Vous êtes ici >>

Pyrénées : plein les yeux dans le Béarn

A la verticale du col de Soulor, qui relie le Béarn à la Bigorre, plusieurs larges silhouettes d’oiseaux se découpent dans le ciel. Des vautours. L’une se détache nettement, tant elle est imposante. C’est un gypaète barbu qui plane ainsi, majestueux. Avec plus de trois mètres d’un bout à l’autre de ses ailes déployées, c’est le plus grand des rapaces. Le plus rare aussi. Ici, il n’en reste qu’un seul couple. Mais deux couples d’aigles royaux ont été recensés.

Des orchidées et des plantes carnivores

L’endroit est très fréquenté par les naturalistes. Ils viennent observer les oiseaux migrateurs dans ce couloir de passage vers le détroit de Gibraltar. « Durant l’été 2013, les bénévoles du Gopa (Groupement ornithologique des Pyrénées et de l’Adour) ont compté 46 000 milans noirs » indique le guide, Eric Champagne.

Il suffit de baisser les yeux pour admirer différentes variétés d’orchidées, la grassette –une plante carnivore– ou la gentiane, d’un magnifique bleu indigo. Sur les bords de ce chemin menant au lac de Soum, dans le val d’Azun à quelque 1 500 m, il y en a tant et plus. La haute vallée de l’Ouzoum, qui commence ici, est particulièrement préservée.

Le col de Soulor et ses environs sont propices à l’observation des oiseaux. Orchidées et autres plantes y foisonnent.

Un fromage sur douze

Jusque dans le monde des hommes. A Arbéost, le premier village, officie un personnage haut en couleur : Georges Montauban, que tout le monde appelle Jojo. Depuis plus de 40 ans, il affine les fromages tout comme le faisaient ses parents. Sa cave voit passer chaque année des milliers de tommes –au lait de vache et de brebis, plus rarement de chèvre– apportées par les producteurs des environs.

Comme autrefois, Jojo se paie avec la dîme, en prélevant un fromage sur douze.
Beaucoup plus bas, presque dans la plaine, voilà le Pays de Nay avec ses belles bastides. A commencer par celle de Nay, le bourg, qui offre un sympathique marché le mardi matin. Non loin, Lestelle-Bétharram. C’est une bastide également, ainsi qu’un impressionnant lieu de pèlerinage, sur les bords du gave de Pau.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

  • Trouvez vos guides de voyage sur Amazon, à la Fnac ou sur Nostromo
  • Pour réservez vos hôtels, locations de vacances et gîtes, il y bien entendu  Booking mais je vous invite aussi à découvrir GreenGo (hébergement responsable en France), Feelingo (hébergements durables en France, Espagne, Portugal, Italie et Grèce) et Abracadaroom (hébergement insolite en France)
  • Comparez le prix des locations de voiture sur Rentalcars ou Autoeurope. Louez votre van/fourgon camping-car sur Yescapa.
  • Comparez les vols avec Skyscanner ou Kayak
  • Comparez le prix de vos déplacements en bus, train, ferry et avion avec omio
  • Louez votre matériel photo chez Pixloc plutôt que de l’acheter
  • Réservez une activité, une visite ou un billet coupe-file avec Civitatis ou Get Your Guide et votre activité d’aventure ou sportive avec Manawa.
  • Vous recherchez une assurance et/ou une assistance ? J’utilise personnellement celle de Chapka Assurance.
  • Envoyez une demande de devis à une agence de voyage locale francophone

A Arbéost, la cave d’affinage de Jojo est la seule des Hautes-Pyrénées.

Pétain, Blum, Daladier… prisonniers au fort du Portalet

Etonnante destinée que celle du fort du Portalet, au fond de la vallée d’Aspe vers le col du Somport. Accroché –au prix de prouesses techniques et architecturales– à la montagne, il n’a jamais eu à remplir son rôle défensif. Si l’on excepte quelques escarmouches en août 1944, jamais un coup de feu ou un coup de canon n’y a été tiré depuis sa construction, commencée en 1846.
Le fort est pourtant célèbre. En 1941 et 1942, quasiment désaffecté, il a servi de prison d’Etat. Léon Blum, Edouard Daladier, Georges Mandel, Paul Reynaud ainsi que le général Maurice Gamelin y sont incarcérés au lendemain du procès de Riom où le régime de Vichy les a jugés coupables de la débâcle de 1940. A la Libération, retournement de situation : Philippe Pétain, l’ancien maréchal, y est détenu quelques mois avant d’être transféré à l’île d’Yeu.

Accroché à la montagne, le fort commande l’accès au col du Somport, vers l’Espagne. Sa construction a duré plus de vingt ans. © office de tourisme Vallée d'Aspe

Chemins de ronde, nombreuses volées d’escaliers en pierre, plateformes… la visite du fort, qui s’étage sur cent mètres de hauteur, est impressionnante. Avec en prime une belle vue sur le chemin de la Mâture, un sentier creusé dans la falaise en 1770. Il est aujourd’hui intégré au GR 10 qui traverse les Pyrénées dans le sens de la largeur.

– La visite du fort se fait sur rendez-vous à l’office de tourisme

Rafting sur le gave de Pau

En aval, à Montaut, se trouve la base nautique où le jeune Tony Estanguet, qui deviendra triple champion du monde et triple champion olympique de canoë, a fait ses débuts. C’est aussi l’arrivée d’une mémorable séance de rafting sur le gave. Car à la fonte des neiges, c’est-à-dire jusqu’à la mi-juillet, les eaux sont particulièrement tumultueuses ! Sous leur épaisse combinaison de néoprène, casqués et bardés d’un gilet de sauvetage, les passagers ne craignent pas les embruns, ni même de tomber par-dessus bord. Mais ils en prennent plein les yeux !

Puis retour en montagne, en haute montagne même, dans la vallée d’Ossau cette fois. Sur la route du Pourtalet, le col menant à l’Espagne, se trouve la station de ski d’Artouste. Les remontées fonctionnent en été pour amener au Petit train d’Artouste, le plus haut d’Europe sur rail. La ligne a été construite en 1932, lors de l’édification du barrage d’Arrémoulit, et par la suite ouverte aux promeneurs. Le trajet dure une cinquantaine de minutes. Il commence par la traversée d’un tunnel, vécue comme le franchissement d’une porte. De l’autre côté, plus de réseau téléphonique mais une nature somptueuse.

Sur le gave de Pau, de mémorables séances de rafting au moment de la fonte des neiges. © Photo Ohlala Eaux Vives

Le long du vallon du Soussouéou

A 2 000 m, serpentant à flanc de montagne, la voie longe le magnifique vallon du Soussouéou. Aucune route ne le dépare. Les bergers y emmènent leurs troupeaux à pied. A l’arrivée du train, devant le barrage, s’offrent aussi bien des petites balades familiales que des randonnées réservées aux plus expérimentés. Et entre les deux extrêmes, une large gamme de possibilités comme par exemple le circuit des lacs. Toutes dans un panorama exceptionnel, fait de sommets enneigés.

La vallée d’Aspe, qui court parallèlement à celle d’Ossau, est à la fois semblable et différente. Une seule route les relie, par le col de Marie-Blanque, du nom d’une espèce de vautours. Aspe est par endroits beaucoup plus encaissée avec ses goulets successifs, tout aussi grandiose. Dominant un fond de vallée, en fait un grand cirque, Lescun pourrait aisément postuler pour entrer dans le clan des « plus beaux villages de France ». Les randonneurs y passent pour se rendre aux Aiguilles d’Ansabère, sans aucun doute l’un des plus beaux tableaux des Pyrénées. Les flancs sont encore tapissés de plaques de neige alors que les bergers ont déjà pris leurs quartiers d’été. Telles deux pointes acérées, les fameuses Aiguilles se dressent fièrement dans le ciel, ultime rempart.

Les magnifiques Aiguilles d’Ansabere

Informations pratiques

Se renseigner

Bonnes adresses

Activités

  • Rafting sur le gave de Pau à Montaut, près de Lestelle-Bétharram, Ohlala Eaux Vives
  • Guide naturaliste Eric Champagne, dans le val d’Azun, tel. 06 83 23 57 32.

 

Journaliste venant de la presse régionale, maintenant je ne fais plus que ce que j'aime. C'est simple, non ?

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap