Vous êtes ici >>

Le Trou Bleu

Samedi 17 mars : Les petits poissons…

Un peu avant 9 heures et demi, nous rejoignons le club de plongée pour équiper les blocs avec notre matériel. Un grand banc a été installé au club, il est très pratique pour mettre à dos sa bouteille avant de traverser la RN1 pour embarquer à bord de l’Athéna. Nous partons au Trou Bleu (21 m / 53 min), un site de plongée au nord de la baie de St Pierre, près d’une carrière de pierre. C’est un tombant qui forme un cap vers le sud. Le site est rempli de petits poissons rouges et jaunes qui servent (presque tous) de modèles photographiques à Anne-Marie (elle prend aussi en photo un chevalier ponctué, ouf). Mais elle n’a pas vu le thazard qui passe même tout près de Christophe. Posé sur une éponge, nous découvrons un ptérois, un poisson qui n’a rien à faire dans l’océan atlantique (ou la mer des Caraïbes). Au passage, l’eau n’est qu’à 27 °C, c’est limite froid (même avec une combinaison intégrale 3 mm). Dommage qu’en fin de plongée, le nez de Christophe se bouche, sinon, nous serions restés bien plus longtemps à fouiller sous bateau.

Nous sommes de retour au club à 11 heures et demi. Nous nous dépêchons de prendre une douche avant de rejoindre un peu avant midi, la cabane des pêcheurs au Carbet pour y manger. Heureusement que nous sommes arrivés tôt car un gros groupe ne tarde pas à arriver, tous avec le même T-shirt et bruyants dès que l’apéro leur est servi. Christophe prend du balaou et on lui sert comme du poisson soldat (visiblement, aux Antilles, le nom des poissons est très variable d’une région à l’autre, même d’un côté à l’autre de l’île – il nous semblait que le balaou était un poisson tout en longueur, mais, après recherche sur internet, le poisson soldat semble être aussi nommé balaou).

Ce n’est très grave car de toute façon, c’est très bon. Anne-Marie a pris du loup, très bon aussi. Le poisson est servi avec du riz, des haricots rouges, des carottes râpées et de la salade verte. En dessert, nous prenons des petits pots de glace locale (pas faite maison mais très bonne quand même), parfum exotique et citron vert. Nous en avons pour 40 euros pour les deux plats de poisson, les deux glaces, une bouteille de Didier et sans oublier, les deux ti’punchs (qu’ils ne servent plus de manière traditionnelle), c’est très raisonnable.

Avant de quitter le Carbet, nous passons devant le restaurant la Datcha : il est pratiquement vide. Anne-Marie repère sur la carte le menu langouste à 40 euros. Nous ne savons pas quoi en penser, nous verrons une autre fois ! En reprenant la voiture, nous allons voir si la distillerie Neisson est ouverte : non ! On reviendra lundi prochain pour la visiter.

Pour l’après-midi, difficile de partir se balader car les stations essence sont toujours fermées. Comme il est impossible de prédire quelle tournure va prendre le conflit entre les gérants de station essence et les pompistes, le mieux est d’économiser l’essence pour nous permettre de descendre aux Anses d’Arlet jeudi prochain. Il ne reste plus qu’à faire la sieste puis aller se baigner devant la résidence. Ce n’est pas une activité très passionnante mais très reposante.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

> Météo de la journée 

Soleil voilé ! Il faisait beau le matin, nous avons pris quelques (petits) coups de soleil sur le bateau mais le ciel a été assez grisonnant dans l’après-midi (il faisait quand même chaud).

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap