Vous êtes ici >>

La Šumava, la nature à l’ombre du rideau de fer

Dans le sud de la Bohème, la région de la Šumava est la destination nature par excellence de la République tchèque. Beaucoup de montagnes –pas trop hautes–, de forêts à découvrir à pied ou à vélo, et quelques châteaux et villages remarquables en font une destination que j’ai beaucoup aimée.

Parc national de Sumava
Une nature étonnante, avec les plus grandes forêts primaires d’Europe. © Vladimar Kunc

Une longue piste cyclable. Elle court entre l’étroite route et la forêt, à perte de vue. « Pour l’aménager, explique Josef Štemberk, l’un des responsables du parc national de la Šumava, il n’y a pas eu besoin de gros travaux. La piste reprend le tracé exact des anciennes clôtures électrifiées posées devant la zone de démarcation et la frontière, du temps du rideau de fer ». A seulement trois kilomètres de là, c’est l’Allemagne. Et un peu plus au sud, dans le prolongement, c’est l’Autriche.

Depuis la chute du Mur, les sinistres installations ont bien sûr été démontées. Aujourd’hui, la piste aménagée à leur place est un modèle du genre. A quelque chose malheur est bon, me suis-je dit en la contemplant. En fait, durant l’ère communiste, une bonne partie de la région a tout bonnement été mise sous cloche. Entre les zones d’exclusion, les terrains militaires et les nombreux secteurs interdits à la population, rien n’a bougé pendant des décennies. Pas de circulation et bien sûr pas d’urbanisation.

Parc National de Sumava
Plusieurs lacs glaciaires de toute beauté. © Vladima­r Kunc

Une soixantaine de lynx à Šumava

Si l’Histoire avait été écrite différemment, sans doute que le parc national de la Sumava –s’étirant sur une bande de 80 km le long des frontières– ne serait pas aussi étonnant aujourd’hui. Bien sûr, l’administration communiste avait pris conscience de la valeur de la région. Déjà en 1963, une bonne partie était déclarée zone protégée. Dans ce paysage de moyenne montagne se trouvent quelques uns des plus hauts sommets tchèques –le point culminant est à 1368 m. Et pas moins de cinq lacs glaciaires, chose rare, en tout cas dans ces contrées. Ce qui l’est encore plus, ce sont ces grandes forêts primaires où l’emprise de l’homme ne s’est jamais fait sentir. Autour du mont Boubin par exemple, il y en a une de 40 ha d’un seul tenant, avec des sapins et des hêtres vieux de quatre ou cinq siècles !

D’ailleurs les forêts couvrent l’essentiel du parc, qui s’étale sur un large plateau entre 1 000 et 1 200 m d’altitude. C’est le plus grand des quatre parcs tchèques et il abrite bien sûr une flore et une faune foisonnante. Ici, le dernier ours a été tué en 1954 seulement. Entre temps, le lynx, qui lui aussi avait disparu,  a été réintroduit avec grand succès: plus de soixante exemplaires s’y promèneraient. Le gibier est abondant aussi. Dans les différents centres d’observation, notamment celui de Kvilda consacré aux cerfs et aux daims, les visiteurs se pressent.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Le parc est un paradis pour randonneurs de tout poil. Il offre 450 km de sentiers balisés aux marcheurs, 350 km d’itinéraires cyclables et 250 km de pistes de ski de fond. « On peut marcher durant sept jours dans le parc, m’affirme un Josef enthousiaste, sans traverser un seul village et sans contact avec la civilisation tout en dormant dans des refuges. »

Parc National de Sumava
La faune est très présente et les visiteurs peuvent l’approcher dans les centres d’observations, comme celui de Kvilda, qui vient d’ouvrir ses portes. (Photo du Parc national de la Šumava).

Tutoyer la cime des arbres

J’aurais bien aimé le prendre au mot, tiens ! Au lieu de quoi, faute de temps, je me suis contenté de quelques balades par-ci, par-là. Justement, le peu que j’ai aperçu fait envie: un paysage joliment vallonné, partagé entre forêts et pâturages. Une curieuse structure permet même de l’admirer d’en haut le « Stezka korunami stromu ». C’est une large tour d’observation, construite non loin de l’extrémité sud du lac Lipno, sur l’un des sommets de la petite station de ski « Lipno nad Vitavou ».

Elle se voit de loin, et pour cause, tellement la construction est massive. Dans une espèce de large colimaçon, des plans inclinés partant des abords montent jusqu’à son sommet. En empruntant ce sentier d’un autre genre, bien à l’abri entre les rambardes, je m’élève peu à peu. Jusqu’à tutoyer la cime des arbres –je n’avais jamais eu l’occasion de la voir d’aussi près–  puis les dépasser nettement. Grisant, tout comme la vue qui m’attend là-haut. Un écriteau annonce l’altitude : 941 m. Le regard embrasse le paysage, loin, de toutes parts.

Parc national de Sumava
La haute tour d’observation « Stezka korunami stromu » qui mène au-dessus de la cime des arbres. © Radek Drahna

Pas très loin en-dessous de moi, le lac de Lipno qui s’étire sur près d’une cinquantaine de km. J’en ai exploré une partie, un peu plus tôt, en bateau électrique. Sympa, mais vite ennuyeux à mon goût. J’ai largement préféré la longue balade à vélo le long des rives. Surtout le côté qui avant-hier encore était interdit aux civils : presque pas de constructions, une nature souriante et accueillante.

Pour autant, n’allez pas croire qu’il n’y a que des montagnes et des forêts. Quelques jolis villages et pas mal de châteaux méritent le détour dans le parc et dans les environs.

Les ruines du château de Wittinghausen, le couvent de Vissy Brod… bien des sites intéressants à visiter dans le parc ou à proximité.
Les ruines du château de Wittinghausen, le couvent de Vissy Brod… bien des sites intéressants à visiter dans le parc ou à proximité.

Informations pratiques

Bonnes adresses

  • Wellness hôtel Frymburk (4*) : un grand établissement joliment situé au bord du lac Lipno, avec un attrayant parc aquatique.
  • Hotel Zamek Zdikov (4*) : une adresse de charme dans une demeure historique dotée d’un agréable spa avec piscine.
  • Restaurant Pohoda à Frymburk : une adresse simple, à la cuisine soignée.
  • Restaurant de l’hôtel Karl à Zelezna Ruda,  au cœur du parc naturel de la Šumava avec des spécialités régionales. Cuisine goûteuse.
Avatar

Journaliste venant de la presse régionale, maintenant je ne fais plus que ce que j'aime. C'est simple, non ?

2 commentaires au sujet de “La Šumava, la nature à l’ombre du rideau de fer”

  1. Récit qui donne envie de decouvrir cette région méconnue ! Quant à tutoyer la cime des arbres, je te conseille le Velo volant à pratiquer notamment au Quebec et à lire sur 9skyline.com en ce moment !

    Répondre
  2. J’adore ! L’idée de faire une piste cyclable sur les traces du rideau de fer et tout ! Là tu m’as super donné envie d’y aller ! En plus la rép. Czechhhhhh huuuuuuum

    Répondre

Laisser un commentaire

14 Shares
Share via
Copy link