Vous êtes ici >>

Nicolas Mauclert, le blogueur qui aimait le froid

Quand vient l’été, il y en a qui souffrent toujours un peu plus que les autres de la chaleur. Nicolas Mauclert, alias Laponico, est de ceux-là. Ce blogueur, dont le film fétiche pourrait être le Jour d’Après, est tombé dans une potion magique à -15° quand il était petit et, depuis, le virus de la congélation ne l’a jamais quitté. Il anime avec passion le blog Carnets Nordiques, synthèse de ses voyages et lieu de convivialité et d’informations pour les internautes adeptes eux aussi de frissons hivernaux. Transfuge de la Team Givrés, il a rejoint cette année le collectif de la Team Aventuriers. Une évolution logique pour un blogueur en phase de maturité et qui initie aussi de premiers pas vers l’outdoor estival. I-Voyages a voulu en savoir plus sur cet aventurier sympa qui a déclaré sa flamme au froid.

10724123_1481578645465136_762553792_n

I-Voyages : Nicolas, tu fais partie des blogueurs qui aiment le froid. Comment ça se passe l’été pour toi ?

L’été, je regarde avec envie les région où le thermomètre ne monte pas trop haut. Quoi qu’on en dise, si j’aime le froid, j’aime aussi l’été, quand la chaleur est agréable, sèche. Mais en été, je râle aussi beaucoup en rêvant d’aller m’installer en Suède et en rêvant de temps à autre de l’hiver. Même s’il arrive de plus en plus tard depuis quelques années. Mais réellement, j’ai chaud assez rapidement, et si je peux partir en Sicile sous la tente en plein mois d’août, le vivre à Paris me pose réellement problème, surtout si je dois porter une tenue de travail « à la papa ».

J’adore quand l’automne arrive, que les jours diminuent, que les températures baissent.

Mais ces dernières semaines je ne rêve que d’une chose, avoir froid et ressortir mes vêtements d’hiver (même si soyons honnête, à Paris je vis en tee-shirt toute l’année avec juste une petite veste, jamais de belles doudounes bien chaudes car les températures ne descendent jamais très bas). Bref, l’été oui, car toute les saisons ont leur charme, mais les grosses chaleurs, non !

11055538_1598277830406054_1672320003_n

IV : Comment devient-on un passionné du froid et des destinations nordiques ? Instinct, attirance incompréhensible ou traumatisme ?

Je ne sais pas. J’ai toujours ce souvenir, lorsque la température approche le 0 degré, que le ciel est blanc, d’attendre que la neige tombe. Malheureusement, j’ai toujours vécu en région parisienne et les hivers avec quelques jours de neige sont très rares. De plus, enfant, je ne suis que très rarement parti à la neige. J’ai redécouvert la montagne assez tard, par le Jura – qui ressemble à la Laponie. Puis un jour je suis allé en Suède, chez les Vikings. Un pays dont je ne savais trop rien, sauf qu’un pote y faisait ses études et me racontait le soir par msn qu’il devait rentrer sous des tonnes de neiges. Il me faisait rêver. J’y suis parti sur un coup de tête. J’ai adoré et, l’année d’après, je suis monté en Laponie, le pays du Père-Noël. Là ce fut la claque. J’étais seul, il n’y avait rien, je me baladais entre les lacs et les forêts enneigées, les yeux émerveillés comme un gamin. C’était magnifique. J’en suis réellement tombé amoureux et j’essaye d’y retourner régulièrement depuis. La dernière fois, je suis partis un peu inconsciemment avec juste un tarp, un sac de couchage et de quoi camper pour passer quelques jours seul, dans la forêt, en hiver… mais sur place on me l’a interdit et on m’a déposé loin de tout, sur le bord d’une rivière, avec une cabane, sans eau ou électricité, et du bois pour me chauffer. Et un sauna, ce qui m’a valu pas mal de vannes des gens à qui j’avais annoncé la grande aventure, même si ce n’était vraiment pas si simple que ça de rester tout seul avec -15° la nuit ! J’ai besoin de ma dose de froid, et de neige, c’est vraiment là que je me sens bien.

P1030741

IV : Jusqu’à maintenant tu gérais deux blogs : Escales Nordiques et Carnets Nordiques. Pourquoi en avoir supprimé un ?

