Vous êtes ici >>

Aventure jordanienne

Avec plus de 85% de surfaces désertiques, des sites culturels reconnus dans le monde entier (Petra, Jerash, Madaba), deux mers atypiques, l’une marquée par sa salinité, l’autre par ses spots de plongée, la Jordanie se positionne déjà comme la destination d’avenir au Proche-Orient.

A chacun son rythme dans les Wadis

Quelle plus belle manière de visiter un pays que de le découvrir en marchant. De la réserve de Dana, aux wadis qui bordent la mer Morte, en passant par la région montagneuse d’Edom, les possibilités de randonnée sont considérables.

Aqua-trekking dans les Wadis
Aqua-trekking dans les Wadis

Une des grandes attractions du pays est l’aqua-trekking. Des randonnées à la journée à travers les différents wadis. Des vallées creusées aux allures de canyons où la randonnée se fait au rythme de franchissements de cours d’eau, de barrages, de passages plus ou moins délicats. Le plus connu des wadis est le Wadi Mujib. Un canyon aménagé ouvert à tous dès le 1 avril jusqu’à l’automne.

Pour les moins téméraires, un peu plus au sud du pays, la réserve de Dana offre la possibilité de randonner au calme. Loin du tumulte des jordaniens venus se défouler dans l’eau chaude des wadis, la réserve de Dana est un espace préservé. Verte, fleurie, la réserve s’inscrit comme une parenthèse dans le paysage désertique Jordanien. Les balades y sont raffinées et expliquées par un guide local. Les nuits y sont authentiques avec la possibilité de dormir dans des tentes bédouines.

Encore plus au sud, le célèbre Wadi Rum joue avec la frontière saoudienne. Rendu célèbre par le passage de Lawrence d’Arabie, le désert est un lieu de quiétude. Certains points du désert atteignent plus de 1700 mètre d’altitude. Entre îlots de grès et dunes de sable, des randonnées sont organisées à pied, en 4×4 ou à dos de dromadaires.

Wadi Rum
Wadi Rum

Paysages dunaires, arches naturelles, falaises et grottes s’y côtoient. Hyènes, loups, renards, caracals peuplent encore le désert… avec un peu de chances, on peut même observer leurs empruntes.

Non-adepte de randonnées ? Pas de problèmes, la Jordanie c’est aussi de la plongée sous-marine, du snorkeling, des sorties en bateau dans le golf d’Aqaba. Mais aussi du char à voile, du surf sur les dunes et plein d’autres activités…

Jordanie détente

Vacance rime très bien avec farniente. Loin des activités physiques, la détente a aussi sa place en Jordanie. Sur les bords de la mer Morte, les hôtels rivalisent d’étoiles pour faire venir les clients. Leurs piscines à débordement, leurs salles de sport et surtout leurs plages privées attirent jordaniens venus le week-end de la capitale, séminaires et touristes du monde entier.

Mer morte
Mer morte

Il faut dire que la mer Morte est une attraction. Son taux de salinité largement supérieur aux autres mers et océans permet de flotter sans aucun effort. Il est donc possible de lire son journal dans l’eau. Attention toutefois à ne pas rester trop longtemps. L’acidité de l’eau attaque rapidement la peau. Après s’être rincé, rien de tel qu’un bain de boue pour adoucir la peau et retrouver un épiderme de bébé.

Comme la plupart des pays du Proche et du Moyen-Orient, la Jordanie dispose d’un nombre faramineux de petits magasins, souks et autres boutiques de quartier. Les adeptes de shopping et de contrefaçons seront relativement déçus. On trouve très peu de lieux propices à dépenser son argent en textile. Les objets à ramener sont souvent de mauvaises qualités. Seules les épiceries ont un réel intérêt. Par contre les prix restent relativement élevés par rapport au train de vie des jordaniens.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Bédouin au loin

Tentes, 4×4 sans plaque d’immatriculation, Keffieh sur la tête, à dos de dromadaire ou à dos d’âne, le bédouin et l’âme de la Jordanie. Toujours affable, respectant les traditions, faisant preuve d’une hospitalité à toute épreuve, le bédouin est toujours prêt à offrir le thé (chai) à son visiteur.

Commerçant à Petra, berger dans le désert, les bédouins sont en Jordanie les garants ancestraux du temps qui passe. Nomades et libres, ils se déplacent au rythme des saisons, au rythme des besoins de leurs troupeaux, respectant toujours la nature environnante.

Attachés aux traditions, on dit d’eux que la taille de leur feu reflète leur hospitalité. Malheureusement leur avenir est de plus en plus menacé à ce jour comme la plupart des populations nomades ou semi-nomades de la planète. Le nomadisme dérange…

Mezze et Mensaf : repas de fête et de tous les jours

Influencée par les cuisines syriennes, libanaises et égyptiennes, la gastronomie jordanienne se décline de 3 manières :

  • Des petites entrées appelées mezze. Froides ou chaudes, elles sont présentées à table dans des coupelles. Hoummos, une purée de pois chiches à l’huile d’olive, taboulé avec ses tomates sa menthe et son persil hachés, foul, des fèves à l’ail assaisonnées d’huile et de citron, falafels, des croquettes de pois chiche, en sont les principaux composants. Les entrées sont généralement accompagnées par la célèbre galette ou pain arabe appelé (khobz ou pita).
  • Un plat de résistance commun. Le mensaf est le plat de fête. Dans une grande assiette, riz, pignons de pin, et morceaux d’agneau en ragoût sont présentés accompagnés d’une sauce blanche faite avec du lait caillé de chèvre et de graisse. Le mensaf se mange généralement avec la main droite.
Mensaf, repas de fête
Mensaf, repas de fête

Le chawarma, le plus populaire des plats jordaniens, est un sandwich fourré au mouton (cuit à la broche) ou au poulet grillé, garni d’oignons et de tomates.

  • Des desserts sucrés. On ne déroge pas à la règle, la Jordanie comme ses voisins, sait très bien préparer les desserts. Les baklavas en sont le meilleur exemple. Nappés de sucre, présentés sous différentes formes, constitués de fines feuilles de pâte beurrées ou huilées une à une, superposées, les baklavas se composent essentiellement de pâte phyllo, de sirop et de sucre.

On trouve aussi des flans et des gelées. Des fruits comme les dattes, les figues, les oranges, les mandarines (en hiver), les pommes et les bananes. En Jordanie, le voyage est aussi culinaire.

Informations pratiques

Quand partir :

Les meilleures périodes restent sans nuls doutes le printemps et l’automne.
L’été est caniculaire dans la grande majorité du pays. Les vacances scolaires sont aussi à éviter pour cause d’affluence sur les sites incontournables comme Pétra.

Comment s’y rendre ?

Depuis Paris avec Royal Air Jordanian.

En savoir plus :

Office de tourisme de Jordanie : http://fr.visitjordan.com

Aqua-trekking dans les Wadis
Axel Perillat

Passionné de voyage et de grands espaces, la description du flaneur chère à Kundera semble véritablement me coller à la peau.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap