Vous êtes ici >>

J’ai skié sur les flancs de la Jungfrau dans l’Oberland bernois

Je suis monté en train, comme d’innombrables autres touristes, presque au sommet de la  Jungfrau, l’un des plus beaux de Suisse, dans l’Oberland bernois.. J’ai skié sur les vastes domaines qui s’étalent autour de ses flancs, entre Grindelwald et Wengen, et jusque sur les traces de James Bond, près de Mürren.

Accroché à la montagne, le village de Mürren n’est desservi par aucune route. Avec ses vieux chalets de bois, il a beaucoup de charme. © Jost-von-Allme
Accroché à la montagne, le village de Mürren n’est desservi par aucune route. Avec ses vieux chalets de bois, il a beaucoup de charme. © Jost-von-Allme

Alors, j’y vais ou j’y vais pas ? La question taraude aussi d’autres que moi, dans la benne qui nous amène au sommet du Schilthorn, à 2970 m. Il n’y a qu’une piste pour redescendre, la n°10, celle où se déroule chaque année une course au nom évocateur d’ « Inferno ». La plus raide de tout le domaine skiable de la région de la Jungfrau. La pente est de 75% par endroit !

La cabine est maintenant juste au-dessus du départ de la piste. Un petit frisson me parcourt le dos. On ne nous a pas menti… Mais elle est damée, et il n’y a rien de dangereux : au pis, ce sera une longue glissade dont je me souviendrai. En fait, ce sera la météo qui aura le dernier mot. Le vent est trop fort, les liaisons vont être interrompues. Il nous faut redescendre en téléphérique.

Le film « Au service secret de Sa Majesté » a été tourné en partie dans le restaurant qui coiffe le Schilthorn, en 1969.
Le film « Au service secret de Sa Majesté » a été tourné en partie dans le restaurant qui coiffe le Schilthorn, en 1969.

Sur les traces de 007

Pas tout de suite cependant. D’abord, profiter de la vue. Là, juste en face, se découpent dans le ciel glacial les silhouettes de la Jungfrau, 4 158 m, du Mönch, 4 107 m, et enfin de l’Eiger, à 3 970 m, quand elles ne jouent pas à cache-cache dans les nuages. De nombreux touristes se font photographier sur la large terrasse du restaurant panoramique, le Piz Gloria qui coiffe le sommet du Schilthorn, en compagnie de… 007.

Sa remarquable situation lui a valu de servir en 1969 au tournage d’un James Bond, « Au service secret de Sa Majesté ». C’est dans ce nid d’aigles que le méchant Blofeld, le chef du Spectre, nourrit ses noirs desseins en compagnie d’un escadron de jolies femmes. Aujourd’hui, le Piz Gloria abrite aussi un intéressant musée, avec des animations interactives, qui rappelle les péripéties de cet épisode où l’Australien George Lazenby incarne 007. Je n’ai pu résister à l’envie de me glisser aux commandes de l’hélicoptère -dans une vraie cabine s’il vous plait- pour atterrir sur la terrasse de la base secrète, comme dans le film !

214 km de pistes sur trois domaines. © Jungfrau-Railways
214 km de pistes sur trois domaines. © Jungfrau-Railways

En revanche, ma descente vers Mürren, la localité située en contrebas, a été beaucoup moins acrobatique que celle de 007. Au moins ai-je pu goûter ensuite en toute sérénité au charme paisible des lieux, entre les vieux chalets de bois. Dans ce village accroché à la montagne il n’y a pas de voiture. D’ailleurs, aucune route n’y mène, pas plus en été qu’en hiver. On n’y arrive qu’en téléphérique ou en train. Ici la voie ferrée est partout, bien commode pour passer d’une vallée à l’autre sans se soucier de l’état des routes.

Un amusant vélo sur neige

L’allure générale est celle d’un vélo dont les roues ont été remplacées par des patins: le Velogemel. En patois, « Gemel » signifie luge. Ça rime avec gamelle ? Pas forcément, ce serait même plutôt facile.

Pour ma part, je n’ai pas eu l’occasion de l’essayer. Bien au chaud, je me suis contenté d’assister à sa fabrication dans un atelier de menuiserie. Celui-ci le produit quasiment à prix coutant, à raison de 70 à 80 exemplaires par an, pour maintenir la tradition.

