Vous êtes ici >>

Los Monegros, le désert secret d’Espagne

Pour rejoindre le désert de los Monegros, il existe un vol low-cost Beauvais-Saragosse. C’est pratique et pas cher. Mais c’est un peu plus au nord, à Huesca, dans une ambiance moins citadine que le voyage commence réellement.

Los Monegros : un désert cultivé

A première vue, Los Monegros ne reflètent pas l’archétype même du désert. Avec une partie nord irriguée et verdoyante, une partie sud plus sèche mais végétalisée, nous sommes loin des déserts ultra-arides du Sahara, du Namib ou de Gobi. Ici, arbustes ras, canaux, cultures de luzerne, orge, blé, cigognes, vautours et autres oiseaux migrateurs, se côtoient en toute harmonie.

La route de Torrollones

En quittant Huesca pour aller du coté d’Alberuela de Tubo, la ville laisse rapidement la place aux grandes étendues cultivées. Le rocher de la Fertilité, trônant au milieu des cultures tel un décor de far-west, semble expliquer à lui seul une partie de l’histoire de la région.

La route de Torrollones

Quelques 40 millions d’années en arrière, l’émergence des Pyrénées a fini par donner naissance à Los Monegros. Au fil des siècles, les monts se sont érodés laissant la place à la vallée de l’Ebre. Cette dégradation qui œuvre encore aujourd’hui, donne ainsi des paysages mélangeant vallées et plateaux de conglomérats.

Du haut du rocher de la Fertilité, on aperçoit aisément la partie sud du désert, et ça et là d’autres rochers épars.

Un peu plus loin, à Alberuela de Tubo, des ruines d’un ancien château construit sur un rocher abritent bon nombre de cigognes. Perchées au dessus de nos têtes, elles y ont élu domicile pendant toute l’année ; de quoi ravir les touristes et amateurs d’oiseaux.

Torollones de Gabarda

Les trajets sur route sont un bon moyen de rejoindre les différents lieux de visite. Ceux-ci, sont souvent éloignés de quelques kilomètres les uns des autres.

Après avoir longé le canal de Los Monegros et ses rochers magnifiques, la route de Torollones de Gabarda s’arrête dans une petite clairière. Là, entre quelques arbres, un belvédère permet d’admirer le paysage. Une falaise de conglomérat d’une centaine de mètres se dresse au devant. Tout à fait remarquable, elle semble comme sortie d’une scène de Zorro.

Torrolones de Gabarda

Un peu plus loin, à l’abri des regards, après dix minutes de marche « El Ricon del Olivar » est un lieu typique des Monegros. Cerclée par des rochers, une oliveraie pousse tranquillement protégée du vent.

Du vin et de la passion

Dans le petit village de Lanaja se trouve la Bodega Dcueva. Une winerie locale à la production bio. Tenue par son unique employé, Fernando Mir Casaus, la Bodega Dcueva produit du blanc et du rouge de Los Monegros.
Enfant du pays, passionné de bonnes bouteilles, il a souhaité créer un vin de qualité et de goût, un vin de terroir.

Aujourd’hui, 8 000 bouteilles par an sont commercialisées. L’entreprise propose deux bouteilles phares, la Duna pour le blanc et le Sed pour le rouge. La Sed, s’accompagne très bien de viandes blanches et de petits légumes. Quant à la Duna, c’est avec du poisson qu’il nous conseille de la boire.

Du vin et de la passion : la Bodega Dcueva

Avec des cépages mélangeant, syrah, grenache, cariñena pour le rouge et Alcañón pour les vins blancs, Fernando fait la promotion de son pays. Un terroir ensoleillé, avec des sols faits de calcaire et de sables : « El vino del desierto » (le vin du désert) comme l’étiquette l’indique.

Sans pesticides, ni herbicides, la production se destine à une vente locale.

Los Monegros : secrets d’histoire

A Piracès, petit village pittoresque de 96 habitants, la vie quotidienne est marquée par l’agriculture et les quelques touristes qui viennent admirer le panorama.

À 430m d’altitude, le site offre une vue remarquable sur les cirques qui l’entourent. Protégé par une ancienne forteresse d’observation surplombant le village et la vallée de l’Ebre, les couchers de soleils y sont magnifiques.

Si la Piedra de Mediodía, semble retenir toutes les attentions, José Antonio, un villageois nous indique qu’il existe d’autres lieux d’intérêts. Voilà qu’il nous nous amène découvrir une pierre à sacrifices qui dateraient de plusieurs milliers d’années…un beau moment de partage.

Les rochers et autres pierres à sacrifices ne sont pas les seuls emblèmes de Los Monegros. L’Espagne est pieuse, et les ermitages, églises, lieux de cultes font partis du patrimoine.

A San Caprasio, de petites habitations troglodytes servent de lieux d’ermitage à toutes personnes qui souhaitent s’y recueillir. Cinq habitations accueillent les ascètes durant toute l’année. Comme oubliées et guidées par le temps qui passe, elles semblent s’inscrire parfaitement dans le décor de los Monegros.

San Caprasio et ses habitations troglodytes

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

  • Trouvez vos guides de voyage sur Amazon, à la Fnac ou sur Nostromo
  • Pour réservez vos hôtels, locations de vacances et gîtes, il y bien entendu  Booking mais je vous invite aussi à découvrir GreenGo (hébergement responsable en France), Feelingo (hébergements durables en France, Espagne, Portugal, Italie et Grèce) et Abracadaroom (hébergement insolite en France)
  • Comparez le prix des locations de voiture sur Rentalcars ou Autoeurope. Louez votre van/fourgon camping-car sur Yescapa.
  • Comparez les vols avec Skyscanner ou Kayak
  • Comparez le prix de vos déplacements en bus, train, ferry et avion avec omio
  • Louez votre matériel photo chez Pixloc plutôt que de l’acheter
  • Réservez une activité, une visite ou un billet coupe-file avec Civitatis ou Get Your Guide et votre activité d’aventure ou sportive avec Manawa.
  • Vous recherchez une assurance et/ou une assistance ? J’utilise personnellement celle de Chapka Assurance.
  • Envoyez une demande de devis à une agence de voyage locale francophone

En entrant dans la première grotte, seul le strict nécessaire s’est invité. Matelas, table, cuisinette, photos de Saint Roque et de Gandhi décorent la pièce. Ici, c’est certain, le dérangement n’existe pas.

Après avoir quitté le plus haut sommet des Monegros, San Caprasio (834 m), direction la vallée et l’Ermita de la virgen de la Sabina à Farlete, au sud de la Sierra de Alcubierre.
Nous y rencontrons le père Ramon, Français et jurassien d’origine qui est tout heureux de partager ses connaissances sur l’histoire des lieux.

Décorée au stylet et ornée de plâtre, l’immense bâtisse recèle de merveilleux trésors. Peintures murales, statues, rien n’a été laissé au hasard, tout semble n’avoir jamais été touché depuis des siècles.

Ermita de la virgen de la Sabina : Farlete

De Tozal en Tozal à Jubierre

Au départ de Lanaja, la A-131 conduit jusqu’au départ de la Ruta jubierre. Une piste poussiéreuse et chaotique qui semble sortir de nulle part, pour mener nulle part. Au détour d’un virage, un véritable chef d’œuvre géologique s’offre à nous. Un réseau de ravins sculpté par l’érosion a donné des Tozales, des sculptures monolithiques extravagantes, qui forment sûrement le plus beau paysage des Monegros.

De Tozal en Tozal à Jubierre

Ces différentes sculptures s’appellent Tozal de Colasico, Tozal de la Cobeta, Tozal solitario, Tozales de los Pedregales…

Comme happés par le temps qui passe, Los Monegros continueront de se transformer même si tout semble en suspens ici… A découvrir d’urgence. C’est dit…

Infos pratiques :

Quand partir : 

Toute l’année sauf durant la période estivale où les températures peuvent vite devenir caniculaires.

Avec qui :

Planeta 40 www.planeta40.com

Comment s’y rendre ?

Depuis Beauvais Ryanair propose des vols low-cost en direction de Saragosse
Depuis Pau par la nationale E-7.

En savoir plus

Comarca de los Monegros www.losmonegros.com
Office de tourisme d’Aragon : www.turismodearagon.com
Office de tourisme d’Espagne : www.spain.info

Passionné de voyage et de grands espaces, la description du flaneur chère à Kundera semble véritablement me coller à la peau.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap