Vous êtes ici >>

Wwoofnext, la websérie documentaire qui cultive l’Amérique du Sud

Le wwoofing, Maylis et Adrien ont décidé de le vivre à fond, au point d’en faire le coeur thématique de leur voyage en Amérique du Sud. Loin de la publicité et du marketing parisien dans lesquels ils baignaient, les deux voyageurs ont décidé de mettre la main à la pâte pour découvrir des formes alternatives d’agriculture responsable. La pioche dans une main, la caméra dans l’autre, ils ramènent de cette expérience huit vidéos immersives qui devraient inspirer les prétendants à cette façon de voyager très en vogue. I-Voyages les a interviewés pour en apprendre plus sur Wwoofnext, cette aventure et websérie documentaire.

I-Voyages : dans une blogosphère récente sur I-Voyages on parlait justement de la fascination des voyageurs pour l’Amérique du Sud. Pour vous c’était un rêve aussi ?

WoofNext : c’est sûr que l’Amérique du Sud était une destination de rêve pour nous, on s’imaginait déjà en Ernesto Guevara traversant les paysages grandioses du continent à la rencontre des cultures locales. Galopant, libres dans la Patagonie sauvage ou explorant les ruines Incas de la vallée sacrée. L’Amérique du Sud fascine les baroudeurs du monde entier car elle permet à qui le voudra, de vivre une aventure intense et authentique. D’ailleurs nous pouvons le dire maintenant que notre voyage touche à sa fin, nous avons fait, connu et vu bien plus que ce dont nous rêvions en silence avant de partir de France.

IV : Macchu Picchu, Uyuni, Ruta 40… Est-ce que vous n’avez pas peur de parler encore des mêmes choses que les autres voyageurs en Amérique du Sud ?

Chacun vit son expérience propre, mais pour chaque destination il y a son lot d’incontournables à visiter. Le Salar d’Uyuni, la ruta 40 ou le Machu Pichu en font partis et c’est largement justifié. Ce sont des sites extraordinaires qui méritent que tous les voyageurs s’y arrête et en parlent. Pour notre part nous n’avons pas peur de dire la même chose que les autres. D’abord parce que nous avons tous un ressenti différent sur ce que nous vivons et surtout parce que nous voyageons d’une façon différentes grâce au wwoofing. Le fait de voyager d’un wwoofing à un autre nous emmène régulièrement dans des endroits toujours magnifiques et éloignés des itinéraires touristiques habituels. Ces expériences sont uniques et c’est ce qui fait la singularité de notre voyage. Pour autant, nous n’évitons pas systématiquement les masses de touristes, notamment quand nous visitons le Machu Picchu.

WwoofNext Macchu Picchu Pérou

IV : Pourquoi avoir choisi le Wwoofing comme fil directeur de votre projet ?

Le wwoofing c’est le fait de travailler quelques heures dans des fermes biologiques en échange du gîte et du couvert. Il faut voir le concept avant tout comme un échange, la notion de partage est très importante. Nous avons choisi le wwoofing car nous sommes intéressés par la permaculture et les formes alternatives d’agriculture responsable. C’était l’occasion d’apprendre en travaillant dans un tout autre domaine, très loin de ce que nous faisions à Paris (marketing digital et création publicitaire) et surtout un moyen extraordinaire de s’intégrer à la vie locale sans être considéré comme un touriste lambda. Grâce au wwoofing, nous avons fait parmi nos plus belles rencontres avec des gens que nous n’aurions jamais croisés. Enfin, un autre avantage, c’est que vous allez être amené à travailler dans des lieux toujours plus magnifiques à chaque expérience. Et ceux-là, ne sont ni dans les guides ni sur internet!

IV : La réalité du wwoofing a-t-elle correspondu à l’idée que vous vous en faisiez ? Dur dur ou pas la vie d’un wwoofer ?

Si il y a bien une chose que nous avons appris avec les wwoofings, c’est de ne jamais s’attendre à quoique ce soit, la réalité est toujours différentes de nos attentes. Comme toute aventure, il y a sa part de risque et nous avons eu aussi de mauvaises expériences. Comme nous le disions, la notion d’échange est primordiale dans le wwoofing cependant nous nous sommes retrouvés chez des personnes mal intentionnés qui voient le système uniquement comme un moyen d’avoir de la main d’oeuvre gratuite. Il peut y avoir des abus de la part des hôtes qui font travailler les wwoofers toute la journée sans le moindre échange, et se retrouvent finalement comme des ouvriers gratuits, sous les ordres d’un patron qui à besoin de bras pour faire tourner sa boutique. Dans ce cas extrême, la seul chose à faire est de partir en rappelant à l’hôte le principe du wwoofing. Malheureusement, ceux qui n’ont pas l’expérience et qui rêvent leur vie d’aventurier agricole se font parfois avoir et pour tout dire, largement exploiter. Notre conseil pour éviter cette situation (qui reste minoritaire) c’est d’éviter les nouveaux fermiers mais de préférer les véritables paysans locaux qui ont toujours travaillé la terre et peuvent vivre sans l’aide de volontaire. En bref, le gens qui voient dans le wwoofing un partage et non un intérêt financier.

WwoofNext wwoofing

IV : La vidéo c’est une vraie valeur ajoutée à ce projet. Vous avez un passif dans ce domaine ou est-ce une nouvelle aventure également ?

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Nous avons choisi la vidéo parce que ça permet de rapidement visualiser ce qu’est la vie d’un wwoofer. Nous essayons de faire des épisodes assez courts et vivants et rentrons plus dans le détail avec les articles sur nos avis pour chaque expérience. C’est Maylis qui fait les montages, elle a été amené dans ses études a réaliser quelques vidéos mais c’était une aventure relativement nouvelle pour elle.

IV : Aviez-vous déjà vu les documentaires de Julie Hattu “Destination Wwoofing” sur France 5 ? Si oui, vous ont-ils inspiré pour ce voyage ?

Non, vous nous en apprenez l’existence! Nous regarderons cela à notre retour car ce n’est pas disponible en replay depuis l’étranger. C’est marrant car le projet à l’air très similaire au notre. Ca montre qu’il y a un réel engouement pour le wwoofing et cette façon de voyager.

IV : Sur le terrain est-ce que ce n’est pas un peu compliqué de voyager, travailler à la ferme et filmer en même temps ?

C’était un peu perturbant au début, on ne savait pas comment allaient réagir les hôtes donc nous n’osions pas trop sortir les caméras sans leur demander. Mais nous nous sommes très vite aperçus que les hôtes sont souvent très flattés et très intéressés par le projet, et c’était eux qui finalement nous disaient “n’oublie pas ta caméra” ou “filme ça, ça va être bien”. Ils ont cette fierté et cette volonté de témoigner aux autres ce qu’est leur vie et leur culture, et internet facilite cela aujourd’hui.


IV : Déjà six épisodes au compteur. Combien est-ce que vous pensez en produire d’autres ?

Nous venons de sortir l’épisode #07 (vidéo ci-dessus) sur un de nos meilleurs wwoofings où nous avons passé deux semaines dans une famille péruvienne. Il se déroule dans le village de Duraznillo (Amazonas), à trois heure de la première ville. Nous pensons faire huit épisodes en tout et une vidéo qui résume une année de voyage et de wwoofing en Amérique du Sud. Le prochain épisode sera un peu différent car ce ne sera pas un wwoofing mais un volontariat dans une auberge au bord de la plage, près de Manta en Equateur.

IV : Et après ? Quand tout sera fini, que comptez-vous faire de toute cette expérience et de tous ces films ?

Les expériences resteront dans nos têtes pour un très long moment. Quant aux vidéos et au blog, ils seront toujours disponibles sur internet pour ceux qui veulent se lancer dans l’aventure ou simplement s’informer sur ce qu’est la vie de wwoofer. Après, nous pensions solliciter quelques personnes et voir si ça débouche sur quelque chose. Nous serions vraiment intéressés pour continuer l’aventure dans d’autres pays ; sinon, nous allons retourner sur Paris pour travailler et construire un projet sur le long terme en lien avec le wwoofing.

Wwoofnext wwoofing

En savoir plus

site web de WoofNext
Page Facebook
Chaîne YouTube
Instagram

Avatar

Voyageur touche-à-tout et autodidacte, je réalise le montage des vidéos du blog et rédige régulièrement ses actualités.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link