Escales Nordiques a été créé en premier dans un but informatif sur les destinations nordiques : actu, matos pour y aller, etc… mais le ton employé ne me plaisait pas : il n’y avait pas le côté blog que je voulais apporter, je m’étais enfermé dans un truc qui ne me convenait pas totalement. J’ai alors créé Carnets Nordiques, le blog d’Escales Nordiques au départ. Carnets Nordiques m’a permis de parler d’autre chose, de m’émanciper loin des barrières que je m’étais fixées. J’ai commencé à mettre du contenu sur les deux blogs et, à un moment, je me suis retrouvé à ne plus savoir quel contenu mettre sur l’un et sur l’autre. Ca devenait trop compliqué. J’ai fusionné une partie du contenu de mon premier blog dans Carnets Nordiques qui a tendance maintenant à partir dans plusieurs directions : les pays nordiques, mais aussi les voyages « ailleurs », comme en France, ou encore l’outdoor et le trail, car ça m’occupe pas mal toute l’année, ça m’intéresse aussi d’en parler, avec une grosse dimension test de matos de plus en plus importante. Ca m’éclate de tester et on découvre au passage des produits vraiment sympas !

carnets nordiques

IV : Tu es un blogueur occasionnel et passionné. Cette année tu as intégré le collectif Team Aventuriers. Un signe pour te préparer à passer pro prochainement ?

Alors là c’est un peu un objectif à moyen terme. Pas forcément blogueur, mais travailleur du web, apporteur de contenu, média, stratégie marketing, le web étant tellement vaste… Je travaille déjà dans la monétisation de sites et j’ai de l’expérience en acquisition, emailing, partenariats, réseaux sociaux… J’ai un profil assez complet et pas mal d’expérience maintenant. Je bosse de plus en plus sérieusement avec des agences pour le blog et j’apprends aussi énormément auprès des autres membres de la Team Aventuriers qui sont presque tous pro.

Je ne suis plus un petit blogueur qui prend une décision pour mon blog. Désormais on est six, avec des objectifs professionnels

Par exemple mon séjour avec Grégory dans le Cantal m’a permis de comprendre comment bien réaliser des séquences vidéos pour ensuite faire du montage. Piotr a aussi beaucoup d’idées, qui des fois partent dans tous les sens mais qui permettent d’avancer, et son côté fonceur permet de voir loin; et beaucoup de choses sont à faire entre les marques et les blogueurs… Après, la vie privée fait que je ne peux pas tout stopper car il faut manger, payer le crédit de la maison, etc, mais les projets avancent, et c’est top !

IV : En quoi consiste cette participation à ce collectif ? Qu’y gagnes-tu ?

On amène chacun nos idées, notre pierre à l’édifice. J’ai principalement œuvré sur le blog pour l’instant, rédigé quelques articles (dont celui sur les régions glacées qui me font rêver), et surtout beaucoup appris dans les relations avec les personnes qui nous contactent. Je ne suis plus un petit blogueur qui prend une décision pour mon blog. Désormais on est six, avec des objectifs professionnels, les échanges sont très instructifs car, contrairement aux autres membres, je n’ai pas besoin du blog pour manger, mais ça me permet de voir justement ce côté de ne pas se brader et se vendre à sa juste valeur. Et l’expérience acquise en quelques mois d’existence est énorme pour le collectif !

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

  • Trouvez vos guides de voyage sur Amazon, à la Fnac ou sur Nostromo
  • Pour réservez vos hôtels, locations de vacances et gîtes, il y bien entendu  Booking mais je vous invite aussi à découvrir GreenGo (hébergement responsable en France) et Abracadaroom (hébergement insolite en France)
  • Comparez le prix des locations de voiture sur Rentalcars ou Autoeurope
  • Comparez les vols avec Skyscanner ou Kayak
  • Comparez le prix de vos déplacements en bus, train, ferry et avion avec omio
  • Louez votre matériel photo chez Pixloc plutôt que de l’acheter
  • Réservez une activité, une visite ou un billet coupe-file avec Civitatis ou Get Your Guide et votre activité d’aventure ou sportive avec Manawa.
  • Vous recherchez une assurance et/ou une assistance ? J’utilise personnellement celle de Chapka Assurance.
  • Envoyez une demande de devis à une agence de voyage locale francophone

La-TeamAventuriers

IV : Tu n’en es pas à ton coup d’essai en terme de participation à un collectif puisque tu faisais aussi partie de la Team Givrés. Que t’a apporté cette première expérience de collectif ?

De belles rencontres tout d’abord, et une première expérience de collectif avec des personnalités différentes, éloignées les unes des autres (en vadrouille, dans différents pays nordiques) et qui pouvaient ainsi nous apporter une vision « live » sur les cultures de ces pays. Des erreurs aussi à ne pas refaire, des règles à mettre en place au départ dans la gestion de différentes personnalités. Mais c’était une belle aventure, une bonne idée. Après, c’est comme une expérience en entreprise, des fois ça ne se passe pas aussi bien qu’on l’espérait.

IV :  Sur tes réseaux tu publies depuis quelques temps pas mal d’articles et de photos en lien avec le trail ? Un substitut aux activités nordiques ?

J’ai toujours fait pas mal de sport. Et courir, c’était le truc que je faisais quand j’étais déprimé, pour me vider la tête, ou quand j’avais à perdre du poids… Mais, petit à petit, c’est devenu plus régulier, comme une drogue. Et j’ai eu envie d’en parler, de partager des photos de sorties, car j’ai toujours mon smartphone sur moi.

J’avoue en ce moment avoir plus envie de parler de sport et d’outdoor que de neige et de ski ! Je dois me flageller pour cette traîtrise ?

Et comme on me propose de tester du matos en hiver (le côté nordique), on m’a proposé la même chose pour le trail donc ça m’a incité à développer cette partie, qui rentre en plus parfaitement dans le côté outdoor de la TeamAventuriers et celui que je souhaitais développer sur Carnets Nordiques pour sortir du Nord et du voyage. Et oui, en été c’est un bon substitut aux activités nordiques.

trail

IV : Dans une vie idéale, quelle destination servirait de décor à ton projet le plus fou ?

Le Groenland. Je rêve depuis longtemps d’y aller, parcourir la calotte glaciaire, courir le marathon, rencontrer les Inuits, faire du chien de traîneau sur les immenses étendues glacées de la banquise, voir des icebergs… Et le Pôle Nord…c’est bête, mais je suis souvent attiré par les points les plus extrêmes, et forcément, pour un passionné comme moi de nord, le Pôle reste le Graal. Mais pas commes ces gens qui débarquent en avion ou en brise-glace, prennent 3 photos et se barrent, non. Y aller au moins un peu à l’aventure, en ski et pulka, pas forcément comme le ferait un Mike Horn, mais avoir à parcourir quand même plusieurs kilomètres quelques jours pour y arriver…

IV : On parle de réchauffement climatique à tout bout de champ. Comment tu vois ton avenir et celle de Carnets Nordiques ?

Carnets Sudistes ? Non je pense qu’on peut encore trouver un peu de neige et de froid quelques années mais, effectivement, chaque année nous établissons des records de chaleur, nous tuons la planète et tout le monde s’en moque. Malheureusement si j’essaye a mon niveau de sensibiliser les gens – car c’est un sujet qui m’interpelle – je suis très pessimiste car il faudrait toucher au confort personnel des gens et personne n’est prêt à faire ces efforts. Les gens vivent dans un monde climatisé, il doit faire 23 degrés été comme hiver sinon ils ne sont pas content et sont incapables d’essayer de s’adapter. C’est triste, ça me désole, je me bats souvent avec mes collègues mais malheureusement c’est souvent 1 contre 10… Quant à mon avenir, je n’ai jamais été bon pour savoir ce que je ferais dans 5 ans (tu sais, la question phare des DRH). Là, je m’imagine peut-être plus libre, vivant de mon propre job, monté avec des potes, qui nous permettrait de voyager, travailler ailleurs, sur plusieurs types de postes différents…ou dans une cabane en Suède, sur le bord d’un lac…

— Le blog de Laponico : Carnets Nordiques

— Sa page Facebook

— Son compte Instagram

Voyageur touche-à-tout et autodidacte, je réalise le montage des vidéos du blog et rédige régulièrement ses actualités.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap