Vous êtes ici >>

Epave du Biscaye

Jeudi 22 mars : Epaves !

La première plongée se déroule sur l’épave de la Gabrielle. Non ?! Parce qu’il s’agit maintenant de l’épave du Biscaye. Personne n’est venu changer l’épave mais des archéologues sont venus faire des prélèvements de bois et après analyse il s’est trouvé que le bois a été coupé après la date de mise à l’eau de la Gabrielle. Donc, il ne pouvait pas s’agir de la Gabrielle mais ça correspondait mieux au Biscaye, présent lui aussi dans la baie de St Pierre lors de l’éruption de la montagne Pelée en 1902. J’ai lu sur internet qu’il aurait aussi été identifié par sa cargaison de tonneaux de morue salée et par sa taille (le Biscaye était plus long que la Gabrielle). De toute façon, puisque c’est comme ça, nous plongerons donc sur le Biscaye (37 m / 42 min).

Avant de nous mettre à l’eau, Lionel nous indique les paliers COMEX à faire. Le mouillage nous amène sur une dalle de béton où ont trouvé refuge deux ptérois. Lionel oblique ensuite vers l’ouest au dessus du sable et nous arrivons sur l’épave, du moins, ce qu’il en reste car le bois n’a pas spécialement bien résisté depuis toutes ces années. Après un tour de l’épave qui abrite pas mal de vie, nous continuons un peu au nord pour arriver sur l’ancre du Biscaye, très belle et toute concrétionnée, magnifique !

Sur le sable au pied de l’ancre, il y a un tout petit chevalier ponctué, juvénile, au panache surdimensionné par rapport à son corps. Nous remontons ensuite le long d’un tombant pour revenir au mouillage. Il n’y a plus qu’à remonter et attendre la fin des paliers. Un banc de fusiliers passe devant nous, ce qui permet de faire passer le temps (on peut aussi faire des bulles d’air, toriques).

Seconde plongée sur l’épave de l’Amélie (8 m / 50 min) : une plongeuse “open water” canadienne qui nous avait attendu sur le bateau pendant la plongée sur le Biscaye, n’avait jamais fait d’épave, c’était donc l’occasion. En fait, c’est une superbe plongée, très poissonneuse : poissons soldats et gorettes à gogo, mais aussi un (gros) poisson ange français, des poissons coffres à cornes, un banc de seiches et une tortue qui avait déjà pointé le bout de son nez alors que Lionel s’amarrait au mouillage.

Nous rentrons au club passé 13 heures et en voulant payer les 16 plongées, nous nous rendons compte que Françoise n’a pas le lecteur de carte bancaire. Comme nous avons laissé le carnet de chèques à Toulouse, Anne-Marie prend la voiture pour aller chercher de l’argent au distributeur à St Pierre, ce nous fait perdre un peu de temps. Pour (re-) gagner du temps, nous payons à Françoise la taxe de séjour pour la semaine passée au Madi Créole et nous convenons d’un endroit où laisser la clef de l’appartement avant de partir.

Après avoir avalé rapidement nos ailes de poulet boucané achetées la veille sur le marché, nous refaisons vite les sacs. Anne-Marie fait le ménage pendant que Christophe descend les sacs à la voiture. Il y en a partout dans la voiture : dans le coffre, le matériel de plongée mouillée et sur le siège arrière, deux couches de sacs en peu en vrac. A 15 h 15 précises, nous voilà parti : au revoir St Pierre et nous l’espérons, à bientôt (nous avons joué au loto dans la semaine et nous n’avons pas gagné, nous ne pouvons donc pas rester, dommage).

A Bellefontaine, nous refaisons le plein (il nous restait la moitié du réservoir) à la station essence qui est ouverte et où il n’y a pas la queue. Nous n’en avons que pour 20 euros d’essence, ça ne valait pas la peine de faire la queue les jours précédents. Disons, qu’avec un peu plus d’essence, on aurait pu partir visiter l’après-midi au lieu de rester à proximité de l’appartement. Mais, au moins, nous nous sommes reposés et nous avons profité de la plage (ce qui est habituellement rarement le cas quand nous plongeons).

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

La grève des pompistes n’est pourtant pas terminée : toutes les stations essence le long de la voie rapide autour de Fort-de-France sont fermées. La première station ouverte que nous croisons après Fort-de-France est la Texaco des Trois Îlets. Il faudra encore faire attention pour avoir de l’essence pour retourner à l’aéroport.

A 15 h 30, quand nous arrivons aux Anses d’Arlet, nous montons directement à la résidence et nous appelons la propriétaire pour la prévenir de notre arrivée. Nous aurions dû le faire la veille car d’après les informations qu’elle a reçu de la part de Nouvelles Antilles, nous ne devions arriver qu’à 17 heures. Heureusement, l’appartement est presque prêt et nous discutons avec la propriétaire pendant que la femme de ménage finit de le remettre en ordre. Nous avons, encore, exactement le même appartement qu’en 2006. La propriétaire que nous n’avions pourtant pas vu trop longtemps en 2006, nous reconnait. Comme nous n’avons pas de chèque pour la caution, nous avons prévu du liquide mais elle n’en veut même pas et elle nous rassure pour le départ, si l’appartement n’est pas loué, nous pourrons le conserver jusqu’à notre départ pour l’aéroport.

Après avoir vidé la voiture, nous partons faire quelques photos de l’église. Le soleil est au rendez-vous, il faut en profiter. Nous découvrons que l’église a été restaurée depuis 2006. Nous voyons bien que quelque chose a changé, c’est certain, mais quoi ? Pour faire les photos, nous attendons au bout de la jetée qu’il n’y ait plus de gros 4×4 devant l’église, qu’il n’y ait plus de gens en maillot de bain sur la jetée et que le nuage passe… C’est bien difficile les vacances, il faut être patient .

Avant de partir faire des photos, nous avions appelé au téléphone un couple d’amis, des anciens membres de notre club de plongée en métropole. Ils sont maintenant retraités et sont venus vivre en Martinique aux Trois Îlets. Ils nous invitent gentiment à prendre l’apéro amélioré le soir (avec un ti’punch au rhum paillé, pas mauvais du tout). Ils ont un emploi du temps surchargé, entre séances de PMT et randonnées, ils ne s’ennuient pas une minute.

> Météo de la journée

Très beau soleil, quelques gros nuages dans le ciel, c’est tout !

1 commentaire au sujet de “Epave du Biscaye”

  1. Bonjour,

    de très belles photos sous-marines et de l\\\’épave ! Il serait bien que l\\\’on puisse voir les images en grand format lorsqu\\\’on clique dessus.
    Bonne continuation

    Répondre

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap