Vous êtes ici >>

La Sibérie d’Irkoutsk au lac Baïkal

La Sibérie, terre aride et mythique. Tout le monde a une image précise, dans la tête, de ce qu’évoque cette région. D’une surface de plus de 13 millions de km² et très peu peuplée, elle est encore très peu visitée dans son intégralité, sans doute dû par son immensité. S’étendant de l’Oural jusqu’à l’Océan Pacifique, la Sibérie représente un peu plus de 70% de la surface de la Russie. La Sibérie occidentale, la Sibérie centrale et enfin la Sibérie orientale constituent les trois zones qui séparent le territoire.

Évoquant le froid, les paysages désertiques, voire lunaires. Partons à la découverte de cette région fantastique, qu’est la Sibérie.

Aérodrome de l’île d’Olkhon
Aérodrome de l’île d’Olkhon

La perle de la Sibérie

Peut-être avez-vous découvert le Lac Baïkal, à travers le récit autobiographique de Sylvain Tesson. L’ouvrage «Dans les forêts de Sibérie », est un récit de 6 mois d’exil, reculé dans une cabane en bois, où l’auteur nous raconte sa vie ainsi que l’évolution du lac.

Le lac Baïkal, appelé « la perle de la Sibérie » est le plus profond lac d’eau douce au monde. De plus de 600 km de long, le lac Baïkal est magique et si tranquille, que l’on se sent seul, éloignés de toute civilisation.

C’est après un trajet plutôt remué, à bord d’un typique minibus russe, traversant la taïga sibérienne et moins d’une heure de ferry que l’on atteint la fabuleuse île.
L’île d’Olkhon est la seule île du lac, longue de 72 km, elle est aussi vaste et tranquille que les berges du lac qui l’entourent. Un seul village à son actif. Khoujir est l’endroit où le peu d’habitants sont regroupés. Cette île est un condensé de multiples décors, tantôt plage, tantôt falaises ou encore pleine forêt, la tranquillité et la beauté sont ce que l’on retient le plus après un séjour sur Olkhon.

Falaises de l’île d’Olkhon
Falaises de l’île d’Olkhon

Son aspect sauvage est indéniable. Á en croire les russes, rencontrés sur la route, on a du mal à imaginer, l’île comme étant une station balnéaire en pleine saison. Toujours est-il, peu importe le mois où vous vous y trouvez, se baigner dans le lac Baïkal porterait chance pour la vie, alors pourquoi s’en priver ? Encore faut-il oser la température glaciale de l’eau.

D’autant plus, les baigneurs risqueraient d’avoir le vertige. L’eau du lac est si pure et si claire que la visibilité porte à 40m de profondeur. On dit qu’à terme, le lac Baïkal, finira par former un sixième océan, séparant l’Asie en deux parties. Malgré les sédiments qui atteignent presque 8 km d’épaisseur, le rift ne cesse d’accroître au fur et à mesure que les plaques s’écartent.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Une escale sur l’île ou sur les berges du lac, c’est signer pour la tranquillité, un dépaysement qui se fait en toute sérénité, bercé par la vodka et la nature à perte de vue !

 

Lac Baïkal
Lac Baïkal

Accessible depuis Irkoutsk, capitale de la Sibérie orientale, Irkoutsk est sans doute la ville la plus exaltante de la région. C’est le stop idéal pour tout voyageur se dirigeant vers le lac, qui se situe à seulement à 66km de celui-ci. Les auberges et agences proposent des allers-retours afin d’atteindre Baïkal ou l’île d’Olkhon.

Irkoutsk est aussi une ville que l’on visite, que l’on découvre à l’occasion d’une halte au cours d’un voyage à bord du transsibérien. Âgée de seulement de seulement 350 ans,  elle n’en est pas moins intéressante, car elle témoigne d’un riche passé et d’une rare beauté. Si au cours de votre voyage en Russie, vous avez soif de découvertes, de jolies façades décorées, de palais mais surtout de maisons traditionnelles en bois, gardez-vous Irkoutsk au chaud, car vous risquez d’être comblés. Cette jolie ville a de plus en plus un intérêt touristique, de quoi passer un superbe séjour, perdu, en plein milieu de la Sibérie !

Jolie façade dans le centre d’Irkoutsk
Jolie façade dans le centre d’Irkoutsk

 

Informations pratiques

Comment s’y rendre ?

Depuis Irkoutsk, des minibus partent tôt le matin du centre-ville, et viennent chercher les passagers devant leur hébergement. Il faut compter 700 roubles, environ 17 € pour le trajet aller en minibus et le ferry qui mène jusqu’à l’île d’Olkhon.

Quant à Irkoutsk,  c’est l’un des nombreux stop de la ligne du transsibérien. Sinon la ville dispose d’un petit aéroport international, des départs existent de Paris, avec une escale à Moscou, le plus souvent. Pour trouver votre billet d’avion, utilisez notre comparateur de vols.

 Quand partir ?

De Décembre à Mars, les températures peuvent atteindre les -20° degrés, il y a souvent beaucoup de neige et le lac est entièrement gelé. La meilleure période se situe de fin Mars à Novembre, les températures sont plus douces. En Juillet Aout, les plages de l’île d’Olkhon sont envahies par les vacanciers russes.

Où dormir ?

Il existe très peu de logement sur l’île. La pension de Nikita est la plus populaire et accueille le plus de voyageurs. Préférez le charme et la tranquillité dans la pension d’Olga, une pension de moins de 10 chambres cosy et confortables. Comptez 800 roubles, soit 20 € la nuit, le petit déjeuner et dîner sont compris. Les repas sont préparés par Olga.

Références d’ouvrages

  • Le récit autobiographique de Sylvain Tesson «  Dans les forêts de Sibérie » évoque parfaitement les paysages et le caractère du lac. Une immersion totale pour passer quelques jours dans ce décor fabuleux.
  • La prose de Blaise Cendrars «  la Prose du transsibérien et de la petite Jeanne de France » relate d’un voyage à bord de ce mythique trajet.

Sites internet

  • Pour s’évader et réserver son billet pour le transsibérien : http://www.expresstorussia.com
  • Pour avoir toutes les informations sur ce trajet, lisez mon billet http://www.worldelse.com/transsiberien/
Avatar

L’évasion car c’est ce que j’aime le plus dans le voyage, sans être loin de chez soi, se sentir dépayser, se sentir ailleurs. C'est pour ça que j'ai créé World Else. Voyager car « j'ai le sentiment que le temps va trop vite et lorsque je voyage il me semble qu'il ralentit un peu. Parce que lorsque le paysage défile (…) soudain j'ai l'impression de faire l'unité en moi. », cette citation de Sylvain Tesson fait parfaitement écho à ce que je ressens. J’ai soif de découverte et de partage de mes expériences.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link