Vous êtes ici >>

Visiter Bruxelles sans passer par le centre

On croit tout connaître de Bruxelles dès qu’on a vu la Grand Place, le Manneken Pis et le musée Magritte, léché les vitrines des magasins de luxe le long de l’avenue Louise et fureté dans les boutiques de bandes-dessinées. La capitale européenne, parce qu’elle est à taille humaine, piège bien des touristes qui pensent en avoir fait le tour en un week-end.

Bruxelles
Quittez les grands axes touristiques pour profiter des ruelles bruxelloises

Certes il y a l’Atomium, pour sortir un peu des sentiers battus, ainsi que quelques échoppes insolites à proximité des grands axes touristiques. Mais d’autres rues sont à découvrir. La rue Sainte Catherine par exemple, au Nord-Est du centre-ville, permet un shopping branché et des cafés agréables. Certains diraient que le quartier est en voix de « boboïsation ». C’est peut-être vrai, mais après avoir échappé à la destruction dans les années 1960 et 70, il est dans une phase de renouveau. Le promeneur redécouvre alors un patrimoine architectural des XVIIème et XVIIIème siècles, jusque là laissé à l’abandon. Quand il fait beau, la place Sainte Catherine et ses maisons à pignon sont un bel endroit pour faire une pause déjeuner. Et pour les amateurs du genre, l’église qui trône sur la place est un magnifique exemple d’architecture XIXème mêlant art gothique et Renaissance.

église Sainte Catherine
Dès le matin, on peut déguster des huitres et des coquillages, à l’ombre de l’église Sainte Catherine

De l’électricité à l’art contemporain

En se baladant dans le quartier, au 44 de la place Sainte-Catherine, on tombe sur la Centrale Electrique, un bâtiment semi-industriel qui fut l’extension de la première centrale électrique de la ville (1901-1903). Aujourd’hui, le bâtiment est un temple de la création d’art contemporain, toutes disciplines visuelles confondues (arts plastiques, multimédia, vidéo, installations, performances, arts appliqués). Le lieu fêtera par ailleurs ses dix ans l’année prochaine. A réserver tout de même à un public averti, on est loin des maîtres flamands et de la bande dessinée.

Dans la même veine d’embellissement, la rue de Flandre a également opéré sa mue. Plus chic que la rue Sainte Catherine, les boutiques de décoration et fringues branchées pullulent. A l’instar du concept store de créateurs belges Bel’Arte. On y trouve des objets de toute sorte, principalement de fabrication artisanale, à des prix plutôt corrects.

Zineke
Symbole du quartier des Chartreux, le Zineke (le bâtard) est une alternative au Mannekenpis

Les Belges, ces rois de la chine

Autre quartier, autre lieu. En contrebas du titanesque Palais de Justice (26000m2 au sol), le quartier des Marolles est un quartier bigarré, où les boutiques branchées et les cafés populaires cohabitent dans une ambiance de brocante dominicale permanente. Les magasins d’antiquité y sont d’ailleurs légion. On peut y faire de bonnes affaires et le bric-à-brac exposé est une source permanente d’inspiration pour les amoureux de décoration. En flânant dans la rue du Renard, on débouche sur la place du Jeu de Balle (en référence au jeu de la balle pelote, autrefois très populaire en Belgique), où un marché aux puces se tient tous les jours de 7h à 14h.

Les cafés tout autour sont une halte bien méritée après avoir négocié ferme quelques fripes ou petits objets vintage. Attention tout de même, beaucoup d’objets sont des produits artificiellement vieillis.

A l’extrémité du quartier, nous sommes déjà dans la commune de Saint-Gilles. Nous sortons des Marolles par la Porte de Hal, édifiée au XIVème siècle. C’est le seul vestige encore debout des fortifications qui protégeaient la ville en Moyen-Âge (à l’exception d’un pan de mur, encore visible… dans les toilettes du café Monk, rue Sainte Catherine).

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

  • Trouvez vos guides de voyage sur Amazon, à la Fnac ou sur Nostromo
  • Pour réservez vos hôtels, locations de vacances et gîtes, il y bien entendu  Booking mais je vous invite aussi à découvrir GreenGo (hébergement responsable en France), Feelingo (hébergements durables en France, Espagne, Portugal, Italie et Grèce) et Abracadaroom (hébergement insolite en France)
  • Comparez le prix des locations de voiture sur Rentalcars ou Autoeurope. Louez votre van/fourgon camping-car sur Yescapa.
  • Comparez les vols avec Skyscanner ou Kayak
  • Comparez le prix de vos déplacements en bus, train, ferry et avion avec omio
  • Louez votre matériel photo chez Pixloc plutôt que de l’acheter
  • Réservez une activité, une visite ou un billet coupe-file avec Civitatis ou Get Your Guide et votre activité d’aventure ou sportive avec Manawa.
  • Vous recherchez une assurance et/ou une assistance ? J’utilise personnellement celle de Chapka Assurance.
  • Envoyez une demande de devis à une agence de voyage locale francophone

La rue de Flandre
La rue de Flandre adopte un mobilier urbain souvent original

L’Art Nouveau indémodable

Toujours à Saint Gilles, la Maison Horta est incontournable. Bruxelles est célèbre pour ses maisons Art Nouveau, que l’on peut découvrir à travers des balades dédiées à ce courant majeur de la fin du XIXème au du début du XXème siècle. Si on ne devait retenir qu’un lieu pour représenter ce qu’était l’imaginaire des artistes de cette époque, ce serait alors la maison personnelle et l’atelier de l’architecte Victor Horta (1861-1947). Construits entre 1898 et 1901 aux numéros 23 et 25 de la rue Américaine, les deux bâtiments sont une plongée en apnée dans ce que l’Art Nouveau a créé de plus beau. La maison est quasiment intacte et d’autres objets de cette époque viennent compléter cette riche exposition in situ. La ville est parsemée de ces exemples d’architecture qui mériterait un reportage à lui tout seul.
Bien entendu, quel que soit le circuit choisi, une visite à Bruxelles est réussie si, et seulement si, on rapporte avec soi un ballotin de chocolats.

Bruxelles
A Bruxelles, la bande dessinée est partout

Informations pratiques

Comment y aller ?

Le plus simple reste le train :

  • En Thalys : Certainement le plus pratique car un train circule quasiment toutes les heures entre Paris et Bruxelles. 1h22 depuis Paris.
  • En TGV : Moins de liaisons, mais il a l’avantage de relier directement d’autres villes comme Lille, Marseille, Lyon, ou Marne la Vallée, sans passer par Paris.

Où déjeuner ?

  • Le roi des Belges, 35, rue Jules Van Preat
  • John & Rose art Café, 80-84, rue de Flandre

Où dormir ?

Deux lieux, deux ambiances :

Le Berger hôtel : Pour les amateurs d’histoire frivoles. Ancien hôtel de rencontre entre amants, il ne s’agissait pas de lieu de prostitution. D’une infinie discrétion, il permettait aux couples illégitimes de vivre leur amour en toute tranquillité. Le style du mobilier et de la décoration n’a pas beaucoup bougé depuis son ouverture, dans les années 30. Ce qui explique parfois l’allure un peu d’hôtel de passe de certaines chambre. Idéal pour les week-ends à thème, à déconseiller aux personnes un peu fleur bleue.

Boutique hôtel 4* Zoom : Décor année 1950 et mobilier industriel, ici le smart design est de mise. Comprenez, il n’y a aucun meuble superflu, tout est fonctionnel. Très épurée, la décoration a la photographie pour thème principal. A noter, l’hôtel est très prisé des cadres européens et des hommes d’affaires, il est donc plus abordable le week-end qu’en semaine.

Un guide de voyage : Un Grand-End à Bruxelles 2016, éditions Hachette

Ex-banquier reconverti dans le journalisme, citadin, je ne me lasse jamais de découvrir les moindres recoins d’une ville

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap