Vous êtes ici >>

La Sebiba, la fête des Touareg de Djanet

Djanet, une oasis en plein désert

Située au sud-est de l’Algérie, l’oasis de Djanet n’est qu’à quelques kilomètres de la frontière libyenne. Essentiellement peuplée de Touareg, Djanet constitue un carrefour commercial important avec la Libye et le Niger grâce à sa palmeraie. Elle produit évidemment des dattes, mais aussi la plupart des légumes (pommes de terre, betteraves, tomates…) et des fruits (olives, agrumes…) nécessaires à l’économie locale.

Oasis de Djanet

Du nord au sud, la population de Djanet est répartie sur trois ksour. Au nord, Azellouaz se dresse sur un piton rocheux. Plus au sud, sur la rive gauche de l’oued, El Mihan, sa petite Casbah et son dédale de ruelles et de maisons en ruine, s’accroche désespérément à une éminence rocheuse. Sur la rive droite, Adjahil, étire au pied de la falaise ses maisons entourées de verdure. Ici, on vit au rythme du désert, bien loin du tempo effréné de la vie citadine.

Tadrart

Mais Djanet est connue à l’étranger, particulièrement en France, par les amateurs de désert. Tout autour de l’oasis règne le Sahara. Chaque hiver, ils sont plusieurs milliers à se rendre dans le Tassili n’Ajjer pour découvrir le patrimoine rupestre du parc national ; dans l’erg Admer où le randonneur ne peut rester indifférent aux superbes enchevêtrements de dunes alezan ; dans l’oued d’Essendilène, théâtre du roman de Frison-Roche1 ou encore dans la Tadrart, savant mélange de sable, de roches et de canyons immortalisé par les gravures rupestres.

La Sebiba, fête culturelle Touarègue

La grande majorité des voyageurs de passage dans la partie du Sahara proche de Djanet quitte l’oasis sans connaître l’existence de la Sebiba. C’est pourtant l’une des grandes fêtes touarègues qui a lieu chaque année. Sa date est liée au calendrier lunaire musulman ; elle se déplace donc tous les ans de dix jours.

Les femmes encouragent les hommes de leurs chants

La Sebiba prend ses racines dans une page d’histoire très ancienne. Elle daterait de plus de 3000 ans, et puiserait son origine dans la mort du pharaon, lorsque Moïse (Moussa) vainquit ses troupes. La tradition locale rapporte qu’à cette époque là, régnait entre les Oraren et les Tra’orfitt (tribu du Tassili N’Ajjer) une guerre fratricide depuis de longues années et que ce n’est qu’en apprenant la victoire de Moïse sur Pharaon qu’ils consentirent à mettre fin à leurs conflits et scellèrent un pacte de paix qui, depuis, les a unit.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Les hommes dansent autour de la place muni de leur épée

Chaque année, durant dix jours, les deux communautés touarègues se préparent à commémorer cet événement majeur de leur histoire. Ainsi, elles perpétuent la tradition et s’affrontent sur le lieu historique du dernier combat. Les habitants du Tassili N’Ajjer et des Touaregs des pays voisins se retrouvent à Djanet pour la célébration de la Sebiba le jour d’Achoura2.

La musique est une composante essentielle de la Sebiba

Le rituel se perpétue : on y simule le combat pour ne plus le livrer ; on y danse l’épée dans une main et le foulard dans l’autre pour signifier le conflit et le pacte de paix. Les femmes, parées de leurs plus beaux costumes indigo, chantent aux rythmes des tambourins pour encourager leurs guerriers dont les pas soulèvent des nuages de poussière et de sable.
Les sages des quartiers d’El Mihane et d’Azzelouaz arbitrent aujourd’hui la joute. Chants, costumes, danses sont désormais l’objet du combat. En fin de journée, la signature du pacte de paix vient clore la Sebiba et perpétue ainsi l’histoire des tribus de Djanet.

A l’heure de la mondialisation, où les traditions locales tendent à disparaître, on est en droit à s’interroger sur la durée de vie d’une telle fête. Finalement, n’est-ce pas le tourisme saharien qui peut sauver la Sebiba ?

Pratique

1 Frison Roche, Rendez-vous à Essendilène, éditions Arthaud, 1954
2 L’Achoura (le dix du mois de muharram) est un évènement religieux des pays musulmans. Prochaines dates de l’Achoura  : 27 décembre 2009, 17 décembre 2010, 6 décembre 2011, 24 novembre 2012

Avec qui partir ?

Ce reportage a été réalisé avec Allibert, Montagnes et Déserts qui organise des randonnées et des voyages au Sahara. Chaque année à la Sebiba, un voyage adapté est organisé pour profiter de cette fête touarègue.

Grégory ROHART

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link