Vous êtes ici >>

10 lieux à découvrir en Ariège

Adossé à la chaîne des Pyrénées, l’Ariège est l’un des départements français les moins peuplés. Et de ceux qui offrent les plus beaux paysages, les plus belles rencontres, des expériences inoubliables. Entre une émouvante grotte ornée de dessins du paléolithique, un fromager et un sabotier ou encore l’étonnant marché de Saint-Girons, voici ma sélection 10 choses à voir et à faire en Ariège.

La grotte de Niaux et ses peintures préhistoriques

Après quelques pas dans l’obscurité la plus complète, la lumière se rallume. Les premières peintures apparaissent dans le faisceau lumineux : quel choc ! L’émotion m’étreint, tout juste si je n’y vais pas d’une petite larme. Ces dessins ont plus de 16 000 ans, ils datent de l’ère paléolithique. Ils représentent des animaux : bisons, chevaux, cerfs… Les uns sont très précis, d’autres ont le trait plutôt évocateurs, suggestifs. Beaucoup utilisent les aspérités naturelles de la roche sur laquelle ils sont réalisés pour mettre en avant là une tête, là une queue sans même l’esquisser. Tous expriment poésie et délicatesse. Là, je me trouve dans le « Salon noir », la principale salle, à 800 m de l’entrée de cette somptueuse merveille qu’est la grotte de Niaux. Des représentations d’animaux, ou d’autres symboles, il y en a un peu partout sur les parois : près de 150 au total. Plus qu’à Lascaux ! Toutes datent du paléolithique supérieur. Des merveilles que j’ai la chance de contempler « en vrai » : la grotte de Niaux est l’une des dernières grottes ornés en Europe à être ouverte au public.

Grotte de Niaux, Ariège
© ADT 09

Le Parc de la préhistoire de Tarascon

A un jet de pierre de la grotte de Niaux se trouve le Parc de la préhistoire. Les différentes activités que j’y trouve sont variées et plaisantes : elles s’abritent toutes sous des tentes faites de véritables peaux de bêtes tannées. D’ailleurs, les animateurs sont eux aussi vêtus de peaux, tout comme les Magdaléniens du Paléolithique, qu’ils ont coupées et traitées eux-mêmes. Peut-être suis-je encore sous le charme de la grotte de Niaux, tout me plaît ici. Les différents ateliers -comment faire du feu avec des silex, réaliser toutes sortes d’objets- sont intéressants et réalistes. La Préhistoire comme si je la vivais ! Au pas de charge, je visite encore le grand musée. Avec ses mammouths grandeur nature et ses explications fouillées, il s’adresse aux petits comme aux grands. En tout cas, j’y perds mes idées toutes faites sur le Paléolithique : l’homme de Cro Magnon, il est loin d’être aussi frustre que je le pensais. De plus, il a connu une période idyllique : ni guerre, ni famine, ni maladie…

Le château des comtes de Foix

Impossible de l’ignorer : assis sur un gros promontoire rocheux, le château domine Foix de toute sa majesté. Pas une rue ou presque de cette jolie petite ville d’où on ne le voit pas. Assiégé à plusieurs reprises mais jamais pris, le château a fière allure avec ses trois imposantes tours. Je ne risque pas de les confondre, car l’une est carrée, la seconde ronde et la troisième rectangulaire.

Bienvenue chez Gaston Fébus, comte de Foix ! La visite est vivante, rythmée par diverses animations ludiques qui me font remonter le temps. Ce sont des démonstrations de tailleurs de pierre ou de forgeron, effectuées par des médiateurs culturels en tenue d’époque. La plus spectaculaire est évidemment celle des machines de guerre, catapultes et autres trébuchets. Des engins grandeur nature …et qui fonctionnent, comme je le constate. Devenu une prison au XVIIIe et XIXe s, le château de Foix, joliment restauré dans les années 1930, est impressionnant.

Le grand musée qui le flanque est, lui, tout moderne, puisque ouvert en 2019. Aménagé dans l’ancien palais de justice, il retrace l’épopée des comtes de Foix de manière frappante. J’ai bien aimé aussi.

Chateau de Foix, Ariège
© STEPHANE MEURISSE

Mirepoix, un vrai bijou

N’ayons pas peur des mots : le bourg de Mirepoix, à une trentaine de km de Foix, est un vrai bijou architectural ! J’aime beaucoup. En plein cœur du pays cathare, cette bastide médiévale est colorée, vivante, franchement intéressante à parcourir. La place centrale, la place des Couverts, est tout simplement exceptionnelle. Elle doit son nom aux maisons en surplomb, soutenues par des piliers de bois, qui s’alignent sur ses côtés. Pour la plupart à colombages, datant du XVe, elles sont joliment bariolées. Et puis je me suis pas mal attardé dans la cathédrale. Avec sa nef, la plus grande de France, son immense orgue et ses belles chapelles rayonnantes, l’édifice m’impressionne.

Mirepox, Ariège
© ADT 09

Les isards ou les marmottes de la vallée d’Orlu

S’enfonçant dans les Pyrénées, près d’Ax-les-Thermes, la vallée d’Orlu est bien préservée. Elle abrite notamment une belle réserve nationale de faune et de flore qui s’étale jusqu’à 2 750 m d’altitude. J’ai accompagné des animateurs de la Maison de la Réserve pour tenter de voir les isards -ici vivent quelque 5 à 600 de ces cousins du chamois- ou les marmottes. A cause du brouillard et de la pluie, je fais chou blanc sur toute la ligne. Au demeurant, c’est une bien belle balade quand même.

La centrale hydroélectrique d’Orlu

Pas si fréquent de pouvoir visiter une centrale hydroélectrique, et celle d’Orly est particulièrement intéressante ! D’abord, je trouve que le cadre est vraiment plaisant, au pied des montagnes. Lumineuse et très ouverte, la centrale actuelle date des années 1950. Elle est alimentée par une chute hydroélectrique qui à sa mise en service, en 1908, était la plus haute du monde avec ses 949 m de dénivelé. Bien sûr, je ne peux approcher les deux grosses turbines de la centrale mais j’ai une vue plongeante sur les installations. Peu familier de ce genre de visite, je me pique pourtant au jeu car tout cela est fort instructif.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

  • Trouvez vos guides de voyage sur Amazon, à la Fnac ou sur Nostromo
  • Pour réservez vos hôtels, locations de vacances et gîtes, il y bien entendu  Booking mais je vous invite aussi à découvrir GreenGo (hébergement responsable en France), Feelingo (hébergements durables en France, Espagne, Portugal, Italie et Grèce) et Abracadaroom (hébergement insolite en France)
  • Comparez le prix des locations de voiture sur Rentalcars ou Autoeurope. Louez votre van/fourgon camping-car sur Yescapa.
  • Comparez les vols avec Skyscanner ou Kayak
  • Comparez le prix de vos déplacements en bus, train, ferry et avion avec omio
  • Louez votre matériel photo chez Pixloc plutôt que de l’acheter
  • Réservez une activité, une visite ou un billet coupe-file avec Civitatis ou Get Your Guide et votre activité d’aventure ou sportive avec Manawa.
  • Vous recherchez une assurance et/ou une assistance ? J’utilise personnellement celle de Chapka Assurance.
  • Envoyez une demande de devis à une agence de voyage locale francophone

Le coutelier, le fromager et le sabotier à l’œuvre

L’Ariège est terre d’artisans : j’en ai rencontrés d’éminents. A commencer dans cette coutellerie installée depuis le XVIIe à Foix, la maison Savignac. Derrière les vieilles devantures en bois, qui sont déjà tout un poème, Olivier Montariol perpétue la tradition de bien belle manière. A Engomer,  Au Moulin Gourmand, la gastronomie est à l’honneur avec les fromages de la famille Gimbrede. Divins, à commencer par les behtmales !

Dans cette vallée de Bethmale, Pascal Jusot est le dernier sabotier des Pyrénées. Il confectionne ou répare le sabot traditionnel de Bethmale, très pointu, dont il montre d’ailleurs une belle collection. Et bien sûr les modèles plus classiques. Je l’ai vu faire, il faut un bon coup de main. C’est du boulot, deux à trois heures lui sont nécessaires avant d’apposer sa signature, deux épis de blé stylisés.

Une virée sur une trottinette VTT électrique

Une manière bien ludique de découvrir la région : la trottinette VTT électrique. Je m’y suis essayé du côté de Montoulieu, un joli village historique perché sur une colline à une dizaine de km de Foix. Il faut d’abord faire connaissance avec la machine, quand même plus imposante que celles qui sillonnent les villes. Elle est équipée de deux moteurs, un pour chaque roue, que l’on pilote séparément. Denis me familiarise avec ma monture avant de présenter le village, inclus dans le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises et qui domine une bonne partie de la vallée de l’Ariège. Au retour, j’ai bien kiffé le détour par le pont du Diable, un vieux pont de pierre soutenu par quatre arches sur lequel courent quelques légendes sulfureuses.

