Festival de Ghat : l’apothéose touarègue