Vous êtes ici >>

Le Colorado wilderness

Des vastes prairies aux majestueuses Montagnes Rocheuses, des rivières torrentielles aux paysages désertiques, l’État le plus élevé des Etats-Unis m’a fait rêver : ici se joue la partition de la fameuse wilderness, la nature sauvage. Présente dans ces collections de livres qu’on dévore comme les torrents dévalent… Voici mon Colorado wilderness.

 

El Colorado

L’Etat compte 53 sommets de plus de 4000 mètres (dont dix où il faudra bivouaquer avant de redescendre). On les appelle les Fourteeners (pour leur altitude de 14 000 pieds). Le plus haut pic du secteur que nous avons aperçu est l’incisif Long’s Peak. Jules Verne (dans son roman « De la Terre à la Lune ») y imaginait un réflecteur géant réfléchissant… la Lune.

Red Rocks © Steve Crecelius
Red Rocks © Steve Crecelius

De Denver à Aspen et Snowmass

Il y quatre heures de route, en passant par Fort Collins, Frisco, Loveland, Breckenridge. Altitude moyenne, 2073 mètres. Les formations rocheuses aux tons rouges des rocheuses, les Rocky. Colorado signifie d’ailleurs rouge en espagnol.

Rouge comme le Red Rocks Park à 40 minutes de Denver : le plus grand amphithéâtre du pays, 10 000 places sur rocher où les Beatles se produisirent au crépuscule du 29 août 1964, comme tant d’autres stars depuis.

Un air de western

Aux maisons de bois datant des années western des petites villes au fort cachet historique croisées. On a beau me dire que c’est monnaie courante, j’adore. Par exemple Fort Collins, dont deux maisons de la rue principale ont inspiré Walt pour la MainStreet de son Disneyland californien. Joli lac Dillon pour un tour d’une heure en standing paddle : facile et gratifiant, en mode plein la vue.

Et puis Frisco. C’est vraiment le village western typique, avec un beau musée et des maisons préservées. On dort au kitsch Frisco Lodge, sur Main Street, car l’on y petit déjeune avec de vrais morceaux d’Américains très causants (l’un d’eux me raconte son périple à moto à travers 4 Etats) avant de faire un tour en bateau sur le lac de Frisco. Il ya une jolie Marina, pendant la balade, vue sur les pics successifs, numérotés de 6 à 10, dont les flancs sont skiables en jonction, en plusieurs jours.

Et ma nuit au ranch, il faut que je vous en parle. Merveilleuse excursion équestre (accessible aux débutants, dont moi). Le cheval, bien rodé, me dépose via une passe caillouteuse en haut d’une montagnette rouge, au-dessus du Ranch Sylvan Dale. Dîner barbecue au couchant, tout ce qu’il faut ! Le cheval me redescend au ranch où la maîtresse des lieux chante à la guitare le patrimoine musical western au coin du feu après le dîner. Nuit en cabane donnant sur la rivière. Un séjour à la semaine, avec un cheval attitré, une invitation à découvrir son « Cowboy intérieur ».

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

 J’ai fait le plein de beaux paysages

De fabuleuses vallées et pics, bercé « on the road movie » par les animaux croisés, les tons automnaux jaunes roux des feuilles de trembles, arbres aux troncs dotés d’yeux. Les Indiens les attribuaient aux ancêtres vous observant. Gloups ! Les paysages sur route, via le point culminant du Ridge Trail, sont une symphonie sans fin. Logique : le Colorado est l’État comptant le plus de routes scéniques, les « America’s Byways » : 10.

Rocky Mountain National Park

Rocky Mountain National Park

Troisième parc le plus visité aux Etats-Unis, le Rocky Mountain National Park a accueilli 4,1 millions de visiteurs en 2015. Pour 18 euros par voiture, on accède aux 77 km de la Trail Ridge Road – route la plus haute des Etats-Unis, culminant à 3 713 mètres. 600 km de chemins de randonnée balisés à parcourir. Pour camper dans le parc, réservez au moins six mois à l’avance. Le parc comptabilise 25 ours, 600 wapitis, des élans, des cerfs, des coyotes et des mouflons en pagaille. Et plein de chipmunks, un cousin de l’écureuil pas farouche : il y en a un même un qui a posé pour la jolie photo sans demander un bakchich.

A Snowmass et Aspen, 3 jours plus tard

On arrive aux stations d’Aspen et Snowmass, aussi chic que Courchevel, Un décor de vitrines de catalogue mais surtout des stations prisées par les amateurs de VTT et les randonneurs, que télésièges et téléphériques déposent à plus de 3 000 mètres d’altitude. On domine les Rocheuses et l’inévitable Parc des Maroon Bells. Ma promenade sur ce site, le plus photographié du pays, m’a permis de voir des Wapitis près du chemin et du lac où se reflètent les cloches marronnes. Deux des 53 fourteeners, ces sommets de 14 000 pieds de hauteur, 4 200 mètres de plaisir.

Colorado wilderness

Barbecue d’adieu

On monte en jeep surélevée vers un lac au-dessus de ces stations de ski (où l’on a découvert un site de mammouths de 50 à 70 000 ans en 2010 lors de travaux dans le lac). Un guitariste country très inspiré, à voix de gorge profonde comme le cycle des saisons, nous chante du John Denver : compositeur de l’hymne fédéral du Colorado.

En 1987, le dernier grizzly fut tué près d’ici par un guide chasseur. Qui ne s’en est jamais vraiment remis. Pas plus que moi de ce séjour coloradien plus vrai que nature. Une scène de Butch Cassidy et le Kid fut tournée à 300 kilomètres sur la ligne de train des chercheurs d’or Silverton-Durango, comme tant d’autres films. J’irai en me faisant le mien, avec extension vers la mythique cité indienne abandonnée de Mesa Verde. Le Colorado me fait passer du rouge et au vert !

Mesa Verde

Informations pratiques

Y aller : www.icelandair.frTrouver votre vol Icelandair au meilleur prix.

Adresses

Dormir et manger

Pour en voir plus

Christophe Riedel

Journaliste tout terrain, print et web, jouant de plusieurs cordes depuis belle Lurette. Voyages, tourisme, environnement, culture, arts de vivre. Germano-portugais d’origine : animal quadrilingue à triple regard, donc...

Laisser un commentaire

17 Shares
Share via
Copy link