Vous êtes ici >>

Suisse : j’ai skié aux Diablerets et à Villars dans un décor de rêve

 

Très faciles d’accès, les Diablerets et Villars sont deux sympathiques stations de ski reliées entre elles, dans la région –francophone– de Vaud, en Suisse. L’une est un joli village de montagne, l’autre un bourg plutôt bc-bg J’ai eu bien du plaisir à les découvrir. Surtout leurs pistes, évidemment. D’autant plus que toutes deux bénéficient d’un panorama exceptionnel : les montagnes sont grandioses ici.

Bigre ! A droite comme à gauche, il y a plusieurs centaines de mètres de vide : l’étroite passerelle, longue de plus de 100 m, est franchement vertigineuse. C’est en fait un pont suspendu entre deux sommets, le Scex Rouge, à 3 971 m, et un bloc de rochers un peu en contrebas. Le « peak walk », financé par la marque de montres Tissot et d’accès libre, m’impressionne.

Mais pas autant que la vue qui m’attend sur la plateforme. D’un côté, j’aperçois la silhouette caractéristique du Cervin, de l’autre le Mont-Blanc. Entre les deux : le massif du Monte Rosa, le glacier du Weisshorn, la Jungfrau, le Mönch et l’Eiger… Au total, quelque chose comme 24 sommets de plus de 4 000 ! Et là, tout près, le massif des Diablerets, culminant à 3 209 m. Il domine le glacier du même nom, au cœur du domaine de ski Glacier 3 000, sur les hauteurs du village des Diablerets.

Diablerets

Les meilleurs moments de ski dans la noire d’Audon

Pour arriver jusqu’ici, il m’a fallu gravir quelques enfilades de marches plutôt essouflantes depuis l’étonnant et futuriste bâtiment à l’arrivée de la télécabine. Dessiné par Mario Botta, le célèbre architecte suisse, celui-ci a –vu de profil– la forme d’un trident. Ou plutôt d’une fourche de diable. Son concepteur a visiblement pris à la lettre ces légendes qui entourent le massif des Diablerets, refuge des diables !

Les 27 km de pistes de Glacier 3 000 sont gentillettes, comme sur tous les glaciers. Mais quelle neige et, surtout, quel décor ! De grandes montagnes alentour et, juste devant moi, cette roche, une tour granitique haute d’une cinquantaine de mètres qui se dresse, tel un doigt montrant le ciel.

Plus personne ou presque ne connaît son vrai nom : elle a été rebaptisée Quille du Diable. Sur la terrasse du petit refuge de l’Espace construit juste devant, en à-pic d’une falaise redoutable, les clients profitent du point de vue. De temps à autre apparaît dans les airs un gypaète barbu, le plus grand des vautours avec ses presque trois mètres d’envergure. Plusieurs couples de ces imposants oiseaux nichent dans les environs.

Pour regagner la vallée s’offre à notre petit groupe une superbe piste, la combe d’Audon. C’est une noire, plutôt exigeante et, avec ses sept km, la plus longue. Elle nous procure sans doute les meilleurs moments de ski ! D’autant que le cadre est au diapason. Au début, c’est un défilé entre les impressionnantes parois rocheuses. Peu à peu, les montagnes s’écartent, la vue porte loin. Je vois même la très chic station de Gstaad, qui n’est plus très éloignée. En fait, Glacier 3 000 se trouve également sur son domaine.

Retour dans le village des Diablerets. Avec ses vieux chalets de bois dont beaucoup sont plusieurs fois centenaires, il s’étale, paisible. Pas bien grand, pas très animé en ce milieu de semaine. Justement, voilà qui ajoute à son charme ! J’aime beaucoup m’y promener. Ne serait-ce que parce que c’est facile : ici, pas ou peu de côtes à gravir…

Une longue descente en luge dans la nuit

La nuit venue, je m’essaie à une attraction très prisée : une longue descente en luge. Chaque soir –c’est plus drôle que dans l’après-midi– des dizaines et des dizaines d’amateurs se laissent tenter. Comme tout le monde, je prends ma luge en bois chez le loueur pour monter en télésiège aux Mazots. C’est parti pour une petite heure d’émotions en tous genres !

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

  • Trouvez vos guides de voyage sur Amazon, à la Fnac ou sur Nostromo
  • Pour réservez vos hôtels, locations de vacances et gîtes, il y bien entendu  Booking mais je vous invite aussi à découvrir GreenGo (hébergement responsable en France) et Abracadaroom (hébergement insolite en France)
  • Comparez le prix des locations de voiture sur Rentalcars ou Autoeurope
  • Comparez les vols avec Skyscanner ou Kayak
  • Comparez le prix de vos déplacements en bus, train, ferry et avion avec omio
  • Louez votre matériel photo chez Pixloc plutôt que de l’acheter
  • Réservez une activité, une visite ou un billet coupe-file avec Civitatis ou Get Your Guide et votre activité d’aventure ou sportive avec Manawa.
  • Vous recherchez une assurance et/ou une assistance ? J’utilise personnellement celle de Chapka Assurance.
  • Envoyez une demande de devis à une agence de voyage locale francophone

