Vous êtes ici >>

Week-ed sur l’île de Bréhat

Située au nord de Paimpol, à 2 km de l’embarcadère de la pointe de l’Arcouest, l’île de Bréhat est un havre de paix comme il n’y en n’a pas d’autres dans toute la Bretagne.

Petite par sa surface puisque l’île ne mesure que 3,5 km de long sur 1,5 km dans sa plus grande largeur, Bréhat jouit d’un micro-climat qui l’a met à l’abri du mauvais temps et permet à une végétation luxuriante de se développer.
Autre atout de Bréhat et pas des moindres : on n’y circule qu’à pied, à vélo ou en carriole. Pas de voiture pour le plus grand plaisir des bréhatins et des visiteurs.

 

« Bréhat n’est pas qu’une île : un archipel, c’est-à-dire une grande famille d’univers minuscules. Chacun d’entre eux résume le monde. Prenez le temps d’y aborder. Un voyage à Bréhat c’est mille voyages, ouvrez l’œil et freinez l’allure. La récompense est au bout de la lenteur ». Ainsi parle Erik Orsenna de l’Académie Française à propos de l’île de Bréhat.

Bréhat peut aisément se visiter dans la journée mais après avoir lu cette citation d’Erik Orsenna, nous avons eu envie de prendre notre temps pour mieux l’apprécier. Deux grands univers cohabitent à Bréhat : l’île nord et l’île sud reliées par une simple chaussée, communément appelée le pont Vauban.

Découverte à pied des deux visages de Bréhat !

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Sud de l’île de Bréhat

Port Clos

Après 10 minutes de traversée depuis la pointe de l’Arcouest, nous débarquons au quai n°1 de Port-clos. D’emblée, on est transporté dans un autre univers : plus paisible, si loin du continent.
Une fois à terre, nous sommes parmi les plantes exotiques qui profitent du climat bréhatin pour s’épanouir : palmiers, échiums, hortensia, géraniums de Madère…


Plage du Guerzido

Situé au sud de l’île, à l’abri des vents dominants, entre deux anses rocheuses, la plage de galets est un lieu idyllique pour se baigner et ne rien faire. L’endroit est si charmant que nous y reviendrons le soir pour prendre le dîner au restaurant la Potinière.

Le Bourg

Nous continuons à longer la côte en alternant petites routes et bouts de sentiers côtiers jusqu’à tomber sur les premières maisons du Bourg. C’est le centre-ville de l’île. On y trouve les commerces, la Poste, la majorité des hôtels et restaurants et le syndicat d’initiative.
Belle église du XIIème siècle remaniée au XVIIIème siècle avec son clocher lannionais en granit gris. Sous le porche, à gauche, Monument aux morts du sculpteur Vermare qui avait son atelier à Bréhat. On y trouve également une maquette d’un trois mâts ayant appartenu au comte-amiral Cornic.

En remontant un peu plus vers le nord, on passe à hauteur de l’île Lavrec. C’est ici qu’on trouve les premières traces humaines. Au Vème siècle, Saint Budoc, un moine irlandais, a construit le plus vieux monastère de la péninsule armoricaine.

Croix de Maudez

Nous longeons l’anse de la Corderie jusqu’à son entrée et arrivons un peu par hasard sur la croix de Maudez (pas de panneau d’indication), probablement le plus ancien calvaire de Bréhat. La vue sur les îlots de l’ouest est à couper le souffle.

Chapelle Saint-Michel

Nous redescendons vers le sud et montons à la chapelle Saint-Michel. Construite en 1852 sur une colline, l’édifice en murs blancs et toiture en tuile rouge, domine l’horizon et sert d’amer à la navigation. De ces 33 mètres d’altitude, le panorama à 360° est le plus joli de Bréhat. Nous y viendrons à deux reprises pour y admirer les ambiances différentes du matin et de l’après-midi.


Moulin à marée du Birlot

Situé en contrebas de la chapelle Saint-Michel, le moulin à marée du Birlot est un bel exemple de restauration. Construit entre 1633 et 1638 par le Duc de Penthièvre, le fonctionnement du moulin prend fin dans les années 20 quand un boulanger vient s’installer sur l’île.
En 1992, la commune entame des restaurations qui seront amenées à son terme par l’association du moulin de Birlot. Aujourd’hui, le moulin peut désormais moudre le grain à chaque marée descendante, quand le meunier ouvre la vanne et que l’eau de mer retenue dans l’étang de deux hectares fait tourner la roue.
Des bénévoles assurent des visites.

Citadelle

Plus au sud, à deux pas de Port-Clos, la citadelle est un petit fort datant de 1863. Elle a été restaurée pour abriter la verrerie de Bréhat. Trois ateliers de soufflage permettent de voir les verriers travailler. Une salle d’exposition-vente permet de voir les créations déjà réalisées.

Men Joliguet

De retour sur Port-clos, nous nous installons dans notre chambre d’hôte le Men Joliguet face au port. Accueil discret d’Erwan Carrée. Décoration soignée. Petit-déjeuner servi sur la terrasse pour profiter de la vue sur l’anse de Port-clos. Un vrai coup de cœur !

Nord de l’île de Bréhat

Pont Vauban

Après une excellente nuit sous les étoiles bréhatines, nous sommes partis à la découverte de l’île nord en passant par le Pont Vauban. C’est en réalité une chaussée aménagée en 1695 séparant l’île nord de l’île sud puisque l’eau n’y circule pas.

Saint-Rion

Nous longeons la côte est du nord de l’île en direction du phare du Paon. En chemin, passage par les ruines de la chapelle Saint-Rion. Au XIIème siècle, la chapelle faisait partie intégrante d’un village qui servit de quartier aux lépreux.

Sémaphore

Passage à proximité du sémaphore. Bâtiment de la Marine Nationale, dominant l’île de ses 40 mètres au dessus de la mer. Il procède à une veille de jour, son radar porte à 24 miles.

Phare du Paon

Plus sauvage, la pointe nord de l’île de Bréhat tranche avec l’ambiance méditerranéenne de Port-clos. Le phare du Paon, construit entre 1947 et 1949 sur les vestiges de l’ancien phare détruit en 1945 par les allemands, ne doit pas son nom à l’oiseau mais à “Penn” la tête ou la pointe, en breton.
Les rochers sont du granit rose, le même que celui qu’on trouve sur la Côte de Granit Rose près de Perros-Guirec.


Phare du Rosédo

Situé au centre de la partie sud de l’île nord de Bréhat et construit en 1862 sur le site du même nom (Terre à blé), c’est un phare tournant à éclats toutes les 5 secondes qui indique l’entrée du Trieux. Il ne se visite pas.

Chaise de Renan

Un peu plus au nord que le phare de Rosédo, la chaise de Renan est un rocher où Ernest Ronan, écrivain et philosophe breton, venait étant jeune pour méditer. Belle vue sur une anse de galets et l’amer du Rosédo.


Chapelle de Kéranroux

Sur le retour, un peu avant le Pont Vauban, la chapelle de Kéranroux sera notre dernière halte avant d’embarquer à Port-clos. Edifiée en 1860, son nom provient: des termes bretons “Ker ar Rod” ou quartier de la roue, dont se servaient autrefois, à la “Corderie”, les Bréhatins pour tresser les cordes. C’était et c’est encore une chapelle des gens de la mer. Des ardoises se trouvant justement dans le fond de l’autel dressent la liste des sauvetages en mer.

Bréhat, on y va plein d’espoir, on en revient ravi. Nous n’avons pas regretté notre découverte de l’île, rythmée par nos pas lents guidés eux-mêmes par notre envie de sentir et de vivre Bréhat façon Erik Orsenna.

Informations pratiques

Comment s’y rendre

On rejoint l’île de Bréhat toute l’année en bateau depuis la pointe de l’Arcouest à quelques kilomètres au nord de Paimpol.
La traversée dure 10 minutes ; on débarque en fonction de la marée sur une des trois cales de Port-Clos.
Informations et réservations auprès des Vedettes de Bréhat.

Quand y aller ?

L’île est accessible toute l’année. L’île bénéficie d’un micro-climat l’a mettant à l’abri (pas tout le temps) du mauvais temps.
La période d’avril à septembre sera la plus ensoleillée. Evitez juillet et août si vous souhaitez être tranquille.

Où dormir ?

Lors de notre visite de l’île, nous avons dormi au Men Joliguet qui dispose de plusieurs chambres d’hôtes à Port-clos face à la mer. Un vrai coup de cœur.
Si les chambres sont complètes, n’hésitez pas à consulter la liste des hébergements (hôtels, location de vacances, chambres d’hôtes, camping…) auprès de l’office de tourisme de Bréhat.

Où manger ?

L’île dispose de plusieurs restaurants, principalement dans le bourg. Retrouvez la liste complète sur le site de l’office de tourisme de Bréhat.

Liens externes

Grégory ROHART

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

1 commentaire au sujet de « Week-ed sur l’île de Bréhat »

Laisser un commentaire

Share via
Copy link