Vous êtes ici >>

J’ai testé Shaddl, l’application de taxis pour les aéroports de Paris

Il y a quelques semaines, je vous présentais le concept Shaddl, un service de taxi green et mutualisé vers les aéroports de Paris. Je viens de tester Shaddl lors de mon aller-retour à l’aéroport Paris Charles-de-Gaulle pour me rendre et revenir du Kenya. Voici mon avis.

Les promesses de Shaddl

Shaddl propose de mutualiser la course de taxi jusqu’à 8 personnes en la réservant à l’avance via son application IOS ou Android. La société s’engage à utiliser des taxis électriques ou hybrides et la durée des trajets ne peut dépasser 75 minutes.

Dans les taxis, connexion wifi, boissons fraîches, presse et bornes de rechargement pour smartphone seraient disponibles.

Pour retrouver l’ensemble de la présentation du concept Shaddl, lisez mon article de présentation 🙂

J’ai donc réservé mes deux trajets deux jours avant mon départ. Le prix du trajet de chez moi à Chelles jusqu’à l’aéroport Paris Charles-de-Gaulle a été établi à 29,55 € TTC alors que la course en taxi serait revenu à 61 € (horaire de nuit pour l’aller et dimanche pour le retour).

Promesses tenues ? Je vous dis tout.

Shaddl

Réservation ultra simple !

L’application Shaddl est enfantine à utiliser. On entre son prénom, nom et adresse, le nombre de passagers, l’aéroport de destination, le numéro de vol, la date du trajet, l’heure d’arrivée à l’aéroport et les options. Puis on clique sur Estimer le prix. Shaddl indique alors le prix de la course du trajet. On réserve et on paye par carte bleu.

J’ai alors reçu une confirmation de commande par SMS.

Le trajet aller : presque rien ne va !

Le 28 juin, la veille de mon départ, je reçois un SMS de confirmation de la course Shaddl avec la date, l’heure de prise en charge et le nom du conducteur.

Le jour J, 10 minutes avant 4h30, l’heure du RDV, le chauffeur appelle, il est devant la maison. Un bon point. Après, tout se gâte…

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

La voiture est une Citroën Berlingo (alors que cela aurait dû être un Renault Trafic selon l’enquête de satisfaction envoyée par Shaddl après la course). Elle n’est pas hybride. Aucun service à bord : pas de connexion wifi, ni boissons fraîches, ni presse, ni bornes de rechargement pour smartphone. La voiture n’est pas un taxi et le chauffeur semble faire le trajet vers l’aéroport pour la première fois. Le coffre est petit et à moitié encombré d’effets personnels. Pire, il est stressé, a une faible vu de nuit et a manqué deux fois de faire un accident suite à des erreurs de conduite.

Les promesses de Shaddl sont très très loin d’être remplies sur ce premier trajet.

Ma note de satisfaction envoyée à Shaddl : 1/5

Suite à mon mécontentement, le service qualité de Shaddl m’a recontacté. Visiblement, le taxi prévu a eu un contre-temps et a envoyé une tierce personne pour faire la course. Pas de bol pour nous. Shaddl doit avoir un entretien avec son chauffeur afin que cette situation ne se reproduise plus.

Le trajet retour : rassuré par le service Shaddl !

Le voyage au Kenya s’est super bien déroulé.

Là aussi, un jour avant le retour à l’aéroport Paris Charles-de-Gaulle, je reçois un SMS avec la date, l’heure de RDV et le nom du chauffeur. Il m’appelle 30 minutes avant juste après que l’avion ait atterri et me donne rdv à la sortie.

La voiture est un taxi Toyota hybride. Sur son pare-brise, un logo Shaddl a même été apposé. A l’intérieur, pas de services mais des bonbons à disposition et un chauffeur, un vrai, qui connaît sa route et son métier de taxi driver. Sympathique en plus. Certes il n’y avait pas l’ensemble des services indiqués par Shaddl mais je recherchais avant tout à effectuer des courses en taxi moins chères et en toute sécurité.

Ma note de satisfaction envoyée à Shaddl : 5/5

Me voilà rassuré par le service Shaddl. Et puis, mon trajet en taxi a été divisé par deux !

NB : Lors de mon échange téléphonique avec le service qualité, Shaddl m’a confirmé qu’ils équipaient les chauffeurs de taxi étaient d’un boitier wi-fi et de bornes de rechargement USB. Il semblerait donc que tous les chauffeurs ne prennent pas la peine d’offrir le service à leurs clients.

Grégory ROHART

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

3 commentaires au sujet de “J’ai testé Shaddl, l’application de taxis pour les aéroports de Paris”

  1. Désolé je ne vois pas où est la mutualisation dans cette affaire. Je pense que le taxi ne s’y retrouve pas et donc ne va pas durer. Mieux vaut essayer le système G7 partagé.

    Répondre
    • Le service est bien collectif (jusqu’à 8 passagers) selon la course et les places disponibles dans le taxi. Concernant le test, c’est vrai il n’y a pas eu mutualisation.

      Pour avoir discuté avec le second chauffeur de taxi, il m’a dit s’y retrouver car il ne cherche pas le client et la prise de rdv est pratique.

      C’était aussi un taxi qui ne prend pas la CB. Les taxis G7 en sont équipés de mémoire. Après je peux comprendre que tous les taxis ne s’y retrouvent pas.

      Le consommateur lui s’y retrouve car le système de résa est facile et la course moins chère au final. Dans mon cas, je ne prends jamais le taxi pour rejoindre les aéroports. C’est trop cher. Avec Shaddl, je peux me le permettre.

      Répondre

Laisser un commentaire

Share via
Copy link