Malgré la lampe frontale fixée sur la tête, j’écarquille les yeux pour tenter de trouver dans quel sens part la route enneigée. Etonnamment, la luge répond au doigt et à l’œil : en appuyant d’un pied sur l’un des patins, tout en tirant sur la sangle, elle part du côté opposé. Pour autant, je me retrouve plus souvent qu’à mon tour dans le mur de neige qui borde la piste ! A la faveur d’une trouée dans la forêt, j’aperçois à un moment les lumières des Diablerets, en dessous. Comme c’est joli ! Et à l’arrivée, on échange les impressions avec un verre de vin chaud entre les mains. Sympa.

Peu à peu, je découvre l’ensemble du domaine skiable. D’abord le secteur d’Isenau, qui est aussi la porte d’entrée vers Glacier 3 000 dont je vois les falaises au loin. Ici, le décor est plutôt joli aussi. Sur ces belles pistes, très appréciées par les familles ou les scolaires, qui se terminent entre les arbres et ramènent jusqu’au village, j’en profite pour travailler ma technique de carving. Et puis, de l’autre côté, voici le Meilleret qui me conduit vers Villars, juste de l’autre côté du col de la Croix.

Les Diablerets et Villars reliées par de nouvelles remontées

Ensemble, Les Diablerets et Villars alignent quelque 125 km de pistes. Les deux stations sont maintenant reliées par de nouvelles installations, des télésièges 6 places débrayables entre Conche et Laouissalet. Ils divisent par deux les temps de trajet et font gagner six minutes dans un sens, trois dans l’autre. Côté Villars, c’est pas mal aussi !

Sur les pistes, j’aperçois des groupes d’ados, tous vêtus de la même tenue plutôt chic. L’explication est simple. C’est l’ « uniforme » à la neige des élèves de l’une des quatre écoles internationales implantées à Villars. Ils ont même leur propre resto d’altitude ! Evidemment, lorsque les parents paient si cher –autour de 100 000 euros par année scolaire– on a droit à quelques égards. Rendez-vous de pas mal de people, Villars est d’ailleurs plutôt BC-BG.

En tout cas, la montagne y est belle. Le panorama est très ouvert, le regard porte loin, au-delà de la vallée du Rhône, jusque vers les Dents du Midi. Surtout lorsque j’arrive vers Bretaye, au centre du domaine. A ma grande surprise, je vois arriver un train –à crémaillère– au beau milieu des pistes ! Le lendemain, j’aurai d’ailleurs l’occasion de le prendre : je trouve que c’est bien pratique, depuis le centre de Villars. Et ce n’est pas tous les jours que je chausse les skis en descendant d’un wagon !

Informations pratiques

Y aller

Le TGV Lyria effectue jusqu’à 20 allers-retours quotidiens entre la France et la Suisse pour relier Paris aux principales villes. Chaque samedi jusqu’au 01/04/2017 un « Lyria des neiges » met Aigle, la grande gare la plus proche des Diablerets et de Villars, à 4H30 de Paris. Depuis Aigle, des trains à crémaillère montent jusqu’aux stations fréquemment dans la journée.

Swiss Travel System propose plusieurs formules de transport en Suisse. Notamment le Swiss transfer ticket qui permet de voyager depuis la gare frontière ou l’aéroport d’entrée jusqu’à la destination finale et retour.

Bonnes adresses

  • L’Auberge de La Poste (3*) aux Diablerets : Un ancien relais de poste dans un chalet datant de 1789. Un accueil sympathique et une bonne table.
  • Refuge L’Espace sur les pistes de ski du Glacier 3 000 aux Diablerets : Une cuisine simple mais savoureuse dans un site absolument grandiose, au pied de la Quille du Diable.
  • Le Resto d’Isenau sur les hauteurs des Diablerets à l’arrivée des télécabines du domaine skiable d’Isenau, propose une cuisine simple et agréable.
  • Eurotel Victoria (4*) à Villars-sur-Ollon (il y a un établissement similaire aux Diablerets). Un havre confortable et calme, à 50 m de l’arrivée d’une piste et quasiment en plein centre de la station.
  • Peppino, le restaurant de l’hôtel Victoria à Villars, où le chef Joël Quentin propose une cuisine à base de plantes et fleurs de la région cueillies par sa brigade, vaut franchement le détour !
  • Le restaurant l’Etable sur les pistes du domaine skiable de Villars est un fort bel endroit qui sert une cuisine de qualité : des plats maison élaborés uniquement avec des produits du terroir.

Activités

  • Descente en luge aux Diablerets. Possibilité de déguster une fondue avant la séance, en haut de la piste. Et de toute manière, un vin chaud vous attend à l’arrivée !

Journaliste venant de la presse régionale, maintenant je ne fais plus que ce que j'aime. C'est simple, non ?

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap