Vous êtes ici >>

Venise hors des sentiers battus

Limiter la visite de Venise à la découverte de la Place Saint-Marc serait une grave erreur. Si la « Piazza » est incontournable, les quartiers de Cannaregio, Dorsoduro et San Polo permettent de savourer un Venise plus humain, moins omnipotent mais tout aussi culturel et chargé d’histoires.

ponte dell Academia - Venise

La pointe de Dorsoduro

C’est par le ponte dell Academia qu’il est le plus agréable d’entrer dans le quartier de Dorsoduro situé en face de San Marco de l’autre côté du « Canal Grande » . Comme le pont des arts à Paris, celui dell Academia est le rendez-vous des amoureux qui y accrochent des cadenas d’amour. Il offre également une vue imprenable en fin de journée sur le Grand Canal et Santa Maria della Salute.
Au pied du pont, l’Academia est l’une des pinacothèques les plus importantes d’Italie et le musée le plus complet sur la peinture vénitienne du XIVe au XVIIIe siècle. Immanquable pour les amateurs de grand chef d’œuvres artistiques. Nous, on a poursuivi notre chemin sans y entrer.

En descendant vers les quais de Zattere par Fondamente Nani, le petit squero San Trovaso concentre les derniers ateliers de réparation de gondoles. Pour nous, c’était dimanche et c’était donc fermé. Une gondole séchait néanmoins à l’extérieur des entrepôts. Les quais de Zaterre sont agréables pour une balade, boire un verre et prendre un repas (voir le carnet pratique).

La pointe de la Douane - Venise

En les suivant jusqu’au bout, on tombe sur la punta della Dogana. C’est ici dans le Palazzo Grassi que François Pinault a installé sa galerie privée d’art contemporain. L’aménagement intérieur réalisé par l’architecte Tadao Ando est une œuvre à lui tout seul. Depuis la pointe, la vue sur Venise y est superbe.

En revenant vers le ponte dell Academia, deux autres visites s’imposent : la découverte de l’intérieur de l’imposante Santa Maria della Salute et la collection Peggy Guggenheim si la galerie François Pinault ne vous a pas rassasié.

Pont du Rialto - Venise

Les ruelles de San Polo

C’est par un autre pont tout aussi populaire qu’on accède au quartier de San Polo via San Marco, celui du Rialto. Construit à la fin du XVIe siècle en pierre d’Istrie pour ne plus finir en cendres, c’est un vrai chef d’œuvre d’ingénierie pour l’époque. Une unique arche de 28 mètres de portée, située à 7 mètres 50 au-dessus de l’eau, le tout bâti sur 12 000 pilotis, rien que ça ! C’est que le pont du Rialto est lourd avec ses trois voies de passage piétonnier, deux rangées de boutiques. Pour connaitre toute l’histoire du pont, je vous conseille la lecture de l’excellent article d’E-Venice.

En descendant le pont, on entre dans la rue commerçante très fréquentée de Ruga Degli Orefici. Beaucoup de boutiques pour touristes, plus ou moins intéressantes, dont La Bogetta dei Mascareri dont je parle plus en détails dans l’encadré sur les masques vénitiens. Direction la Fabriche Nuevo le long du Grand Canal et ses étals de fruits et légumes. En continuant le long du canal, on entre dans la Pescheria, le pittoresque marché aux poissons. Tous les matins, les vénitiens s’y rendent pour remplir leurs assiettes de produits frais. Des scènes de vie hautes en couleurs qui donnent le pouls de Venise.

Marché aux poissons de Venise

Après, on s’est un peu perdu dans le quartier de San Polo. Et c’est ce qui nous a plus. Arpenter toutes ses ruelles imbriquées les unes dans les autres, franchir de petits canaux, louvoyer sous des arcades de plusieurs siècles et découvrir par hasard de petites adresses géniales. Ce fut le cas du petit resto All’Arco et de l’atelier Marega dont je parle plus loin. Ces pérégrinations nous ont conduit jusqu’à la Basilique Santa Maria Gloriosa dei Frairi. Cette gigantesque église est aussi bien un lieu de culte qu’un musée. Elle regorge d’œuvres d’art et ici repose Titien, Canova et Monteverdi. L’Assomption de Titien (1518) est remarquable.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

  • Trouvez vos guides de voyage sur Amazon, à la Fnac ou sur Nostromo
  • Pour réservez vos hôtels, locations de vacances et gîtes, il y bien entendu  Booking mais je vous invite aussi à découvrir GreenGo (hébergement responsable en France) et Abracadaroom (hébergement insolite en France)
  • Comparez le prix des locations de voiture sur Rentalcars ou Autoeurope
  • Comparez les vols avec Skyscanner ou Kayak
  • Comparez le prix de vos déplacements en bus, train, ferry et avion avec omio
  • Louez votre matériel photo chez Pixloc plutôt que de l’acheter
  • Réservez une activité, une visite ou un billet coupe-file avec Civitatis ou Get Your Guide et votre activité d’aventure ou sportive avec Manawa.
  • Vous recherchez une assurance et/ou une assistance ? J’utilise personnellement celle de Chapka Assurance.
  • Envoyez une demande de devis à une agence de voyage locale francophone

Masque vénitien : Mode d’emploi

Les boutiques de masques de carnaval sont innombrables à Venise. Mais la grande majorité ne fait que les vendre alors que de petits ateliers vous permettent d’acheter directement à l’artisan un masque authentique et parfois unique, plus esthétique et souvent pas plus cher. Pour les repérer, les devantures arborent l’autocollant « Artigiano Veneziano ».

Atelier de masques vénitiens Marega

Après avoir conçu le visage en argile, l’artisan modèle un moule en plâtre dessus. Il dispose ensuite dessus du papier mâché et le fait sécher lentement. Une fois rigide, le masque est retiré de son moule puis poncé à l’aide d’un papier abrasif très fin. Par la suite, l’artisan le peindra selon ses goûts et ses envies.

Dans le quartier de San Polo, voici deux adresses découvertes et approuvées :

  • La Bottega dei Mascareri : située dans la très commerçante Ruga Degli Orefici, Sergio et Massimo Boldrin sont fiers d’afficher leurs participations à plusieurs grands films américains, Eyes Wide Shut en tête. A l’intérieur de la minuscule boutique, on trouve des masques de la Commedia dell’arte, des Pantalone, des Zanni, des Harlequins. Derrière une table, Massimo peignait un fond sur un masque lors de mon passage.
  • Atelier Marega : Un large éventail de masques est confectionné dans l’atelier : des loups, des faces à main comme des faces plus classiques dans un style typiquement vénitien ou au contraire plus fantaisiste et coloré. Sur place, les artisans réalisent les masques dans l’atelier et les prix sont tout à fait abordables pour la qualité des réalisations. Un véritable coup de cœur.

 

Statut du Campo dei Mori

Cannaregio, le ghetto juif

C’est du palais gothique Ca’d’Oro que la visite du quartier a débuté. Sa façade, facilement visible depuis le Grand Canal, est de toute beauté. A l’intérieur, il abrite la collection Franchetti riches de sculptures vénéto-byzantines et de tableaux vénitiens de la Renaissance.

En poursuivant vers le nord, la place Campo dei Mori est flanquée de statuts de Maures sur les façades des maisons. Il s’agit d’une évocations aux frères Rioba, Sandi et Afani, des marchands du Péloponnèse qui s’installèrent à Venise au XIIe siècle.

Toujours plus au nord l’Eglise Madonna dell’Orto mérite une visite pour tous les admirateurs de Tintoret ou les curieux comme nous. A l’intérieur, on y trouve de nombreux tableaux du peintre dont celles de part et d’autre du chœur : l’adoration du veau d’or et le jugement dernier.

Ghetto nuevo de Venise

Comme à San Polo, on se perd avec délectation dans ce quartier populaire de Venise. D’une ruelle ombragée, on passe à une place bercée de lumières, puis on suit un canal que traverse un pont pour tomber sur le Ghetto. C’est à Cannaregio que les juifs ont été contraints à résidence en 1516, là où se trouvait un fonderie (gheto en vénitien). Par extension, le terme est employé aujourd’hui à tous les quartiers du monde dans lequel se trouve principalement une population issue d’une minorité ethnique, culturelle, ou religieuse. Aujourd’hui, quelques synagogues subsistent à l’étage des immeubles.

Cannaregio, Dorsoduro et San Polo : trois façons de découvrir une Venise plus authentique et populaire que la Place Saint-Marc.

Informations pratiques

Comment y aller ?

Depuis la France, l’avion reste le moyen le plus pratique pour se rendre à Venise. Les compagnies low-cost au départ de Paris rejoignent Venise. Pour trouver votre billet d’avion au meilleur prix, utilisez notre comparateur de vols.

Comment circuler ?

En vaporetto et rien qu’en vaporetto. Le « biglietto a tempo » valable 12h, 24h, 36h, 48h, 72h ou 7 jours offre l’accès illimité à la majorité des vaporetti (à l’exception des lignes longue distance Alilaguna, Clodia et Fusina) ainsi qu’aux bus du Lido et de Mestre. En vente sur www.veneziaunica.it, aux stations Santa Lucia et Piazzale Roma ainsi qu’aux embarcadères de vaporetto Ferrovia, Rialto, Accademia, San Marco et San Zaccaria.

Où dormir ?

Les hôtels à Venise sont chers. Pour mieux gérer le budget, réservez bien à l’avance et comparez les prix des hôtels.

Restaurants

  • Dorsoduro : Une seule adresse testée et c’est un bon restaurant, la Terrazza del Casin dei Nobili sur les quais de Zattere (au n° 924). D’extérieur, c’est un restaurant comme les autres. Dans l’assiette, il fait bien mieux. Ça n’est pas gastronomique mais c’est un excellent petit restaurant qui allie le mariage des saveurs et une présentation soignée des assiettes. Et les desserts sont exquis.
  • San Polo : All’Arco (San Polo 436 | Calle Arco), c’est une minuscule adresse pour déguster des « cicheti » accompagnés d’un bon vin. On mange debout et surtout dehors. Excellent accueil et ambiance vénitienne.
  • Cannaregio : Trattoria da Marisa, c’est une petite osteria le long du « Canal Grande ». Un plat unique mais une ambiance typiquement vénitienne. C’est souvent plein. Alors si c’est le cas, il y a la pizzeria Ai Tre Archi à environ 100 mètres.

Livres

  • Guide Evasion en ville Venise : des itinéraires bien faits pour découvrir tous les quartiers de Venise
  • Guide du Routard Venise : Fidèle à sa vocation, le GDR déniche de bonnes petites adresses loin des arnaques à touristes et s’engouffre dans tous les quartiers de Venise

Plus d’infos

 

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap