Vous êtes ici >>

Ecailles et plumes

Jeudi 11 novembre : Ecailles et plumes !

A 10 heures du matin, à l’ouverture de l’aquarium des lagons, nous sommes à la caisse, prêt pour la visite. Il y a pas mal de personnes, en particulier un groupe du bus n° 7, certainement des Australiens tout droit débarqués d’un paquebot. Leur cheftaine a beaucoup de voix pour les mettre au pas : "A onze-zéro-zéro, retour au bus ! Oui, sergent-major !" Nous faisons un rapide tour de reconnaissance des bassins de l’aquarium. Il est assez petit, mais d’un grand intérêt.

Le plus grand bassin accueille des requins gris, un requin léopard, un requin nourrice (que nous n’avons pas vu au premier passage), une murène de java (qui n’est sortie de son trou que pour l’heure du repas), des barracudas, des carangues, une tortue, des balistes clowns et tout un tas de petits poissons. Le second bassin accueille des requins pointe noire, un gros ptérois, un napoléon juvénile, etc… Sans oublier tous les autres aquariums plus ou moins grands, qui ne sont pas sans intérêt, comme celui des poissons d’eau douce au début de la visite ou le tube des nautiles, plongé dans le noir. Après avoir laissé passer le gros des troupes, nous faisons un second tour au calme, en prenant le temps de nous asseoir devant les vitres des grands bassins pour contempler les poissons.

A 13 heures, nous retournons une nouvelle fois au début de la visite, pour un troisième tour au gré du nourrissage des poissons. Avant même que l’employé ait mis la nourriture dans les bassins, les poissons sont déjà tout excités. C’est incroyable comment les langoustes sont sorties de leur trou quelques minutes avant que l’employé ouvre leur aquarium. Le poisson crocodile gobe d’un seul coup le poisson qu’on lui présente. Dans le grand bassin, la tortue fait tout son possible pour récupérer un poulpe. Mais elle n’est pas assez prudente et le requin nourrice lui vole la nourriture de la gueule.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

A 2 heures moins le quart, nous quittons enfin l’aquarium. Nous mettons le cap sur le jardin zoologique. Nous savons où il est, c’est car nous sommes déjà passés devant en essayant de trouver le centre culturel Tjibaou. Cette fois, c’est au repas des cagous que nous assistons depuis une passerelle passant au dessus de leur cage. Les cagous sont de gros oiseaux gris, incapable de voler, endémique de la Nouvelle-Calédonie. Nous entrons ensuite dans la grande volière où il est possible de voir une roussette (chauves-souris). Sauf que celle-ci se cache dans le feuillage (nous l’avons vu un peu, pas très distinctement tout de même). Le parc zoologique est très grand avec peu de panneaux et nous nous perdons un peu. Disons que nous repassons plusieurs fois au même endroit sans que cela ait été voulu. Après la visite, nous partons vers la baie de Magenta, derrière l’aérodrome. Comme c’est marée-basse, nous pouvons avancer sur le sable jusqu’au milieu de la baie, très près du centre cultural Tjibaou qui est alors éclairé par une très belle lumière. C’est un peu bête quand on y réfléchit, c’est le premier coucher de soleil auquel nous assistons depuis 20 jours, sans nuages, sans chape de plomb pour nous masquer le soleil. En rentrant à l’hôtel, un groupe de danseuses polynésiennes font une démonstration dans le hall. Elles accompagnaient une équipe de basket-ball venue participer au tournoi du Pacifique.

Le soir, nous repassons au "Malecon café", la liste des cocktails est bien longue, avant de manger un poulet au citron à l’appartement. Nous essayons de veiller un peu car demain, nous embarquerons à La Tontouta à presque minuit.

Météo de la journée :
Beau soleil avec beaucoup de vent.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap