Vous êtes ici >>

Le sud marocain : entre dunes et oasis

La vallée du Drâa

La vallée du Drâa constitue un fin ruban de palmeraies qui se succèdent les uns aux autres irriguée par le barrage de Mansour. A l’origine, le Drâa désignait, non pas une vallée, mais le plus long fleuve du Maroc. Formé par l’oued Ouarzazate et l’oued Dadès, il rejoignait l’Atlantique aux environs de Tan Tan.

Oasis du Draa

Depuis, les eaux du Drâa n’atteignent l’océan que lors de crues exceptionnelles. Si le Drâa a perdu son statut de fleuve, la vallée qui porte son nom n’a, elle, rien perdu de son éclat. A partir d’Agdz, les palmeraies et les champs cultivés semblent s’étendre à l’infini, bordés par de superbes Kasbah et villages de pisé.

Paysanne revenant du champ

Les grandes dunes du sud marocain

A la sortie de Zagora, la porte du désert se trouve le fameux panneau “Tombouctou 52 jours” qui indiquait la route aux caravaniers venus du Mali, à dos de dromadaires, pour commercer avec le nord de l’Afrique.

Entrée du désert du Sahara

Plus au sud, au large de Mhamid, nous traverserons nos premières dunes de sable sur lesquelles des tamaris peinent à pousser. Depuis l’erg Rgabi, nous rejoignons les dunes de l’erg Lihoudi où nous installons notre camp.

Le sud marocain est souvent ignoré des spécialistes du Sahara. On le dit trop petit, pas assez. Pas assez quoi au juste. Snobisme. Je ne boude pas mon plaisir d’y être.
Le soir, les rayons du coucher de soleil, oranges vifs puis roses, viennent effleurer les dunes ondulantes. Le temps de quelques minutes, le paysage se transforme avant de disparaître. S’asseoir en guise de recueillement.

Randonnée au milieu des dunes

Sur la rive gauche du Drâa, les dunes prennent de la hauteur. Nous nous faufilons à travers les cordons de l’erg Mezouaria comme le serpent qui avance sur le sable.
Avant de rejoindre l’oasis de Mhamid, dernières incursions au cœur des dunettes de Naam. Ce soir, le ciel est clair. Les étoiles illuminent les regards. Une étoile filante traverse la voie lactée. Je fais un vœu. Celui de revenir prochainement.

Informations pratiques

> Comment y aller ?

Atterrissez à Ouarzazate plutôt qu’à Marrakech pour limiter ensuite le transfert en véhicule vers le sud marocain.

Pour trouver votre vol au meilleur prix, utilisez notre comparateur de billets d’avion.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

> Avec qui partir ?

Cette randonnée chamelière a été réalisée avec Sur les Hauteurs basée dans les Pyrénées.

> Quand y aller ?

La meilleure période pour se rendre dans le désert du sud marocain va de novembre à avril. Mars et avril peut être venteux et chaud. Décembre et janvier sont les mois les plus froids mais aussi ceux où le ciel est le plus pur.

> Livre de voyage

Lonely Planet Maroc

> Plus d’infos

Office National Marocain du Tourisme
161 rue Saint-Honoré
75001 Paris
Tél. : 01 42 60 63 50
www.tourisme-marocain.com

Désert du sud marocain

Grégory ROHART

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

1 commentaire au sujet de « Le sud marocain : entre dunes et oasis »

  1. Bonjour, je suis totalement d’accord avec vous sur le fait de parler de snobisme pour les “spécialistes du Sahara”. Que ce soit à MHamid, à Merzouga ou à Foum Zguid ou encore à Tissint, il y a de très beaux endroits où se balader et profiter des paysages de dunes. Assis en haut d’une dune, le spectacle des levers ou des couchers de soleil est inoubliable.

    Autre remarque, hors-sujet, sur la page maroc (https://www.i-voyages.net/destinations/afrique/maroc/) il n’est pas possible de passer sur la page 2. Le lien de la pagination ne fonctionne pas.

    Bonne continuation

    Répondre

Laisser un commentaire

Share via
Copy link