac.

Laura et Seb ont découvert el Chaltén à l’automne. Je dois avouer que ça donne des couleurs bien sympas aux photos. Alors imaginez en vrai. Mais, je dois avouer que ce voyage en Patagonie argentine m’a surtout donné envie d’explorer la zone la plus autrale de la Patagonie, la Terre de Feu. L’article de Laura et Pierre sur leur road trip de 12 jours en van en Terre de Feu m’a tapé dans l’oeil. Allez le voir également.

El Calafate et le lago Argentino

El Calafate à l’entrée de la partie sud du parc national lors Glaciares est un excellent camp de base pour graviter dans la zone du lago Argentino. C’est pratique même si la ville n’a pas le charme d’El Chaltén.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Argentino est un lac glaciaire, le plus grand et le plus austral des grands lacs de Patagonie argentine (1 466 km²). Tout comme le lac Viedma dans la partie nord du parc national los Glaciares, il est alimenté par les précipitations abondantes de la Cordillère des Andes.

Iceberg dérivant au large du glacier Upsala

Le top du top, c’est d’opter pour une croisière sur le lago Argentino. A bord d’un catamaran, on navigue sur le lac au milieu des icebergs et on s’approche des glaciers Upsala, Spegazzini et Perito Moreno. Ces mastodontes de glace sont réellement saisissants à partir des embarcations pourtant pas si petites que ça. Il faut dire qu’Upsala est le second plus grand glacier d’Amérique du sud avec ses 765 km². Spegazzini est peut-être visuellement le glacier le plus ahurissant avec son gigantesque mur de glace qui peut atteindre 125 mètres de haut par endroit. Il aurait tout à fait sa place dans l’épopée Games of Thrones. Quant au Perito Moreno, du bateau, on ne voit qu’un bout des 5 km de front de glace. C’est dire s’il est impressionnant.

De retour à Calafate, le Fernet-Branca, héritage italien, se boit avec un glaçon s’il vous plait. Salud !

Catamaran face au glacier Spegazzini

Perito Moreno, le géant des glaces qui progresse toujours

Vu depuis les bateaux de croisière sur le lago Argentino, le Perito Moreno est grand et majestueux. Mais depuis les pontons d’observation situés sur la péninsule de Magellan, il est encore plus beau, plus gigantesque. D’ici le point de vue embrasse tout le mur du glacier ainsi que son cœur invisible depuis les catamarans. Des pontons, on peut prendre le temps d’admirer ce colosse de glace qui sait remettre l’homme à sa place.

On admire le Perito Moreno depuis le ponton sur la péninsule de Magellan

Le Perito Moreno est l’un des rares glaciers au monde qui continue à progresser. Cette anomalie planétaire a bien entendu fait l’objet d’observations scientifiques. Il avance en moyenne de 700 mètres par an. Comment ? Les immenses blocs de glace qui s’effondrent régulièrement du glacier vont petit à petit constituer un nouveau front jusqu’à atteindre la rive de la péninsule de Magellan sur laquelle les visiteurs observent le glacier. A ce moment là, il fragmente le lago Argentino en deux, les eaux montent et la pression finit par faire céder le front. Ce phénomène de rupture a été observer pour la première fois en 1917 et se produit en moyenne tous les 4 ans.
Saisir l’instant où les pans de glace se brisent dans les eaux du lac Argentino est tout à fait spectaculaire. Jugez-en par vous même dans cette courte vidéo.

Los Glaciares est incontournable. Pour poursuivre le voyage en Patagonie, pourquoi ne pas aller voir les manchots de Magellan et les gorfous sauteurs, là aussi vous ne serez pas déçus ?

Informations pratiques

Comment s’y rendre ?

Vol international jusqu’à Buenos Aires, puis vol intérieur pour El Calafate. Pour rejoindre El Chaltén, il suffit de prendre l’un des nombreux bus qui partent de la gare routière. Pour trouver votre billet d’avion au meilleur prix, utiliser notre comparateur de vols.

Avec qui partir ?

Yunka Trek organise des voyages d’aventure et des trekking dans la cordillère des Andes. L’agence gérée par trois français couvre le Pérou, la Bolivie, le Chili et l’Argentine.

Le haut du glacier Perito Moreno

Quand y aller ?

Le climat de Patagonie étant rude même en été australe, il est conseillé de s’y rendre de décembre à mars.

Livres

Plus d’informations

  • www.argentina.travel/fr : le portail touristique de l’office de tourisme en français
  • www.elchalten.com regroupe toutes les informations pour dormir et manger à El Chaltén (espagnol/anglais). Accueil très sympa, chambre correct et restaurant généreux à l’hosteria los nires pas très loin du camping.
  • www.losglaciares.com : le site du parc national (anglais/espagnol)
Grégory ROHART

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

0 commentaire au sujet de « Parc national los Glaciares : le diamant de Patagonie »

Laisser un commentaire

Share via
Copy link