Vous êtes ici >>

Moi, mes souliers : le blog voyage made in Québec

Elle et ses souliers font partie des blogs voyage historiques et assidument suivis dans un Québec qui s’ouvre de plus en plus à cette activité nouvelle qu’est le blogging. A l’image de ce peuple rempli de charme et de qualités, Jennifer Doré Dallas est une voyageuse-chroniqueuse passionnée, enthousiaste et totalement disponible pour prendre quelques minutes de son temps et répondre à nos quelques questions curieuses visant à en apprendre un peu plus sur elle, ses souliers et l’univers de la blogosphère de Montréal et du Québec. Une belle occasion pour se convaincre que le réseau international des blogueurs voyage est définitivement en phase de professionnalisation, bouleversant au passage la manière de communiquer des professionnels du tourisme qui doivent désormais compter avec eux.

Moi, mes Souliers 3

I-Voyages : tu peux expliquer la référence du titre de ton blog aux personnes, comme moi, peu calées en culture musicale ?

Moi, mes souliers : pour te rassurer, je crois que c’est plutôt une question de références culturelles.  Les Québécois connaissent à peu près tous la chanson Moi, mes souliers de Félix Leclerc, qui raconte la vie difficile d’une paire de chaussures. Beaucoup l’associent au voyage et c’est de là que vient la référence, d’autant plus que j’aime beaucoup cette mélodie!

Tes souliers à toi alors, c’est quoi leur histoire ?

Mes souliers à moi ont une histoire un peu mélangée. J’ai commencé à voyager à la fin de l’adolescence, notamment lors d’un échange étudiant en Allemagne, car j’étudiais la langue de Goethe. Ça s’est poursuivi lorsque j’ai déménagé à Freiburg en 2016 pour un semestre à enseigner et étudier à la fois. Je n’ai plus jamais arrêté d’être curieuse de l’Ailleurs, de partir à la découverte d’autres pays et de rêver sans cesse à repartir. Ayant rapidement grimpé dans le monde corporatif, je n’étais malgré tout pas heureuse. Il me manquait un je-ne-sais-quoi et j’ai décidé de commencer le blog un peu comme un exutoire. Doucement, j’y ai pris goût et y ai consacré de plus en plus de temps jusqu’à ce que je décide de faire le saut dans l’inconnu en 2013. J’ai tout largué pour partir en voyage de 9 mois autour du monde et je n’y suis jamais retourné même si je suis revenue à ma base à Montréal au Québec. Je travaille aujourd’hui comme blogueuse et rédactrice à temps complet et je ne changerais ma vie pour rien au monde!

Et sinon, avant d’aller plus loin, tu peux nous expliquer quel est le problème avec les parapluies ?

Quel gadget inutile! Bon, je m’emporte, car c’est vrai que ça peut être pratique en plein déluge, mais pour le voyage, c’est la chose la plus ridicule à apporter dans un bagage, à mon avis. Un parapluie, c’est lourd, ça encombre, ça ne protège pas les jambes et les pieds de toute façon et s’il y a moindrement un peu de vent, c’est foutu. Laissez-le à la maison!

Moi, mes Souliers 1

OK, redevenons sérieux ! Le blogging au Québec n’est pas, je trouve, quelque chose d’encore très développé, comme en Europe et aux USA. As-tu fait figure de pionnière dans ce domaine dans ton pays ?

Il est vrai que nous avons un peu de retard sur la blogosphère anglophone et européenne, mais ça se développe à une vitesse ahurissante. Il y a bientôt 6 ans quand j’ai commencé mon blogue, je pouvais compter les autres sur le doigt d’une main. Aujourd’hui, je n’arrive plus à compter. Je n’aimerais pas dire que je suis une pionnière, car d’autres ont fait bien plus et bien mieux avant moi, mais je pense que je peux dire en toute humilité que je suis une des blogueuses voyage les plus connues au Québec et que j’ai développé d’excellentes relations avec le monde du tourisme ici.

Comment s’est constituée ton équipe de chroniqueurs voyage ? Ta team s’ouvre-t-elle aux nouvelles candidatures aujourd’hui ?

En fait, le blogue a beaucoup changé depuis sa création. Au début, je voulais créer un magazine Web avec une équipe de contributeurs. J’avais donc des chroniqueurs réguliers. Depuis que je me suis lancée à temps complet, j’utilise le terme blogue, car j’ai recentré beaucoup autour de moi et de mes propres aventures. J’ai encore quelques contributeurs que j’appelle aujourd’hui guest-posters qui contribuent des articles sur des destinations que je ne connais pas et qui plaisent à mes lecteurs. Pour ceux qui se disent, mais attends, c’est écrit Portail des globe-trotteurs, vous avez raison… C’est trompeur ! Je suis à refaire le visuel du blogue, justement, pour qu’il reflète plus cette réalité de blogueuse unique entourée de guest-posters, donc tenez bon, ça arrive! 