Le Velogemel a fait son apparition en 1911, grâce à un charpentier de Grindelwald ayant du mal à se déplacer à pied. Plébiscité dans la vallée, le vélo sur neige fera son chemin. On verra même les facteurs faisant leur tournée là-dessus ! Aujourd’hui, ce drôle d’engin a toujours ses adeptes: chaque année se déroule le championnat de Gemel.

Le Velogemel est en location dans les magasins de sport et à la gare de Grindelwald (15 CHF par jour).

De bonnes parties de rigolade sur les chemins avec ce drôle d’engin.
De bonnes parties de rigolade sur les chemins avec ce drôle d’engin.

La gare la plus haute d’Europe

Mais une ligne est tout à fait exceptionnelle, celle qui mène au Jungfraujoch, le col entre la Jungfrau et le Mönch, à 3 454m., depuis Kleine Scheidegg. La gare d’arrivée, la plus haute d’Europe, a été inaugurée en 1912 après 16 années de travaux titanesques. Le trajet de 9,3 km s’effectue presque entièrement dans la roche. Les visiteurs –plus de 5 000 par jour durant les mois d’été– qui embarquent dans les trains à crémaillère ne se doutent sans doute pas des drames qui se sont joués ici. A l’époque de la construction, mais aussi après, en montagne. L’un des arrêts est « Eigerwand », la face nord de l’Eiger. Derrière une épaisse plaque de plexi qui protège des éléments déchaînés, j’essaie de voir ces endroits qui ont coûté la vie à tant d’alpinistes.

En haut, au « top of Europe »,  c’est tout juste s’il ne me faut pas un plan pour circuler dans ce labyrinthe ! Des galeries, avec toutes sortes d’attractions, à ne plus en finir. Partout des boutiques –où Japonais et Chinois se ruent pour acheter montres et chocolats-, des restaurants –typique, self, gastro ou indien. Mais j’ai quand même l’impression de percevoir, un peu, le souffle de ces pionniers qui dans les années 1930 ont creusé l’étonnant palais de glace ou construit l’observatoire astronomique.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

L'Eiger dont la face nord a vue tant d’alpinistes perdre la vie. © Jungfrau Railways
L’Eiger dont la face nord a vu tant d’alpinistes perdre la vie. © Jungfrau Railways

De superbes pistes de luge

Retour sur terre. Ou plutôt sur la neige : avec ses 214 km de pistes sur trois domaines distincts, la région de la Jungfrau offre d’innombrables possibilités dans des panoramas étonnants. Dans le lot il y a par exemple la piste de descente du Lauberhorn, la plus longue des épreuves de la coupe du monde. Cela donne le ton, car en général la plupart de ces pistes sont plutôt très sportives.

Pour autant, il n’y a pas que le ski. J’ai eu l’occasion de faire une descente en luge, de nuit qui plus est, tout à fait mémorable. A la lueur de ma frontale et des étoiles, j’ai dévalé un long chemin enneigé –près de 7 km, et on peut allonger le parcours jusqu’à 15 km en partant plus haut, du Faulhorn– uniquement dédié à cette activité. Cette piste de luge, il y en a plusieurs dans le secteur, est la plus longue du monde. La technique ? Elle se laisse découvrir  à chaque virage. Et ? La cabane faisant office de bar à l’arrivée est arrivée à point nommé.

Le village de Grindewald a aussi servi de décor au film Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith.
Le village de Grindewald a aussi servi de décor au film Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith.

Informations pratiques

Office de tourisme de la région de la Jungfrau (qui englobe les bourgs de Grindelwald et  Wengen ainsi que le village de Mürren)

La région offre 214 km de pistes sur  les domaines non reliés de Grindelwald-Wengen, qui comprend aussi le secteur de First, et celui de Mûrren-Schilthorn.

Bonnes adresses

Hôtel-restaurant Belvedère (4*) à Grindelwald. Dans la bonne tradition suisse, avec un bel ensemble piscine-spa et en prime la vue sur l’Eiger. La table vaut aussi le détour.

Café 3692 à Grindelwald, mon coup de cœur tant pour le cadre, la chaleur de l’accueil que pour la table. Et à des prix très raisonnables !

Restaurant d’altitude Bussalp à Grindelwald où j’ai dégusté l’une de mes meilleures fondues. Au départ d’une sacrée descente en luge, faisable de jour comme de nuit, l’endroit est uniquement accessible en bus (ou à pied).

Avatar

Journaliste venant de la presse régionale, maintenant je ne fais plus que ce que j'aime. C'est simple, non ?

Laisser un commentaire

26 Shares
Share via
Copy link