Vous êtes ici >>

Nouvelle-Zélande, deux îles aux antipodes

Il faut plus d’une vingtaine d’heures d’avion pour atteindre l’île du Nord de Nouvelle-Zélande. Mais, fi du décalage horaire terrassant, la capitale Auckland se dévoile sans attendre. Entre Mont Eden et Rangitoto. Deux balades, deux visions complémentaires de cette « cité des voiles » qui est aussi celle des volcans. Depuis le sommet du mont Eden, cratère panoramique au cœur de la ville, Auckland ressemble à un grand oiseau, blotti entre mer de Tasman et Océan Pacifique.

Laissant derrière lui la « skyline » futuriste de la métropole, le ferry se dirige à présent vers l’îlot de Rangitoto – « Ciel rouge sang » en maori – volcan surgi des eaux il y a environ six cents ans. Une inhabituelle végétation dévale les pentes de son sommet conique composé de roches noires fracturées.

Quelques heures de route en direction du sud, à travers de verts paysages bocagers, et voilà déjà Rotorua, la « ville du soufre », bâtie sur l’une des zones géothermiques les plus concentrées et accessibles du monde. On « sent » Rotorua avant d’apercevoir la ville. Et de découvrir, fasciné, ses paysages lunaires, ses jeux de vapeur et ses couleurs fantasmagoriques… Ici, plus que partout ailleurs dans le pays, les Maoris ont réussi à maintenir leurs valeurs et leur intégrité tribale malgré les effets diluants du tourisme. Il faut montrer patte blanche pour pénétrer à Whakarewarewa, l’un des villages pionniers, où les habitants se promènent entre les sources d’eau chaude, serviette sur l’épaule. Tous les jours à heure précise, le geyser de Wai O Tapu se réveille, aidé par un ranger… et son sachet de savon ! Le clou du spectacle de cette zone volcanique reste Champagne Pool, un chaudron aux eaux émeraude, ourlé d’une corolle orange vif et enveloppé de vapeurs mouvantes.

Le long de la route filant vers le sud, une grande forêt de pins annonce le majestueux volcan Tongariro, émergeant d’un vaste plateau calciné par les éruptions successives. Cet énorme socle magmatique est coiffé par trois volcans couverts de neige durant tout l’hiver austral.

Coup d’aile rapide – et mouvementé ! – depuis l’île du nord jusqu’à Wellington, capitale de l’île du sud. Après la très anglicane et néanmoins coquette Christchurch, il faut franchir les « Alpes du sud » au niveau d’Arthur’s Pass. Voisin de la vallée trop fréquentée du célébrissime mont Cook (3754 mètres ; point culminant du pays), un autre géant de glace s’impose : le glacier Franz Josef. Il forme une fabuleuse rivière de glace dévalant la montagne jusqu’à la côte.

But ultime du périple nord-sud, Queenstown se dessine déjà, petite ville nichée dans un splendide cadre montagnard au bord du lac Wakatipu. Ici, la nature sert de terrain de jeux infini à l’énergie des foules enthousiastes.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Impossible de quitter cette terre des extrêmes sans faire un détour, en ferry, par le Milford Sound, l’un des plus profonds et spectaculaires Fjords du pays. A travers les brouillards ouatés surgissent de gigantesques roches escarpées d’où jaillissent d’interminables cascades. Reste plus qu’à apercevoir des phoques…

Informations pratiques

  • Y aller

Vols Paris/Auckland, Christchurch ou Wellington avec escale à Sydney, en Australie, avec Qantas Airways et Air New Zealand (depuis Londres). Système de coupons de vols possible (notamment entre les deux îles). Le meilleur moyen de se déplacer reste la voiture (conduite à gauche).

  • Culture Maori

A Rotorua (Ile du Nord), qui a gardé vivace l’art de vivre des Maoris, danses et chants cérémoniels sont organisés par des opérateurs locaux.

  • Galerie photos sur la Nouvelle-Zélande

Laisser un commentaire

Share via
Copy link