Vous êtes ici >>

Dominique : l’île aux rastas

Petit exercice de concentration : qu’évoque, en général, le mot « rasta » ?… La ganja, les dreadlocks, les interjections « peace », « cool » ou « yeah man ! »… Pourtant, le rastafarisme ne se résume pas à ces quelques caractéristiques et il suffit de s’imprégner du mode de vie dominiquais pour le comprendre.

La Dominique, charmante île volcanique de 754km2 prise en sandwich entre la Guadeloupe (au nord) et la Martinique (au sud) est, contrairement à ses voisines, anglophone. On y joue au cricket, on roule à gauche, en grosses (et vieilles !) américaines et surtout, on y vit essentiellement de l’agriculture.

Dominique

Au total, 70000 habitants (d’origine africaine ainsi que 3000 Indiens Caraïbes descendants des premiers habitants de l’île) peuplent un territoire recouvert d’une forêt tropicale ourlée de quelques rares plages de sable noir… La majorité de la population se concentre à Roseau, capitale du bord de mer, profitant de la manne providentielle de touristes débarquant de leur paquebot de croisière pour des visites éclair.

Or, il faut s’égarer à l’intérieur des terres, au cœur de la végétation dense, pour dénicher les petites communautés qui se réclament du rastafarisme. Sur ces routes secondaires où peu d’automobilistes s’aventurent, la panne est vite arrivée… Une roue crevée, un jour de pluie diluvienne, et hop ! Un athlète tout de dreadlocks vêtu répare l’avarie en un tournemain avant de disparaître dans la jungle d’où il est s’est extirpé quelques minutes plus tôt, tel un mirage… Reparti vers sa cabane sur pilotis, à cultiver ses épices, ses plantes médicinales ou ramasser ses fruits 100% bio : bananes, citrons, mangues, noix de coco… Généralement cultivateurs ou artisans, les rastas de Dominique se sont convertis à la suite du mouvement jamaïcain né dans les années 30. Accusés par le gouvernement (sous l’emprise britannique) de mener des trafics, les rastas dominiquais ont persisté à soutenir un argumentaire pacifique face au pouvoir « colonial » des blancs.

Le mouvement rasta, développé en Afrique avec l’empereur d’Ethiopie Hailé Sélassié considéré comme un messie et rebaptisé « Ras (prince) Tafari », est à l’origine une philosophie de vie basée sur la solidarité et le respect de l’environnement, bercée de musique reggae. « Le vœu de Nazarite », d’inspiration biblique, impose par ailleurs aux adeptes de ne pas consommer de viande ou de produit de la vigne, se retrouver en présence d’un mort, se couper ni se coiffer les cheveux (d’où les dreadlocks, mèches de cheveux emmêlés !), tout en suivant un régime alimentaire spécifique, le I-tal à base de riz, fruits, légumes, racines et graines. Si l’usage de la ganja (chanvre) ou « herbe de sagesse » dans un but contemplatif fait partie du culte rastafari, elle est loin d’être une règle systématique pour tous.

Avec une nature aussi généreuse (365 rivières, 6 forêts tropicales distinctes dont la célèbre « Rain Forest », un climat propice à l’agriculture, des sources d’eaux chaudes, de multiples variété de papillons et d’oiseaux tels que le sisserou, grand perroquet…), les rastas de Dominique reconnaissent volontiers, à l’instar de Joy, résidant à Rosalie et adepte de la doctrine : « Ici, il y a autant de raisons d’être heureux que de jours dans l’année ».

Rasta

Informations pratiques

Y aller

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Le plus simple est de prendre un vol pour la Guadeloupe ou la Martinique puis de prendre le ferry l’Expresse des îles pour rejoindre la Dominique.

Pour trouver votre vol au meilleur prix, utilisez notre comparateur de billets d’avion.

Activités

Découvrir, en plongée, les fonds marins de la Dominique : précipices, grottes, « murs » de bulles et poissons… Centres à Scotts Heads, Portsmouth et Salisbury.

Randonnée sur le Waitukubili National Trail, long de 184 km ou sur l’un des nombreux sentiers à la journée (500 km de chemins au total). Allibert propose un voyage à pied sur les plus beaux sentiers de la Dominique.

Plus d’informations : www.dominica.dm (anglais) – www.authentique-dominique.com (français)

Dominique

1 commentaire au sujet de « Dominique : l’île aux rastas »

  1. j aime cette méme si l ai peu vu mais via ordi etc apperçu!suis rasta de coeur !vis en gwada deouis 2 ans et cherche à résider à la dom par particulier c est dur!on m avait promis etc!et plus de nouves !suis à terre de bas là etne veut plus y reste!c est en barque de gras qui viennt samdi vendre fruits etc!!aimerais aller vers portmousth!à l année !méme ti case du moment j ai de koi me laver cuisine et chambre !c est bon!si on peut m aider etc!svp!merci et aimerais rencontrer communauté rasta!!!j aime lanature vis local etc!j ai quitté métropole ce n est pas pou rien!merci d avance si on peut me renseigner!cet article est tres bienrédigé!!merci!!dsolée pou ma demande!!c est urgent !

    Répondre

Laisser un commentaire

Share via
Copy link