Vous êtes ici >>

Longyearbyen, le paradis perdu du Svalbard

Capitale du Svalbard, Longyearbyen est LA ville de l’archipel. Située sur la côte est de l’île du Spitzberg dans l’Aventfjorden, elle symbolise l’Arctique. Son nom résonnait déjà dans mes rêves d’aventures bien longtemps avant que je m’y rende. Mais n’ayant pas fait de recherches en amont de mon voyage, elle m’a bien surprise. Alors, Longyearbyen, le paradis perdu du Svalbard ? Eléments de réponse.

 

Longyearbyen et l’épopée minière

Et non Longyearbyen ne tire pas son nom de sa position géographique ni du soleil de minuit. Je pensais naïvement qu’il y avait un rapport avec « le jour le plus long ». Perdu. L’origine du nom de la ville vient de John Munro Longyear, un homme d’affaires américain, qui décide en 1904 d’investir dans l’extraction du charbon au Svalbard. Vous pensez tout savoir sur le Svalbard ? Testez vos connaissances à travers ce petit quiz.

C’est le début de l’épopée minière dans l’archipel du Svalbard. Suivent des compagnies russes, anglaises, suédoises et norvégiennes. Les russes restent encore aujourd’hui implantés dans les anciennes cités minières de Barentsburg, Grumantbyen et Pyramiden pour des raisons stratégiques et géopolitiques.

Longyearbyen

De nos jours, une seule mine reste ouverte à proximité de Longyearbyen. La grande épopée semble achevée mais les vestiges de cette époque sont partout à Longyearbyen car une loi protège les sites culturels et vestiges antérieurs à 1945. Ce n’est hélas pas toujours très esthétique. Je pense en particulier aux téléphériques qui servaient à transporter le charbon.

Le passé minier n’est pas vraiment ce qui fait rêver les voyageurs quand ils arrivent à Longyearbyen. Ce n’est pas l’Arctique de l’aventure nordique.

Ancienne mine de charbon à Longyearbyen

Longyearbyen, un air de paradis ?

Longyearbyen est une petite ville en plein essor touristique. Elle compte une rue principale parsemée de chaque côté de bars, restaurants, hôtels, magasins de sport, agences de voyage.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Avec ses maisons colorées à la norvégienne, elle abrite aujourd’hui 2 900 âmes de 43 nationalités différentes. Je me souviens que je buvais une bière quand on me l’a annoncé. J’ai même lâché un « fuck » car j’ai faillé boire ma bière de travers. Mais pourquoi autant de nationalités ? La raison est politique. Le traité du Svalbard du 9 février 1920 précise les règles qui régissent l’archipel. L’une d’entre-elles stipule que les états signataires du traité (ils sont 47 aujourd’hui) ont le droit de résider et de travailler au Svalbard. Le permis de travail et le visa ne sont pas requis pour eux. A l’inverse, ils ne bénéficient pas de la couverture sociale disponible sur le reste de la Norvège. Si vous souhaitez en savoir plus sur le traité, je vous invite à lire cet article.

Maison de Longyearbyen

Les bars sont sympas, les restos aussi et les gens sont adorables. L’été, ils sont tout le temps dehors pour emmagasiner la lumière du soleil avant de passer l’hiver dans le noir total pendant la nuit polaire de fin octobre à mi-février.

Un voyageur lambda reste généralement quelques jours à Longyearbyen. Je dois avouer que l’aventure d’y rester toute une année m’a bien tenté un moment. Sans être esthétique, la ville est agréable. J’aime la simplicité des habitants et des rapports humains. En même temps, l’hiver, la vie doit-être difficile, voire très difficile sans soleil et dans le froid.

Longyearbyen

Longyearbyen, entourée de wilderness

Rester à Longyearbyen sans quitter la ville n’est tout simplement pas envisageable quand on voit toutes les étendues sauvages qui l’entourent. Mais attention, il est obligatoire d’être muni d’un fusil pour sortir de la ville et s’enfoncer dans le cœur arctique du Spitzberg.

Les agences de voyage proposent plein d’excursions à la demi-journée et à la journée, voire sur quelques jours pour explorer les glaciers, les fjords, les pics et la toundra. En chemin, presque toujours rennes, macareux moine, et parfois morses et ours blancs s’observent de plus ou moins près. Tout l’intérêt de Longyearbyen tient à la nature qui l’entoure. Longyearbyen est aussi le point de départ pour des croisières arctiques à la découverte des glaciers et de la faune du spitzberg ainsi que des randonnées à la journée ou de plusieurs jours.

 

Svalbard

Informations pratiques

Comment y aller ?

Vol jusqu’à Longyearbyen avec correspondance à Oslo. Pas besoin de visa. Pour trouver votre billet d’avion au meilleur prix, utilisez notre comparateur de vols.

Plus d’informations

  • Visitsvalbard.com : le site de l’office de tourisme pour préparer son séjour au Spitzberg et dans le reste de l’archipel du Svalbard.
  • Svalbard.fr : une mine d’infos sur le Svalbard et en français.
Longyearbyen, le paradis perdu du Svalbard
Grégory ROHART

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

1 commentaire au sujet de « Longyearbyen, le paradis perdu du Svalbard »

Laisser un commentaire

19 Shares
Share via
Copy link