Vous êtes ici >>

Les Contamines : télémark, ski et raquettes

Le départ de la balade en raquettes a lieu devant la chapelle Notre-Dame-de-la-Gorge, qui porte bien son nom à l’entrée de cet étroit défilé. Si ce n’est qu’il ne faut pas s’imaginer une modeste bâtisse à l’orée des bois. Flanquée d’un grand presbytère, c’est une église baroque du XVIIIe de taille respectable. A la lumière des projecteurs, l’endroit paraît même bien imposant. Sous le toit en auvent recouvert de neige, les fresques laissent éclater leur beauté.

La chapelle Notre-Dame-de-la-Gorge, un joyau baroque du XVIIIe. Un beau chemin de croix, avec des stations en pierre, y mène. (Photo Gilles Lansard)

Comme les colporteurs dans le passé

Le petit groupe va emprunter le même chemin que les colporteurs des siècles passés, lorsqu’ils se dirigeaient vers le val d’Aoste, par-delà la vallée de la Tarentaise. Le long du Bonnant, un impétueux torrent que l’on entend gronder sans jamais l’apercevoir –même du haut du pont de pierre datant de 1732, le T’na–, le monde moderne s’estompe vite.

Au fur et à mesure de la montée, plutôt raide, le guide, Arnaud, raconte la vie du village hier et aujourd’hui. Il parle de la magnifique cascade de glace haute de plus de 40 m, là quelque part sous nos pieds, pour laquelle les amateurs viennent de fort loin. Et bien entendu de la réserve naturelle qui commence sur les hauteurs de ce chemin.

Une cascade de glace haute d’une quarantaine de mètres, éclairée la nuit. Le village possède aussi une superbe patinoire naturelle, en plein centre. (Photo ZIR)

La plus haute réserve naturelle d’Europe

Créée par la commune, elle couvre 5 500 ha, les deux tiers de sa superficie, et monte jusqu’à 3 900m ce qui en fait la plus haute d’Europe.

S’il en est un qui la connaît bien aussi, c’est Jean-Philippe, le propriétaire de l’Alpinus Lodge. Dans cette ancienne ferme d’alpage qu’il a retapée de ses mains, il sert la fondue au terme de la montée en raquettes. Personnage haut en couleur, cet ancien chef d’entreprise et chasseur a changé… son fusil d’épaule. Il s’est reconverti dans la restauration et lutte contre le braconnage en Afrique. Mais sur les attraits de la réserve naturelle, les chamois et les bouquetins qui la peuplent, il est intarissable !

La réserve est très appréciée par les amateurs de ski de randonnée qui y trouvent des paysages à couper le souffle. Elle constitue un volet de plus dans le large éventail d’activités proposé par les Contamines. Il en est même étonnant pour un village de cette taille, 1 200 habitants à l’année. Mais tout est dit lorsque l’on saura que la création de son ski-club date de 1911, son premier remonte-pente de 1937 !

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Un beau domaine skiable, avec une double exposition, face au Mont-Blanc et aux Dômes de Miage. (Photo Nicolas Joly)

Sur deux vallées

Aujourd’hui le domaine skiable comporte 120 km de pistes et s’étend sur deux vallées, celle de Montjoie et celle de Hauteluce. Plus petite, cette dernière est aussi moins pentue, jalonnée par des chalets d’alpage et se prête bien à un ski familial. Les deux se complètent à merveille, forment un domaine remarquable et bien enneigé. Il est un signe qui ne trompe pas : la moitié des skieurs sont des gens de la région…

Les pistes s’étagent jusqu’à près de 2 500 m, à l’Aiguille Croche. De ce point culminant, les skieurs peuvent basculer vers La Ruelle, dans la vallée de Hauteluce, ou descendre vers Grevettaz : à chaque fois près de 1 000 m de dénivelé. Un régal ! C’est aussi le départ d’itinéraires de hors-pistes qui font le bonheur des sportifs. Il en est de même depuis les Aiguilles de Roselette, qui lui font face de l’autre côté de la crête, et constituent un excellent terrain d’initiation à la haute montagne.

Discipline très exigeante physiquement, le télémark est vraiment « tendance » (photo : Nuts)

Le télémark est très tendance

Depuis quelque temps déjà, un vent de jeunesse souffle sur les Contamines. Les remontées mécaniques ont été modernisées quasiment de fond en comble. Le style aussi change : les offres en direction des ados s’étoffent sacrément. L’ESF a par exemple lancé des stages de freeski, avec initiation au speed-riding, un nouveau sport qui allie le ski au parapente. Un « ludopark » et une « x zone », un snowpark, ont été créés dans le secteur des Tierces.

Le télémark, une forme de ski très exigeante physiquement, est vraiment tendance dans cette station. Ce n’est pas un hasard, car les Contamines accueille une année sur deux une épreuve de la coupe du monde de cette discipline. L’année suivante, c’est le tour du ski cross. En parallèle s’y déroulent des épreuves des championnats de France de biathlon. Car elle dispose aussi d’un stade de ski nordique remarquable, comme il y en a peu dans les Alpes.

Le village des Contamines a connu la création de son ski-club en 1911, son premier remonte-pente en 1937. (Photo Gilles Lansard)

Informations pratiques

  • Plus de renseignements : office de tourisme www.lescontamines.com centrale de réservation www.reservation.lescontamines.com
  • Raquettes, ski de rando et cascade de glace www.guides-contamines.com

S’y rendre

Gare TGV à St-Gervais/Le Fayet (à 12 km) puis navettes routières.

Bonnes adresses

  • Hôtel La Chemenaz (3*) au pied des remontées
  • Restaurant l’Ô à la bouche, chez Fabrice Boidard qui a fait ses classes chez les plus grands, (menu à partir de 29 euros)
  • Le Chalet du Parc, dans le parc de ski nordique, tel. 04 57 44 32 40
  • Alpinus Lodge, au Nant Borrant, tel 06 18 70 72 59

 

Avatar

Journaliste venant de la presse régionale, maintenant je ne fais plus que ce que j'aime. C'est simple, non ?

Laisser un commentaire

Share via
Copy link