Les pozzis, toujours magiques