Vous êtes ici >>

Immersion dans le massif de la Tadrart

Sans prendre le temps de partir à la découverte de Djanet, nos touaregs nous emmènent jusqu’aux portes du parc national de la Tadrart. Nous y arrivons pour le coucher du soleil ; la France et son quotidien ne sont déjà plus qu’un souvenir. Le premier feu de camp, la première nuit sous les étoiles, les premières chants sous la voûte céleste, à s’efforcer de reconnaître les constellations, notamment celle d’Orion qui sera notre point de repère, y compris lorsque la pleine lune éteindra les autres de sa clarté.
Deux accès permettent de pénétrer à l’intérieur du massif et, c’est avec l’aide de dromadaires pour le portage que nous nous enfonçons dans un des deux canyons. Un décor théâtral de roches de grès érodés par le vent s’offre à nous. Toute notion de temps s’efface au fur et à mesure de la progression de nos pas dans la gorge. Nos amis touaregs sont là pour nous le rappeler. Ils vivent au rythme du soleil et des saisons. Ici et maintenant. Demain, Inch allah (à la grâce de Dieu).

Deux jours nous seront nécessaires pour accéder sur le plateau. Je laisse mes pensées vagabonder, le regard attiré par les sculptures dentelées au sommet des montagnes. Ces très belles architectures modelées par l’érosion sont les vestiges conjugués d’une histoire ancienne de glaciations, de mouvements tectoniques, d’eau et de vent. Mon esprit s’efforce de reconnaître des formes : ici un oiseau, là des sages ou encore un hérisson. Parfois des excavations, afin d’admirer des peintures ou des gravures qui nous projettent quelques millénaires en arrière. Ces peintures témoignent d’un temps où les populations étaient nombreuses, les terres aujourd’hui infertiles, peuplées d ‘éléphants, de girafes, que les hommes chassaient et, le paysage bordé de lacs et de rivières. Les plus beaux spécimens ont été recensés sur les plateaux du Tassili n’Ajjers non loin d’ici. Mais cela ne nous empêche pas de partir à la découverte de ces animaux et autres représentations humaines que la sécheresse du climat a admirablement conservé. La rareté des points d’eau incite d’ailleurs les gens du désert à économiser l’eau. Nous en prenons conscience en nous rendant dans une guelta, peu remplie, dans laquelle pas une seule goutte de pluie n’est tombée depuis bien longtemps.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :


Randonnée chamelière organisée par Allibert Montagnes et Déserts, spécialiste du trekking et des voyages d’aventure dans le monde

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap