Vous êtes ici >>

J’ai testé le Fujifilm X-T2, un appareil hybride APS-C doté de la vidéo 4K

Fujifilm X-T2

J’ai testé l’appareil photo Hybride APS-C Fujifilm X-T2 en combinaison avec les objectifs Fujinon XF 10-24 mm f/4 R OIS et XF 100-400 MM f/4.5-5.6 R LM OIS WR ainsi que le grip VPB-XT2 lors de deux voyages en Namibie et en Inde, soit un test terrain de 35 jours. Je l’ai utilisé essentiellement en mode photo mais j’ai aussi réalisé quelques séquences vidéos en Inde.

Je dois vous avouer qu’avant ce test, j’étais un fervent défenseur de l’utilisation des réflex pleins formats. Lorsque Fujifilm m’a proposé de tester le X-T2 lors de mes reportages, j’ai immédiatement accepté car l’appareil photo et les objectifs, même avec le grip, présentent un réel gain de poids et de place par rapport à mon Canon 5D Mark III et mes objectifs (même si les ouvertures sont différentes). En voyage, le poids est une donnée importante et des douleurs de dos récurrentes arrivant depuis 2 ans, je cherche une alternative intéressante.

Voici dans ce tableau, les gains de poids selon les configurations d’usage :

RéférencesPoidsMode
Grand Angle
Mode
Téléobjectif
Canon 5 D Mark III970 gxx
canon 16-35mm f/2.8 l ii usm711 gx
Tamron SP 150-600mm F/5-6.3 Di VC USD2200 gx
Poids total1681 g3170 g
Fujifilm X-T2535 gxx
Grip VPB-XT2373 g(x)x
XF 10-24 mm f/4 R OIS458 gx
XF 100-400 MM f/4.5-5.6 R LM OIS WR1585 gx
Poids total993 g
(1366 g)
2493 g

Mon test du Fujifilm X-T2 est un test terrain, pas un test en laboratoire des données pures du boitier 😉

J’ai aussi testé le Fujifilm X-H1, plus récent et l’objectif Fujinon XF200 mm f/2 R LM OIS WR.

Fujifilm X-T2 : un boitier moderne au look vintage

Le Fujifilm X-T2 a des allures de vieux réflex argentique aux dimensions élancées et ce n’est pas sans me déplaire.

Sur le haut du capot, les molettes ISO et vitesse qui disposent d’un système de vérouillage. C’est tellement pratique que je ne comprends pas pourquoi Fujifilm n’a pas installé ce système sur la troisième molette d’exposition. Sous la molette ISO, on trouve la couronne des prises de vue : vidéo, bracketing, les différents modes rafales, photo seule mais aussi panoramique ; sous la molette vitesse, on sélectionne les différents contrôle d’exposition (Multi, centre, moyenne et pondérée centrale). Il a fallu que je m’y habitue car l’ergonomie du capot change considérablement avec mon Canon 5D Mark III mais à l’usage on s’y fait très bien. A côté de la molette ISO, la touche viewmode permet de choisir le viseur oculaire et/ou l’écran. Pas facile d’y accéder avec de gros doigts mais c’est un réglage qu’on ne change pas souvent. Du coup, pourquoi ne pas l’avoir mis dans le menu ?

Fujifilm X-T2

A l’arrière, j’ai apprécié la touche de raccourci Q pour accéder rapidement à tout un tas de fonctions (AF, plage dynamique, balance des blancs, réduction du bruit, simulation de film, qualité d’images, retardateur…). Au départ, j’ai eu des difficultés à utiliser le joystick pour régler l’AF que j’ai le plus souvent utilisé en mode Point unique. Mais je le trouve moins facile d’utilisation que sur le 5D Mark III. Il est moins bien placé pour la taille de ma main (le pouce doit se contorsionner davantage) et plus difficile à déplacer. J’aurais préféré que la touche Q et le joystick soient inversés. Avis très personnel.

L’écran 3 pouces (1,04 million de points) est tridirectionnel. Son inclinaison peut se faire de droite à gauche et de haut en bas, ce qui est pratique pour faire des photos à ras du sol par exemple. Malheureusement, l’écran ne peut pas se fermer (pour le protéger par exemple) et n’est pas tactile (en vidéo, je préfère faire mon point à l’écran qu’avec un joystick).

La construction du boîtier en alliage de magnésium et hermétiquement scellé sur 63 points résiste à la poussière, aux éclaboussures et au froid jusqu’à -10°C. En voyage c’est important et cela s’est effectivement confirmé en Namibie et en Inde où la poussière est omniprésente. Malheureusement, la poussière est restée collée sur le boitier. Au retour de reportage, j’ai eu toutes les difficultés du à nettoyer le tout, notamment entre les molettes et le bloc du viseur. Il y a tellement peu de place.

A noter que le X-T2 embarque deux fentes pour cartes mémoires compatibles SD/SDHC/SDXC jusqu’à la norme UHS-I et UHS-II. Dans le menu, il est possible de paramétrer le passage d’une carte à une autre et même de séparer Raw et Jpeg, tout comme de choisir la destination des fichiers vidéo.

Du côté des regrets : l’autonomie de la batterie donnée pour environ 300 vues.

Le Fujifilm X-T2 couplé avec l'objectif XF 100-400 MM f/4.5-5.6 R LM OIS WR sur la rivière Kench en Inde
Le Fujifilm X-T2 couplé avec l’objectif XF 100-400 MM f/4.5-5.6 R LM OIS WR sur la rivière Kench en Inde

Un autofocus véloce

L’autofocus du Fujifilm X-T2 est accrocheur et rapide. Trois mode d’Af sont disponibles : AF-S (photographie standard), AF-C (mode rafale, sujets en mouvement) et AF-M (mode manuel). J’ai le plus souvent utilisé la fonction AF-C, notamment en safari. Pour chaque mode, on peut utiliser le point unique, la zone ou le suivi (pratique pour les sujets en mouvement).

Le mode rafale du X-T2 permet de réaliser jusqu’à 8 images par secondes, en Jpeg comme en Raw. Couplé avec le grip et en mode boost, on passe à 11 images à la seconde en obturateur mécanique et même à 14 images par seconde via l’obturateur électronique. J’ai trouvé cela très pratique pour la photographie animalière. Cela l’est bien entendu tout autant pour la photographie sportive.

La mise sous tension est ultra rapide mais à trois ou quatre reprises, le viseur n’a pas réussi à analyser la scène et restait blanc quelques secondes (une éternité en photo animalière) avant d’exposer correctement.

Le Fujifilm X-T2 en action couplé avec l'objectif grand angle XF 10-24 mm f/4 R OIS
Le Fujifilm X-T2 en action couplé avec l’objectif grand angle XF 10-24 mm f/4 R OIS

La qualité des photos est au rdv

Le Fujifilm X-T2 possède un capteur 24.3MP X-Trans™ CMOS III APS-C sans filtre passe-bas. Il délivre des jpeg et des Raw de 6000×4000 pixels. Je shoote toujours en Raw pour garder plus de latitude dans le module développement de Lightroom mais pour les besoins du test, j’ai shooté au départ en utilisant le mode Raw + Jpeg.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

  • Trouvez vos guides de voyage sur Amazon, à la Fnac ou sur Nostromo
  • Pour réservez vos hôtels, locations de vacances et gîtes, il y bien entendu  Booking mais je vous invite aussi à découvrir GreenGo (hébergement responsable en France) et Abracadaroom (hébergement insolite en France)
  • Comparez le prix des locations de voiture sur Rentalcars ou Autoeurope
  • Comparez les vols avec Skyscanner ou Kayak
  • Comparez le prix de vos déplacements en bus, train, ferry et avion avec omio
  • Louez votre matériel photo chez Pixloc plutôt que de l’acheter
  • Réservez une activité, une visite ou un billet coupe-file avec Civitatis ou Get Your Guide et votre activité d’aventure ou sportive avec Manawa.
  • Vous recherchez une assurance et/ou une assistance ? J’utilise personnellement celle de Chapka Assurance.
  • Envoyez une demande de devis à une agence de voyage locale francophone

Je dois dire que les Jpeg sont bluffants jusqu’à 3200 ISO et tout à fait honorables au delà. Le grain reste fin et les photos sont prêtes à être utilisées sans retouche.

En Raw (fichiers .raf) c’est encore mieux bien entendu car les possibilités de retouche sont supérieures.

Ce que je n’ai pas testé en voyage :

  • Le Wifi et l’application Remote
  • L’intervallomètre pour réaliser des timelapse
  • Le flash

Voici une petite série d’images pour vous donner une idée.

F 4.8, 1/35 secondes, Iso 3200, 153 mm
F 4.8, 1/35 secondes, Iso 3200, 153 mm
Crop de la photo précédente. Le bruit est peu présent et les détails restent fin même à 3200 ISO
Crop de la photo précédente. Le bruit est peu présent et les détails restent fin même à 3200 ISO
F 16, 1/220 secondes, Iso 200, 10 mm
F 16, 1/220 secondes, Iso 200, 10 mm
Chevêche brame
Chevêche brame, Jpg tiré d’un raw, F5.6, 1/500 s, Iso 1600, 400 mm
Le Taj Mahal au lever du soleil photographié avec le Fujifilm X-T2 et l'objectif XF 10-24 mm f/4 R OIS. F13, Iso 640, 1/60 s, 16,6 mm
Le Taj Mahal au lever du soleil photographié avec le Fujifilm X-T2 et l’objectif XF 10-24 mm f/4 R OIS. F13, Iso 640, 1/60 s, 16,6 mm

La vidéo en 4K UHD

Avec le X-T2, la vidéo l’UHD 4K (3860×2160 px) arrive chez Fujifilm. Au début, j’ai cherché un peu pour utiliser la vidéo. Il faut manier la molette des prises de vue sous les ISO et la positionner sur le mode vidéo et c’est le déclencheur photo qui sert à démarrer et à arrêter la vidéo. J’ai finalement trouvé ça pratique d’utiliser le même bouton.

Dans le menu, on paramètre les options de vidéo : UHD 4K (23, 24 et 30 images/secondes), Full HD (24, 25, 30, 50 et 60 images/secondes) et HD (24, 25, 30, 50 et 60 images/secondes). En UHD 4 K, un crop de 1,17 est appliqué (on a donc à 100 mm un équivalent 24×36 de 175,5 mm (100×1,5×1,17). Le X-T2 filme avec un débit de 100 Mbit/secondes.

La durée d’enregistrement est limitée à 10 minutes en UHD 4 K et 15 mn en FullHD. C’est peu. Avec l’utilisation du grip, on passe à 30 minutes, ce qui est déjà bien mieux !

On peut adjoindre une simulation de film pour donner une teinte à la vidéo. J’ai tout le temps utilisé le profil Provia standard. J’aime beaucoup l’image produite, plutôt douce.

Le Fujifilm X-T2 ne dispose pas de la stabilisation sur le boitier comme le fait Olympus, Sony et Panasonic. La stabilisation se réalise au niveau des objectifs (comme Nikon et Canon). Je trouve que c’est regrettable, surtout pour la vidéo. J’ai quand même filmé à bout de bras avec le téléobjectif Fujinon XF 100-400 MM f/4.5-5.6 R LM OIS WR. Après correction des tremblements via proDAD Mercalli V2, voici ce que cela donne :

[vimeo width= »630″ height= »354″ video_id= »196299411″]

De nombreux cameramen utilisent un profil neutre permettant d’étalonner les plans en post-production. Fujifilm a créé pour cela le profil F-Log mais il n’est accessible que par l’intermédiaire d’un enregistreur externe via la prise HDMI. Pourquoi une telle contrainte ? L’enregistrement interne ne permet pas de filmer en 4:2:2 8 bits et se contente d’un 4:2:0 8 bits encodé en H.264. C’est vraiment dommage car j’aime voyager léger et ajouter un enregistreur 4K vidéo alourdit considérablement le poids de la caméra (le Shogun d’Atomos fait 732 g).

Le grip : indispensable pour les voyageurs

Le grip VPB-XT2 n’est pas qu’un simple grip. Il devient vite le compagnon indispensable (bien qu’optionnel) des photographes. Voici pourquoi :

  1. Il apporte plus de stabilité, notamment en shoot vertical
  2. Il multiplie par trois l’autonomie du boitier grâce à ses 2 batteries supplémentaires
  3. Le mode boost permet de photographier jusqu’à 11 images/seconde
  4. Il passe la durée des séquences vidéos à 30 minutes
  5. Une prise casque, absente du boitier, est présente sur le grip pour vérifier les prises de son

Grip Fujifilm X-T2

Où acheter le Fujifilm X-T2 ?

Vous hésitez à acheter le Fujifilm X-T2 ? Louez-le avant de vous décider. Lisez aussi mon avis sur le service de location de matériel photo offert par Pixloc.

Test du Fuji X-T2 et de l'objectif XF 100-400 MM f/4.5-5.6 R LM OIS WR à la recherche du tigre de Bengale
Test du Fuji X-T2 et de l’objectif XF 100-400 MM f/4.5-5.6 R LM OIS WR à la recherche du tigre de Bengale

Mise à jour du firmware

33 mises à jour firmware (30/03/2017) apportent de nombreuses améliorations pour les boîtiers Fujifilm X-Pro2 Ver3.00 et X-T2 Ver2.00. Suivez le tuto. Une deuxième vague de mises à jour arrivera fin mai 2017 (X-T2 version 2.10 & X-Pro2 version 3.10).

Mon avis sur le Fujifilm X-T2

  • Ergonomie - 80%
    80%
  • Réactivité - 90%
    90%
  • Photo - 100%
    100%
  • Vidéo - 90%
    90%
90%

Résumé

Points forts

  • Poids
  • Qualité des images
  • Gestion du bruit
  • Rafale jusqu’à 11 images/seconde
  • Molette ISO et vitesse vérouillable par pression
  • Double emplacement de carte mémoire
  • Grip intelligent (optionnel)
  • Vidéo UHD
  • Boitier tropicalisé

Points faibles

  • Ecran non orientable à 180° et non tactile
  • Autonomie insuffisante de la batterie
  • Boitier non stabilisé
  • Pas de GPS intégré
  • Profil F-Log disponible uniquement via un enregistreur externe et la prise HDMI
  • Nettoyage de la poussière difficile entre les molettes et le bloc de l’œilleton

Le Fujifilm X-T2 est un boitier photo qui m’a bien étonné. Les photos, autant en jpeg qu’en Raw, sont d’excellentes qualités et l’autofocus est ultra-véloce. La gestion du bruit pour un capteur APS-C est tout simplement très bonne. Fujifilm marque aussi le coup avec la vidéo UHD 4K à qui il ne manque finalement qu’une stabilisation sur le boitier et un profil F-log directement sur l’enregistreur interne. Vu la faible autonomie de la batterie et tous les avantages du grip, celui-ci devient vite indispensable pour les photographes (semi)professionnels.

A la question Suis-je prêt à lâcher mon réflex plein format pour un APS-C de la qualité de l’X-T2 ? Un grand oui !

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

11 commentaires au sujet de “J’ai testé le Fujifilm X-T2, un appareil hybride APS-C doté de la vidéo 4K”

  1. Bonjour

    je possède un xt1 et avec ligthroom 5.6 licence unique (pas d’abonnement)

    Quel est la version ligthroom qui supporte les fichiers xt2 ceci conditionnera
    l’acquisition d’un xt2

    merci

    Répondre
  2. Bonjour,

    Il y a quand même quelques défauts par rapport à la version précédente , notamment au niveau du stabilisateur. Mais dans l’ensemble l’appareil a bien évolué.

    Répondre
  3. Bonjour, merci beaucoup pour votre article, vos photos sont superbes !
    Je voulais savoir, vous n’avez du coup que les 2 objectifs zoom 10-24mm et 100-400mm? ils couvrent tous vos besoins ? entre 24 et 100 avez vous un objectif fixe ?
    Quel est votre avis sur les objectifs fixes ou zoom?

    Merci 🙂

    Répondre
    • Bonjour Emilie,

      J’ai actuellement avec moi en reportage le 18-55 mm 2.8/4 et le 50-140 mm 2.8. Le 1er est très bon et le second excellent. Si j’ai le temps, je referai un article de test avec des exemples de photo.

      Pour mon usage, je pense que l’association des 3 objos : 10-24 mm + 50-140 mm + 100-400 mm est idéale. Les focales fixes ont l’air top mais je ne les ai pas testées. Si je faisais plus de photos urbaines, je pense que je prendrais le 23 mm 1.4 et le 35 mm 1.4.

      Répondre
      • Bonsoir, merci pour votre réponse, ça m’aide bien ! je débute donc c’est pas toujours évident de savoir quels objectifs prendre! Avez vous entendu parlé de l’objectif 18- 135mm ? Assez polyvalent mais peut être que la qualité du coup est moindre, je ne sais pas.
        Avec plaisir je lierai votre prochain article , merci encore

        Répondre
  4. Bonjour Grégory,
    je voulais savoir si vous aviez eu l’occasion d’essayer l’objectif 55-200mm 3,5-4,8. Que pensez-vous de ce produit?
    Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap