Vous êtes ici >>

Panorama du Mexique

Embarquement immédiat pour le Mexique, ses vestiges archéologiques, ses plages, ses villages d’architecture coloniale, ses baleines grises, ses vins et son soleil. De la Basse-Californie aux Chiapas en passant par la capitale Mexico.
Prenez un tacos et délectez-vous !

Sur la côte ouest de Malaisie

La Malaisie nous fait découvrir “les milles facettes d’une vie colorée, archaïque et neuve, traditionnelle et efficiente. Que de contrastes entre Kuala Lumpur et Bornéo, par exemple, et Penang et la Côte Est ! Que de contrastes entre Malais, Chinois, Indiens et aborigènes ! (…) Partons vers le soleil, vers le pays de l’éternel été, vers la riante Malaisie que ses plages bordées de cocotiers, son folklore et la gentillesse innée de ses habitants font resplendir comme un joyaux !… “

Le dernier jour (Kuala Lumpur)

C’est notre dernière journée avant de reprendre l’avion, dernière occasion de profiter de la Malaisie, journée que nous mettrons à profit pour dégoter les derniers souvenirs que nous rapporterons de notre voyage. Nous sommes déjà bien chargés après la razzia au temple bouddhiste de Penang mais ce n’est pas ce qui nous arrêtera dans notre frénésie d’achat de babioles en tout genre.

Ko Lipe

Jeudi 3 février. A l’approche de Ko Lipe, le changement d’ambiance et de paysage est radical. Un petit ensemble de trois îles au relief assez plat baigne dans une mer aux eaux azurées et cristallines. Le genre de petit paradis tropical que tout voyageur cherche à rallier un jour au cours de son périple.

Le Thaïpusam

Pendant le mois de l’étoile, le dixième du calendrier hindou, des milliers de personnes, hommes femmes ou enfants, s’infligent des tortures volontaires. Langues, joues, lèvres, pommettes sont transpercées de flèches, le corps est mutilé dans une transe générale où la douleur semble disparaître.

Arrivée à Kuala Lumpur

Après 18 heures de voyage et une longue marche dans les couloirs de l’aéroport international de Kuala Lumpur, nous voilà enfin arrivés. Il est neuf heures du matin en Malaisie alors qu’il n’est que cinq heures à Doha, la ville ou nous avons fait escale, et seulement trois heures à Paris. Un train et un bus, deux avions, trois aéroports dans trois pays différents, quatre repas, cinq points de contrôle, six films vus en boucle, et enfin le bout du voyage. On est déjà demain alors que nous sommes partis aujourd’hui. Fatigués, ils nous faut encore trouver la sortie, changer la monnaie, monter dans un taxi, rejoindre la ville puis chercher notre hôtel.