Vous êtes ici >>

Portes du Mustang

Muktinath : royaume des Dieux

Le 14 novembre – Le ciel est encore clair à notre réveil et c’est le panorama sur le Dhaulagiri (8167 m, le 7ème plus haut sommet du monde) et le Tukuche Peak (6920 m), que nous découvrons en ouvrant la porte de la chambre. Muktinath étant un important centre religeux, une piste a été construite pour y faire venir les pélerins. Durant les 4 jours qui viennent, nous allons parfois devoir l’emprunter, en essayant au maximum de marcher sur l’autre rive lorsque les sentiers le permettent. Le première pause de notre trajet du jour est à Jarkot, un vieux village situé sur un éperon rocheux. Nous y visitons le monastère où étudient de nombreux enfants.

Nous dominons la vallée de la Jhang Kola. De part et d’autres sont batis quelques villages de paysans. A cette époque automnale, les champs ne sont pas cultivés. Sur la rive opposée commence la région du Mustang, qui s’est récemment ouverte au trekking, le paysage est minéral et très sec. Nous marchons quelques temps sur la piste poussièreuse, heureusement peu fréquentée à cette époque, et arrivons en vue du village de Kagbeni.

Ce joli village est situé dans la vallée de la Kali Gandaki. Cette rivière est une des trois qui parviennent a franchir l’Himalaya et fût une des grande routes pour les caravanes entre le Tibet et l’Inde. La signification de Kagbeni est « Fort auprès des deux rivières » et contrôlait le passage des caravanes. De nos jours, on voit encore les ruines du fort au milieu du village. Nous allons visiter le monastère Bouddhique et nous balader dans les rues étroites du fort. Nous avons aussi une jolie vue sur la rivière, c’est ici le point de départ des treks dans le Mustang.

Pour le reste du parcours du jour, nous allons marcher dans le lit de la Kali Gandaki jusqu’à Jomsom (2743 m). Cette vallée, fort justement appelée ‘Windy Valley’, justifie son nom. Nous marchons contre un vent très violent et la balade n’a pas beaucoup d’intérêt, d’autant plus que le temps se couvre et la brume envahit la vallée. Nous arrivons à Jomsom, un gros village où un aéroport a été construit. Désormais, la plupart des treks s’arrêtent ici et les voyageurs prennent l’avion pour Pokhara. Le problème, c’est que depuis 2 jours la brume et le vent empêchent tout atterrissage. Il faut donc, soit prendre le bus local pour descendre par la piste, soit patienter à l’hôtel. De notre côté, pas de problème, puisque nous descendons à pieds. Nous passons la nuit au Himalaya Inn dans une chambre "de luxe" avec salle de bain et douche chaude !!

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Un appel brandy pas terrible

Le 15 novembre – Le beau temps nous a quitté et la brume bouche de nouveau les sommets. Nous traversons la rivière pour éviter la piste. La végétation est encore bien maigre ici, seuls poussent quelques confères et genévriers. Les paysans ne peuvent cultiver que près de la rivière. Nous passons à Dhumpha et montons jusqu’à son monastère où les moines ne doivent pas souvent voir de touristes… D’ailleurs à partir d’aujourd’hui et pour les 2 jours suivants, nous n’en croiserons pas beaucoup.

Nous passons ensuite en face du village de Marpha qui abrite un grand centre de Méditation. Nous arrivons ensuite à Chhairo où nous prenons un thé en compagnie de réfugiés Tibétains.

Nous parvenons à Tukuche (2591 ), notre étape du jour, pour le déjeuner. La vent souffle toujours et une petite bruine tombe. Au temps des caravanes, Tukuche fut un village très prospère, habité par les riches marchands. On peut encore y voir de belles maisons, témoins de ce passé révolu. Aujourd’hui, presque plus personne ne s’arrête ici et nous serons les seuls à dormir au Yak Hotel. Nous faisons un tour dans le village où l’on trouve aussi une distillerie. On y fabrique l’apple brandy local, que nous goutons le soir, pas terrible !!

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap