Vous êtes ici >>

J’ai roulé sur la francovélosuisse

J’ai roulé sur la « francovélosuisse » : nouveau trait d’union entre la France et la Suisse, c’est  un bel itinéraire cycliste qui relie maintenant Belfort à Porrentruy. Long de 40 km, quasiment en site propre sur toute la partie française, il m’a fait visiter les deux villes mais aussi les alentours. Car là-dessus s’articulent sept boucles touristiques, de part et d’autre de la frontière. Elles sillonnent le Sundgau belfortain, les contreforts du Jura ou la région de l’Ajoie.

Meyer & Kangangi, Artistes, Marko Lulic, Jerome Leuba, Prinz Gholam, Alicia Frankovich, Pablo Bronstein, Alexandra Pirici, Leva Miseviciute, Douglas Dunn, Trisha Brown, Simone Forti, Nina Beier Lin Yilin, Le mouvement Performing the city,
La petite ville de Porrentruy offre des richesses insoupçonnées :outre son château médiéval, notamment un magnifique hôtel-dieu avec une pharmacie datant de 1847.

Comment, vous n’avez jamais vu d’empreinte de dinosaure ? Bon, je fais le malin mais moi non plus jusqu’à ma visite de Porrentruy. Cette petite ville du canton du Jura, en Suisse, se trouve à l’une des extrémités de la nouvelle véloroute, la « francovélosuisse », qui la relie à Belfort. Un bourg sympathique ramassé au pied d’un imposant château médiéval, juché sur sa colline.

Rues pavées et belles demeures, fontaines et frontons de portes en pierre joliment ouvragés, vieilles enseignes multicolores se balançant devant les commerces… : je ne m’attendais pas à pareil étalage, à tant de richesse. L’explication me saute aux yeux : elle est peinte sur la grosse tour ventrue qui flanque le château. Ce sont les armoiries du plus illustre des princes-évêques de Bâle qui se sont succédé ici, Jakob Christoph Blarer von Wartensee. Durant plus de deux siècles,  jusqu’en 1792, ils ont régné depuis cette petite ville du Jura suisse sur tout le nord du pays et jusqu’en Alsace, au-delà de Colmar.

Montreux-chateau (1)
Le long du canal du Rhône-au-Rhin, qu’emprunte également l’Euro Vélo 6 qui va de Nantes à Budapest.

Des empreintes de dinosaures en plein air

Et les empreintes de dinosaure, alors ? C’est une autre histoire. Je les ai vues dans la partie récente de la localité, où elles ont été mises au jour à l’occasion de chantiers. En l’occurrence, la cité des Microtechniques. Là, en plein air, sous d’épaisses plaques de verre, je découvre des dizaines de ces quelque 200 traces joliment mises en relief. Elles ont été laissées ici par les appatosaurus –un animal atteignant les 25 m de long–, allosaurus et autres juravenators voici 152 millions d’années. Çà me fait tout drôle de seulement évoquer une telle éternité.

Sur une tablette, louée au Jurassica museum, j’en apprends tant et plus sur les dinosaures, leur présence dans la région. En fait, les paléontologues ont trouvé des empreintes par dizaines de milliers dans toute la région. Il y a même des fouilles ouvertes au public, au Banné non loin d’ici, où l’on peut creuser soi-même et emporter ses trouvailles, des invertébrés et coquillages fossilisés.

Un peu plus tard, à vélo cette fois, je passe sous les piles d’un pont de l’autoroute Transjurane –dont le chantier a permis de découvrir la plupart des empreintes– sur l’une des sept boucles qui part de la « francovélosuisse ». C’est la 647, qui n’est pas de tout repos. Evidemment intitulée « sur les traces des dinosaures », elle emmène aux grottes de Réclère et au préhisto-parc qui les jouxte. Les enfants frissonneront sans doute devant les grands moulages de bêtes disséminés dans ce Jurassic park jurassien. Pour ma part, je reprends mon souffle après les longues montées. Non sans jeter un coup d’œil vers la jolie vallée du Doubs, sur l’autre versant.

C’est le pays des dinosaures. Les empreintes sont visibles devant l’école technique horlogère mais il y en a en plusieurs endroits.
C’est le pays des dinosaures. Les empreintes sont visibles devant l’école technique horlogère mais il y en a en plusieurs endroits.

Le lendemain, direction la France. Passée la frontière, la « francovélosuisse » se trouve presque entièrement en site propre. C’est une véritable piste cyclable, particulièrement agréable. Je m’en lasse d’autant moins qu’elle n’évite pas les différents villages. L’occasion d’aller voir la très belle maison des Cariatides, datant du XVIe, dans la bourgade médiévale de Delle. D’admirer les lavoirs, eux aussi monuments historiques, de Bourogne. Et, près de Grandvillars, un petit écart ne me fait pas peur pour aller jusqu’à ce tilleul vieux de quatre siècles.

L’entrée à Belfort est facile. La « francovélosuisse » évite adroitement tous ces endroits si peu sexy pour les cyclotouristes, comme les zones commerciales que je devine tout juste. Elle se  faufile le long de la Savoureuse, la rivière qui traverse la ville. Sans avoir le temps de dire ouf, me voilà en plein centre. Plutôt intéressant, il me surprend agréablement avec d’un côté le quartier haussmannien, comme on l’appelle ici, de l’autre la partie plus ancienne, au pied de la citadelle.

40 km et 300 km de boucles

Reliant Belfort, en France, à Porrentruy, en Suisse, la « francovélosuisse » est longue de 40 km. Elle comporte encore sept boucles touristiques, dont la longueur varie entre 6 et 89 km, qui totalisent 300 km.

Lancée dans le cadre d’un projet transfrontalier, elle bénéficie d’importantes subventions européennes. Le coût est très variable d’un pays à l’autre. Il se monte à 10 millions d’euros pour les 25 km de la partie française, presque entièrement en site propre. A noter que le Conseil général du Territoire de Belfort, qui pilote l’opération, a choisi la méthode douce: les terrains ont tous été acquis à l’amiable. Côté suisse, où,  pour le moment en tout cas, la « francovélosuisse » n’emprunte que des routes, la dépense est de 200 000 euros.

Encore avant la fin de l’année 2015 débuteront les travaux d’extension de la « francovélosuisse ». Au départ de l’étang du Malsaucy –le site des célèbres Eurockéennes–, déjà relié à Belfort, elle sera en effet prolongée d’une dizaine de km vers le nord jusqu’à Giromagny. De là, les cyclotouristes pourront s’en donner à cœur joie sur les routes du Ballon d’Alsace.

Derrière son Lion, la citadelle de Belfort est bien plus grande qu’il n’y paraît. Elle n’a jamais été prise.
Derrière son Lion, la citadelle de Belfort est bien plus grande qu’il n’y paraît. Elle n’a jamais été prise.

Ils dessinent un V avec les doigts pour me saluer

Tout de grès rose, celle-ci m’étonne bien plus encore tant elle est grande. Quelques longues volées de marches conduisent sur le terre-plein, aux pieds du monumental Lion de Belfort. « Harcelé, acculé et terrible encore dans sa fureur », comme le dit son créateur Auguste  Bartholdi – à qui l’on doit aussi la statue de la Liberté à New York–, il symbolise l’héroïque résistance durant le siège des Prussiens, en 1870-1871.Cette fois encore, la citadelle, avec ses fortifications conçues par Vauban, n’est pas tombée. A l’observer de plus près, immense avec son réseau de casemates et fortins, ses souterrains, dont le plus grand abrite aujourd’hui un superbe parcours scénographique, je comprends pourquoi.

Enfin,  voilà ma dernière incursion à vélo sur l’une des boucles touristiques, la 644, en direction de l’Alsace. Elle longe le canal du Rhône-au-Rhin sur une dizaine de km et fait ainsi route commune avec l’EuroVélo 6, qui va de Nantes à Budapest. Sur les berges bien fleuries, je croise ainsi des randonneurs au long cours. Lestés de lourdes sacoches, ils n’en ont pas moins le sourire aux lèvres, dessinent un V avec les doigts pour me saluer. Qui sait, peut-être un jour je serai l’un des leurs ?

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

  • Trouvez vos guides de voyage sur Amazon, à la Fnac ou sur Cultura.
  • Pour réservez vos hôtels, locations de vacances et gîtes, il y bien entendu  Booking mais je vous invite aussi à découvrir GreenGo (hébergement responsable en France), Feelingo (hébergements durables en France, Espagne, Portugal, Italie et Grèce) et Abracadaroom (hébergement insolite en France)
  • Comparez le prix des locations de voiture sur Rentalcars ou Autoeurope. Louez votre van/fourgon camping-car sur Yescapa (30 € de réduction avec le code FALLFORFUN22 si vous réservez en octobre).
  • Comparez les vols avec Skyscanner ou Kayak
  • Comparez le prix de vos déplacements en bus, train, ferry et avion avec omio
  • Louez votre matériel photo chez Pixloc plutôt que de l’acheter
  • Réservez une activité, une visite ou un billet coupe-file avec Civitatis ou Get Your Guide et votre activité d’aventure ou sportive avec Manawa.
  • Vous recherchez une assurance et/ou une assistance ? J’utilise personnellement celle de Chapka Assurance.
  • Envoyez une demande de devis à une agence de voyage locale francophone

Ville plutôt agréable, Belfort surprend.
Ville plutôt agréable, Belfort surprend.

Informations pratiques

Se renseigner : le site de la francovélosuisse décrit les parcours, permet de préparer son séjour, donne des idées de visite, propose des séjours clés en main (pas moins de 8 formules 3 jours et 2 nuits à partir de 108 euros)…

Belfort tourisme et Jura Tourisme

A noter qu’une cinquantaine d’établissements, placés sur les différents itinéraires, ont signé une charte d’accueil. Allant de la chambre d’hôtes à l’hôtel 4*, ils s’engagent à offrir aux cyclotouristes un accueil privilégie. Celui-ci comporte notamment un abri pour les vélos, un point de nettoyage et un kit de réparation

Y aller avec Tgv Lyria de Paris à Belfort-Montbéliard TGV.

Bonnes adresses

A Porrentruy

  • Hôtel Le Lion d’Or (2*) rue des Malvoisins, tel.  (41) 032 467 13 77
  • Brasserie Les Deux Clefs, rue des Malvoisins, tél. (41) 032 466 18 31

A Delle

A Belfort

  • Grand hôtel du Tonneau d’Or (4*)
  • Restaurant Aux 2 Coqs tel. 03 84 22 33 05
  • Restaurant végétarien Le Pochon Magique (ouvert le midi) tel. 03 84 28 28 06. Très sympa.

A Montreux-Château

  • Restaurant La Péniche, sur l’Eurovélo 6 et les boucles 643, 644 de la francovélosuisse. Sur une péniche, comme son nom l’indique : notre coup de cœur pour son cadre, son service et son épatant rapport qualité-prix ! Tel. 03 84 58 91 28.

Journaliste venant de la presse régionale, maintenant je ne fais plus que ce que j'aime. C'est simple, non ?

1 commentaire au sujet de « J’ai roulé sur la francovélosuisse »

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap