Vous êtes ici >>

Landmannalaugar, l’arc-en-ciel volcanique

fissure volcanique d’Eldgjá

Acte 1 : Route pour le Landmannalaugar

Quitter la côte sud et ses villages pour s’enfoncer dans le No Man’s Land des hauts plateaux volcaniques d’Islande par la F208. Balade pédestre en route à travers la fissure volcanique d’Eldgjá longue de 30 km. Elle a été formée en 934 après J.C par le système volcanique de Katla, certainement l’éruption volcanique la plus puissante du 1er millénaire. Il s’agit en réalité d’un vaste effondrement linéaire de 600 m de large pour 140 m de profondeur où coule aujourd’hui la rivière Ofaera. La double cascade d’Ófærufoss, même sans son pont naturel détruit en 1993, a bien belle allure et rend le site encore plus grandiose. En toile de fond de la gorge, un volcan domine la scène. Paysage tragique par mauvais temps, merveilleux sous le soleil islandais.

La piste se poursuit jusqu’à Landmannalaugar l’une des régions les plus spectaculaires d’Islande. Littéralement « les bains chauds des gens du pays », le massif volcanique n’est pas basaltique comme la grande majorité de l’Islande mais rhyolite. C’est cette roche magmatique volcanique claire riche en silice SiO2 qui donne toutes les couleurs du Landmannalaugar. Du jaune au noir en passant par le vert, le bleu et le rouge. Un arc-en-ciel volcanique !

Installation du camp près du refuge. Le site est apprécié. Des centaines de tente sont montées en fin de journée.

Randonnée dans le Landmannalaugar

Acte 2 : les crêtes de Sudurnamur

Au départ du refuge du Landmannalaugar, il y a le mythique trek du Laugavegurinn qui se termine à la cascade de Skógafoss, sorte de Tour du Mont-Blanc islandais. Promis, juré, craché, il sera pour mon prochain voyage en Islande.
Pour l’heure, on prend la route sur une centaine de mètres jusqu’au croisement d’un sentier qu’on empreinte vers le nord jusqu’à un petit col qui offre une belle vue sur le lac Frostastadavatn peuplé d’ombles noirs d’après Thomas, notre guide Allibert. J’en profite pour dire au passage que c’est un excellent cuisinier qui manie à merveille les ustensiles de cuisine et les produits, viande comme poisson. Je ne pensais pas faire un voyage culinaire en Islande.

Quelques volcans se détachent à l’horizon : Stútur, Frostastadir, Tjörvafell, Grákolla… Le genre de paysage qui a forcément inspiré Tolkien pour écrire sa trilogie du Seigneur des Anneaux, d’ailleurs déjà en grande partie influencée par la mythologie scandinave.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Depuis ce matin, on croirait marcher sur du rocher qui s’avère être de la mousse grise spongieuse. C’est étonnant. Thomas nous fait pénétrer dans une gorge. On en ressort, le terrain est trop meule. Hors sentier, nous rejoignons les crêtes de Sudurnamur. Premier sommet atteint (environ 800 m) puis le spectacle de la nature explose à nos faces. Quelles couleurs ! Les montagnes de rhyolite sont encore recouvertes de neige. Ici et là, des solfatares rejettent du souffre et des fumerolles se dégagent des entrailles de la terre. Retour sur le campement par le chemin d’Uppgönguhryggur qui rejoint la vallée de Vondugiljaaurar.

Randonnée dans le Landmannalaugar

Acte 3 : Rando multicolore

Les plus sportifs enchaînent l’après-midi par une longue randonnée en direction du mont Skalli au sud du refuge. Après le passage d’un guet, le ciel se couvre peu à peu de nuages. Pas question de rebrousser chemin, on continue.

Au delà du Skali, on quitte le sentier pour passer au sud du Gráskalli (rien à voir avec Grace Kelly). Thomas nous emmène sur un panorama, hélas bouché. Utopiquement et pour se marrer, on décide de tous souffler en même temps pour faire fuir les nuages. Je ne sais pas par quel miracle les elfes nous ont aidé mais dans la seconde qui a suivi, le paysage s’est découvert. De belles montagnes de rhyolite vertes et brunes creusées par l’eau et saupoudrées de neige nous faisaient face.

De nouveaux, nous repartons dans les nuages. Lorsque nous rejoignons le GR du Laugavegurinn, le ciel s’éclaircit et l’horizon se dégage à nouveau. Bassins sulfureux, coulées de lave basaltiques et montagnes multicolores s’égrainent devant nous. On en prend plein les mirettes !

Bain chaud près du refuge du Landmannalaugar

Acte 4 : Détente dans les bains chauds

Après une bonne journée de randonnée, quoi de plus agréable que d’aller se baigner à la source d’eau chaude naturelle qui jouxte le refuge. Se plonger dans une eau à 40°C avec une bière à la main, ça vous requinque un homme, Viking ou pas !

Grégory ROHART

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link