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Quelles relations as-tu avec les autres blogueurs voyage : tu es plutôt isolée dans cette communauté ou, au contraire, tu aimes tisser des liens avec elle ?

La plus belle qualité de la blogosphère au Québec, du moins de la façon dont je l’expérimente est qu’il y a une belle solidarité qu’on ne retrouve pas chez les autres blogos. Dès mes débuts, j’ai toujours été ouverte à partager mes conseils, mes recherches, mes difficultés et j’ai pu apprendre des autres qui étaient déjà passés par là. J’ai pris plusieurs blogueurs sous mon aile pour les aider, mais aussi pour apprendre d’eux d’autres façons de faire. Nous sommes tous complémentaires et j’ai toujours été convaincue, dans ce domaine ou auparavant, que nous gagnons tous à nous entraider plutôt qu’à entretenir un esprit de compétition. Certes, certains obtiendront des contrats que je convoitais, mais plus tard, c’est moi qui en aurai un autre qu’ils voulaient. Je réfère régulièrement des blogueurs à des entreprises dont l’objectif ne convient pas avec mon style, surtout depuis que Rachel (Découverte Monde) et moi travaillons à mettre sur pied le tout récent Collectif voyage numériQC, le 1er au Québec pour les blogueurs voyage, qui a pour objectif de mettre les marques en lien avec les blogues en qui on a confiance, dont on aime la démarche et qui se démarquent!

Moi, mes Souliers 5

2010-2016 : quel bilan tires-tu de ces six années d’existence au sein de la blogosphère ?

Au plan personnel, je n’arrive pas à croire à quel point le temps passe vite quand on fait ce qui nous passionne. De mon premier site terriblement laid à la nouvelle interface sur laquelle je travaille, Moi, mes souliers s’est métamorphosé à quelques reprises. Le bilan est positif, j’ai de plus en plus d’opportunités rémunérées, on me fait de plus en plus confiance pour organiser des campagnes et créer du contenu pour des plateformes autres que mon blogue. Pour moi, c’est le bonheur, même si je trouve encore aussi décourageant de voir que les gens s’imaginent que ce n’est pas un boulot et qu’on ne fait que voyager en permanence, mais ça, c’est une autre entrevue, haha!

Et comment vois-tu l’avenir de Moi, mes souliers en 2016 et au-delà ?

Encore une fois, je suis positive. Je recentre de plus en plus ma niche (un mot que je haïssais tant avant) et je fais des projets de plus en plus passionnants, donc je ne pourrais demander mieux (à part quelques dollars de plus, peut-être?). Avec la venue du collectif, des partenariats avec des offices de tourisme à venir et la rédaction de mon premier guide de voyage pour un éditeur québécois, je pense que l’avenir de Moi, mes souliers sera gai!

Moi, mes Souliers 2

Dirais-tu que quelque chose a changé dans la manière d’appréhender le voyage aujourd’hui ?

Absolument! J’ai toujours dit qu’un voyageur change et se métamorphose au fil des ans. J’ai toujours aimé la gastronomie, mais je me contentais de pâtes lors de mes premiers voyages et j’économisais le moindre sou. Aujourd’hui, ce sont mes papilles qui guident mes aventures et je me paie des luxes qui restent à jamais gravés dans ma mémoire. Tous les voyageurs changent, se trouvent de nouvelles passions, se découvrent; je ne fais pas exception. Ces dernières années, je dirais que j’ai de plus en plus envie de rencontrer des gens, de discuter autour d’un bon café, d’un plat qu’une grand-maman fait mijoter, par exemple, plutôt que de visiter les grands musées et attraits d’un endroit. Je m’accorde le droit de rester assise sur un banc de parc à gribouiller dans un carnet mes impressions des heures durant si c’est ce dont j’ai envie. Je n’ai plus ce besoin de tout voir, tout vivre. Je crois que c’est le cas de beaucoup de voyageurs, d’ailleurs.

J’ai cru apercevoir un projet en Suède pour cette année : de quoi s’agit-il ?

Oui, je pars le 15 juin pour l’Islande et ensuite pour Stockholm le 7 juillet. Je n’ai jamais mis les pieds en Scandinavie, donc j’ai très hâte de mettre les pieds en Suède. En fait, TBEX, une conférence pour blogueurs voyage, me sert de prétexte pour y aller. J’espère découvrir la gastronomie du nord que je connais très peu! Après, mon été reste à déterminer. Est-ce que je reste en Scandinavie malgré le taux de change qui fait très mal aux Canadiens ces temps-ci ou est-ce que je reviens pour repartir plus tard? Qui sait!

Retrouvez Jennifer sur son blog : Moi, Mes Souliers ou sur sa page Facebook

Avatar

Voyageur touche-à-tout et autodidacte, je réalise le montage des vidéos du blog et rédige régulièrement ses actualités.

6 commentaires au sujet de “Moi, mes souliers : le blog voyage made in Québec”

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap