Vous êtes ici >>

Chã das caldeiras : le coeur de Fogo

Découverte le 1er mai 1460 en même temps que les îles de Santiago et de Maio appartenant au groupe d’îles de Sotavento, localisé au sud de l’archipel du Cap-Vert, Fogo s’est d’abord appelé São Filipe mais elle a pris son nom actuel, probablement à cause de son volcan.

Le taxi, un aluguer, s’arrête au centre de Chã das caldeiras (le coeur du cratère), dans le village de Portela. Nous entrons chez Leopoldo Montrond qui loue quelques chambres. Derrière la façade en parpaings, le Pico Fogo domine l’horizon du haut de ses 2829 mètres. Il s’agit du sommet le plus haut du cap-Vert.

Chã das caldeiras, l’eldorado agricole

A Chã das caldeiras, la plupart des habitants s’appelle Montrond. En 1860, l’aristocrate Armand de Montrond, originaire de Besançon, fait escale au Cap-Vert pour se rendre au Brésil. Il n’en repartira jamais. La petite histoire raconte qu’il était recherché par la police française.  On lui attribue 12 femmes et une cinquantaine d’enfants.

En 1912, Manuel Da Cruz Montrond et Miguel Montrond, deux de ses enfants, partent en expédition avec des scientifiques portugais vers le Pico Fogo avec l’idée de construire des canalisations et résoudre les problèmes d’eau de São Filipe. Sur place, ils constatent que la végétation pousse grâce aux terres fertilisées par les cendres volcaniques et la brume. C’est le début de l’agriculture à Chã das caldeiras. En 1917, les premières familles fondent le village à l’intérieur du cratère, d’où le nom de Chã das caldeiras.

Les produits cultivés sont entre autres le café, réputé pour son arôme parfumé et riche, et les vignes à partir desquelles est produit le Manecom, un vin local très peu exporté. Depuis 1998, grâce à une coopoération avec l’Italie, un vin de meilleure qualité est mis en bouteille.
Les terres volcaniques permettent aussi la culture du haricot, du ricin, de pommes de terre, du manioc ou encore de nombreux fruits (grenades, citrons, pommes, figues, coings…).

C’est Leopoldo qui me raconte un peu de cette histoire. « Alors tu vois ici, on est tous un peu blanc et noir. Des cheveux blonds, des yeux clairs et une peau cuivrée. Ici, on y est bien. Le volcan peut encore cracher comme en 1995, on reviendra pour cultiver la terre et vivre du volcan. »

Leopoldo Montrond

Pico Fogo, l’attraction touristique de l’île

La principale attraction touristique de Fogo, c’est son volcan. La grande majorité des voyageurs débarquant à Fogo y va pour le découvrir et converge donc vers Chã das caldeiras. Il n’est pas question de tourisme de masse. De toute façon, les villages de Portela et de Bangaira, habités par environ 1600 habitants, ne peuvent accueillir que 50 voyageurs en même temps. Les conditions d’accueil sont sommaires : pas d’eau chaude et de l’électricité uniquement le soir grâce aux générateurs. De quoi maintenir un tourisme à taille humaine !

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

  • Trouvez vos guides de voyage sur Amazon, à la Fnac ou sur Nostromo
  • Pour réservez vos hôtels, locations de vacances et gîtes, il y bien entendu  Booking mais je vous invite aussi à découvrir GreenGo (hébergement responsable en France), Feelingo (hébergements durables en France, Espagne, Portugal, Italie et Grèce) et Abracadaroom (hébergement insolite en France)
  • Comparez le prix des locations de voiture sur Rentalcars ou Autoeurope. Louez votre van/fourgon camping-car sur Yescapa.
  • Comparez les vols avec Skyscanner ou Kayak
  • Comparez le prix de vos déplacements en bus, train, ferry et avion avec omio
  • Louez votre matériel photo chez Pixloc plutôt que de l’acheter
  • Réservez une activité, une visite ou un billet coupe-file avec Civitatis ou Get Your Guide et votre activité d’aventure ou sportive avec Manawa.
  • Vous recherchez une assurance et/ou une assistance ? J’utilise personnellement celle de Chapka Assurance.
  • Envoyez une demande de devis à une agence de voyage locale francophone

Avant d’entamer l’ascension du Pico Fogo, les voyageurs mettent traditionnellement le cap vers le Petit Pico et la coulée de lave de la dernière éruption volcanique. Du 2 avril au 26 mai 1995, des explosions stromboliennes de 300 m de hauteur ont édifié un nouveau cône, le petit pico. Environ 5000 personnes, habitant à proximité du site éruptif, sont évacuées. Aujourd’hui, les randonneurs découvrent le cratère jaune et rouge du cône, ballonnés par des odeurs de souffre, et s’immergent au coeur des coulées de lave noire figées à jamais.

Jeune fille du village de Cha das Caldeiras
Le must des randonnées, c’est bien entendu l’ascension du volcan. Le sommet est atteint en 3h00 par le dyke. Le panorama sur la caldeira et les éruptions volcaniques du XVIIIe et XIXe siècle est époustouflant. Et que dire de la descente en courant dans les scories : aussi vivifiant que le Manecom !

Le soir, on se retrouve à la coopérative du village, chez Ramiro Montrond où un groupe de villageois joue saudades et mornas. Au Cap-Vert, la joie de se retrouver entre musiciens comble bien des mélancolies.

Informations pratiques

Avec qui partir ?

Clubaventure organise un voyage d’une semaine pour découvrir l’île de Fogo dont trois jours autour du volcan avec nuits à Chã das caldeiras.

Adresses : www.chatourfogo.com : portail sur Chã das caldeiras. Pratique pour trouver un hébergement.

Livres de voyage :

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap