Vous êtes ici >>

Croisière sur le Mekong

Prenant sa source sur les hauts plateaux tibétains, le Mékong1, long de plus de 4000 km, traverse le Laos du nord au sud. C’est le 12ème fleuve au monde par sa longueur et le 10ème par son débit. 50 millions de personnes réparties sur l’ensemble des pays qu’il traverse dépendent du fleuve.
Selon toutes vraisemblances, les premiers habitants de la vallée du Mékong remonteraient au VIIIème siècle.

Si depuis la prise du pouvoir du pays par le parti communiste en 1975 l’économie du Laos était tournée vers la subsistance, la crise économique asiatique de la fin des années 1990 a opéré une ouverture économique sur l’extérieure. Pour équilibrer ses finances, le Laos croit beaucoup dans son projet de barrage de Nam Theun 2 dans la province de Khammuan. Planifié depuis le début des années 2000, le projet a longtemps été controversé sur le plan international. Le débat est clos depuis l’aval du projet par la Banque mondiale en 2005. Une vingtaine d’autres projets de barrage moins ambitieux sont également à l’étude. Des populations seront déplacées. Quel sera l’impact écologique d’une telle entreprise ? Economiquement, le Laos avait-il le choix ?

8h00. Nous embarquons sur notre Héua Sáa, littéralement bateau lent, pour descendre le Mékong et rejoindre Luang Brabang. Il nous faudra 8h00 de navigation pour entrevoir le port de débarquement de l’ancienne cité royale.

Comme Marco Polo au XIIIème siècle, nous voguons dans les eaux tranquilles du Mékong. Notre regard se pose invariablement sur la berge bâbord et tribord pour y observer les plages de sable blanc et les nombreux villages. A leurs abords, le plus souvent sur le sable, les villageois, principalement des Lao Loum, plantent des graines d’arachides. C’est ainsi chaque année lorsque débute la saison sèche.

Sur une plage des enfants jouent au Kátâw. C’est un jeu qui consiste à envoyer une balle de rotin tressé (le plus souvent en plastique aujourd’hui) d’environ 12 cm de diamètre au dessus d’un filet. Les règles sont identiques qu’au volley-ball mais seuls les pieds et la tête sont autorisés à toucher la balle. C’est un jeu très populaire au Laos.

En chemin, le bateau fait une très courte escale sur une plage pour y acheter le poisson qui sera servi pour le repas du midi. Toutes les transactions économiques le long du Mékong sont basées sur le Bath, la monnaie thaïlandaise. Plus stable que le Kip laotien, le Bath évite les inflations galopantes. Il est ensuite possible de payer en Bath, Kip ou même en dollars.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

  • Trouvez vos guides de voyage sur Amazon, à la Fnac ou sur Nostromo
  • Pour réservez vos hôtels, locations de vacances et gîtes, il y bien entendu  Booking mais je vous invite aussi à découvrir GreenGo (hébergement responsable en France) et Abracadaroom (hébergement insolite en France)
  • Comparez le prix des locations de voiture sur Rentalcars ou Autoeurope
  • Comparez les vols avec Skyscanner ou Kayak
  • Comparez le prix de vos déplacements en bus, train, ferry et avion avec omio
  • Louez votre matériel photo chez Pixloc plutôt que de l’acheter
  • Réservez une activité, une visite ou un billet coupe-file avec Civitatis ou Get Your Guide et votre activité d’aventure ou sportive avec Manawa.
  • Vous recherchez une assurance et/ou une assistance ? J’utilise personnellement celle de Chapka Assurance.
  • Envoyez une demande de devis à une agence de voyage locale francophone

De chaque côté, la forêt tropicale à n’en plus finir avec à l’approche des villages, des plages et des terrains déforestés servant à la culture sur brulis. C’est une pratique courante chez les Hmong. Certains d’entre-eux sont venus vivre sur les bords du Mékong suite à un appel national du gouvernement. Ils ont pu bénéficier d’un lopin de terre. C’est le cas des habitants du village de Kokèk. Comme toutes les ethnies vivant dans la vallée du Mékong, ils profitent également des richesses du fleuve (poissons, algues…).

A 25 km de Luang Prabang, nous visitons les grottes de Pak Ou. Les deux grottes sont remplies de milliers de Bouddha de tous styles, toutes tailles et toutes époques. Les plus anciennes effigies, la plupart en mauvaise état de conservation, sont en bois.
Depuis la rivière on accède à Tham Thing, la première grotte éclairée par la lumière du jour ; après la montée d’une centaine de marches, on arrive à Tham Phum, la seconde grotte, plus sombre. Une torche est nécessaire pour la visiter.

Pendant les derniers instants sur le fleuve, l’esprit dérive… jusqu’à ce que Luang Brabang soit en vue.


3 Le Mékong s’appelle Lancang Jiang en Chine, Mae Nam Khong en Thaïlande, au Myanmar et au Laos, Tonle Thom au Cambodge et Cuu Long au Vietnam


Voyage réalisé avec Club Aventure, spécialiste des randonnées et voyages d’aventures à travers le monde

Grégory ROHART

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap