Vous êtes ici >>

Du Parc National Tangariro à Wellington

Jour 5 : Nous mettons le cap sur le Parc National Tangariro. Là-bas des volcans imposants se dressent dans un paysage à la végétation beaucoup moins dense. Ce paysage devient même lunaire en arrivant à Whakapapa, une station de ski au cœur du parc.

Avant d’atteindre ce Parc, nous contournons le lac Taupo, et faisons un stop aux chutes d’eau Hucka Falls. L’eau est si limpide avec une couleur d’un bleu incroyable. Environ 200 000 litres d’eau font ici une chute de 9 mètres… chaque seconde. Pour se rendre compte de cette quantité incroyable, il faut se dire cela serait suffisant pour remplir 5 piscines olympiques à la minute !

Nous atteignons Porirura en soirée. Située au nord de Wellington, la capitale, elle est notre dernière escale nocturne avant d’embarquer sur le ferry pour l’île du sud.

Cette journée nous permet de nous rendre compte de toute la variété des paysages de l’île du nord. Cela nous permets aussi d’oublier que notre van consomme deux fois plus qu’un A380…

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Jour 6 : nous nous aventurons un peu à Wellington. Nous avons la mauvaise surprise d’apprendre que les ferrys de la compagnie que nous avions réservé sont en rade. L’autre compagnie affiche complet. Toutes les personnes dans la même situation que nous se sont ruées pour avoir des places. Seule solution : se rendre à l’embarquement de nuit pour voir si, avec chance, des places seraient disponibles.

Nous profitons donc de l’après-midi pour nous rendre à l’ouest de Wellington. Nous essayons de ne pas trop penser à cette (grande) contrariété. La mer de Tasmanie et les vallons de la côte me permettent d’oublier ces petits problèmes.

Il est 22h. Nous nous rendons à l’embarquement. L’attente est longue, et nous ne sommes pas les seuls. Mais nous obtenons finalement notre précieux sésame ! La traversée se fera dans la nuit. Durant le trajet, je ne dors pas, impossible. A 5h je traîne sur le pont. Les rivages de l’île du sud raniment le peu d’énergie qu’il me reste, la douce lumière du matin rend la côte encore plus sauvage.

Nous débarquons à 7h à Picton. Le temps de trouver une place le long de la route, et nous installons pour dormir, enfin.

Jean-Baptiste

Voyageur occasionnel, j'aime découvrir un lieu, une région, un pays, au contact de la route et des habitants rencontrés au hasard des croisements. Débutant en photo, je n'ai pas non plus la plume aguerrie d'un journaliste chevronné. Je souhaite simplement partager les émotions, les joies que j'ai eu au cours des mes périples avec, si possible, un peu d'humour.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link