Le palais des évêques de Saint-Lizier

Perché sur une colline près de Saint-Girons, le bourg de Saint-Lizier est l’une de mes plus belles escales en Ariège. J’adore cet endroit qui a un charme fou avec ses vieilles pierres, ses rues pavées. Ce gros village d’à peine 1 500 ha qui fut le siège de l’évêché du Couserans peut s’enorgueillir de deux cathédrales ! ND de la Sède, dans l’enceinte du palais des Évêques -qui est aujourd’hui un beau musée- offre de magnifiques peintures Renaissance mises au jour seulement il y a peu. La cathédrale « basse » offre quant à elle de somptueuses fresques romanes du XIe. Et un magnifique cloître, avec une trentaine d’arcades, où j’ai pris plaisir à m’attarder pour en admirer les détails. Tout à côté se trouve l’ancien hôtel-dieu qui a encore servi d’hospice jusqu’en 2010. Et qui abrite une pharmacie restée exactement telle qu’elle se présentait à son ouverture en 1764 ! Avec ses boiseries en merisier, faïences et bouteilles en verre soufflé, onguents et remèdes. Extraordinaire.

Palais des évêques st-Lizier en Ariège
© ADT 09

L’étonnant marché de Saint-Girons

Plus baba, tu meurs ! Le marché de Saint-Girons, qui se tient chaque samedi sur le champ de mars est le plus étonnant que j’ai jamais vu. Et sans doute le plus sympa aussi. Tout simplement parce que bon nombre des quelque 120 exposants qui dressent leur étal sous la double rangée de platanes, face à la rivière, sont des « néo-ruraux ». Des hippies, quoi. Ceux qui ont repeuplé cette région montagneuse du Couserans, lui ont donné une nouvelle vie. Ils vendent qui du fromage ou du miel, des plantes séchées, qui des haches et autres vieux outils remis à neuf, des bijoux ou des chapeaux faits main. J’ai même trouvé une « sorcière de l’être » qui me dit la bonne aventure en direct et en public.

Tout ce petit monde fait très bon ménage avec les commerçants traditionnels, visiblement ravis d’être ainsi épaulés. Le résultat en est un marché beaucoup plus coloré, et beaucoup plus de musique, live bien sûr, qu’ailleurs.

Informations pratiques – 10 lieux à découvrir en Ariège

Office de tourisme de l’Ariège

Bonnes adresses – 10 lieux à découvrir en Ariège

  • Hôtel Le manoir d’Agnès (4*) à Tarascon-sur-Ariège, sur la route entre Toulouse et l’Espagne, un établissement très cossu dans une belle maison de maître. Son restaurant, les Saveurs du Manoir, propose une cuisine très soignée qui privilégie les produits frais et locaux.
  • Restaurant le Grand Café à Ax-les-Thermes, en plein centre un endroit sympa dans un décor d’ancienne brasserie avec un super rapport qualité-prix. Tel. 05 61 64 14 31.
  • La chambre d’hôtes Le Clos Cathala, à Saint-Paul-de-Jarrat, est tout simplement merveilleuse. Un petit château plein de charme, perdu dans une immense propriété loin de tout. Les chambres cultivent un charme rétro tout à fait approprié. La cuisine vaut elle aussi le détour : raffinée, à l’image des lieux, inventive.
  • Auberge La Sapinière, au col de Port, à 1 249m, une vieille auberge où l’on ne mange que les bonnes choses de la cuisine du terroir, et en quantité ! Tel 05 61 05 67 90.
  • Chambres d’hôtes La Maison du Parc à Lacave, dans une grande demeure flanquée d’une piscine, située au calme, un accueil particulièrement soigné.
  • Restaurant Le Carré de l’Ange à Saint-Lizier : installé dans le palais des Évêques, il offre une cuisine inventive -récompensée par un Bib gourmand au Guide Michelin- dans un décor magnifique. Les beaux jours, sa terrasse est tout simplement magique.

Guide de voyage sur l’Ariège

Ariège – Pyrénées du Guide du Routard

10 choses à voir et à faire en Ariège

Journaliste venant de la presse régionale, maintenant je ne fais plus que ce que j'aime. C'est simple, non ?

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap