Vous êtes ici >>

Balade hivernale, ski et patrimoine en Val d’Aoste

Du grand ski sur l’un des plus beaux domaines d’Europe, celui de Zermatt – Breuil-Cervinia, des paysages somptueux dans le massif du Mont-Blanc ou dans le parc naturel du Grand Paradis, mais aussi des découvertes culturelles et gastronomiques : situé dans les Alpes italiennes, le Val d’Aoste n’a cessé de m’étonner. D’autant plus qu’on y parle français !

Majestueux, le mont Blanc se découpe dans le ciel d’un bleu étincelant. Jamais encore je ne l’avais vu sous cet angle, pas même en photo. Et surtout, jamais d’aussi près ! La Vallée Blanche s’ouvre juste en dessous. De l’autre côté se profilent la Dent du Géant –un 4 000–  puis les Grandes Jorasses, tandis que, loin au fond, se dresse le Cervin.

Val d'Aoste, © Enrico Romanzi
© Enrico Romanzi

Difficile de m’arracher à ce panorama. Je le contemple depuis la pointe Helbronner, à 3 466 m,  sur le versant italien du mont Blanc, dans le Val d’Aoste. L’ascension jusqu’ici est impressionnante aussi. Oh, rien de très difficile puisque je suis monté en 18 minutes seulement. Mais le Skyway, un téléphérique ultramoderne mis en service au printemps 2015, est ahurissant ! Vitrée de haut en bas, la cabine est ronde, tourne sur elle-même. Tout au long du trajet, j’admire ainsi tantôt les cimes enneigées, tantôt les vallées convergeant vers Courmayeur.

Ce chef d’œuvre technologique mais aussi esthétique est installé à quelques encablures seulement de la très chic capitale italienne de l’alpinisme. J’ai aimé y flâner, surtout dans la via Roma, la longue rue piétonne qui traverse de part en part la vieille ville. Un peu de lèche-vitrine puis, pour me consoler de ne rien pouvoir acheter, un expresso dans l’élégant Café de la Poste complètent la visite de l’église baroque.

Skyway Val d'Aoste © Enrico Romanzi
© Enrico Romanzi

L’un des plus beaux domaines de ski en Europe

En ce début d’hiver, c’est la neige qui me travaille : direction les pistes de Breuil-Cervinia. Elles sont reliées à celles de Zermatt, en Suisse. Et constituent ainsi, à mes yeux,  l’un des plus beaux domaines de ski d’Europe ! Avec ses 360 km, ce n’est certes pas le plus grand. Mais les pistes partent de très haut –à près de 3 900 m sur le Petit Cervin–, sont variées et, surtout, offrent un décor extraordinaire.

A commencer par le Cervin, une montagne mythique. Sa silhouette tellement caractéristique m’est familière car j’ai skié plusieurs fois à Zermatt ces dernières années. Du côté italien, où je viens pour la  première fois, j’aime tout autant la contempler.

Orientées plein sud, les pistes de Breuil-Cervinia sont particulièrement agréables le matin. Ce ne sont pas les skieurs suisses qui viendront me contredire, eux qui viennent nombreux profiter des premiers rayons de soleil. Et rares sont ceux qui rentrent sans prendre leur repas dans l’un des sympathiques restaurants d’altitude. Il faut dire que pour le prix d’un sandwich de l’autre côté de la frontière, toute symbolique d’ailleurs, je m’offre un vrai repas ici. Savoureux, qui plus est !

Val d'Aoste © Laurent Vicquery
© Laurent Vicque

Je n’ai pas fait le tour de la cuisine valdôtaine

La cuisine valdôtaine m’a en effet comblé. En quelques jours, je n’ai pas eu le temps d’en faire le tour. Jambon de Bosses ou lard d’Arnad, boudins à la betterave, carbonade –du bœuf mijoté avec de l’ail et du lard – et crêpes au jambon et fromage, dont cette fameuse fontine… la liste de mes découvertes gastronomiques est longue. Jusqu’au dessert, avec une mention particulière pour la crème de Cogne (crème et blancs d’œuf battus avec du chocolat) dont je garde un souvenir ému.

Heureusement que j’ai aussi eu de l’exercice au programme, autour de Cogne justement. C’est un superbe village traditionnel, serré autour de son église du XIIe s, sur le flanc du Val d’Aoste tourné vers le Piémont. Il est situé en lisière du parc national du Grand Paradis, créé en 1922. Ancienne réserve de chasse de la Maison de Savoie, il couvre aujourd’hui plusieurs vallées. Bouquetins et chamois y sont légion. Avec un peu de chance, on y observe le vautour gypaète –qui est revenu, tout comme le loup, exterminé lui aussi au début du siècle dernier– ainsi que l’aigle royal.

jambon de bosses, © Enrico Romanzi
© Enrico Romanzi

Un surprenant musée archéologique à Saint-André-de-Corléans

Une salle immense –quelque 1 500 m²– et très haute, éclairée par des centaines de projecteurs dont l’intensité varie pour reproduire, en accéléré, les cycles journaliers. Sous cet éclairage parfois cru, parfois fantomatique, le visiteur découvre des stèles, des dolmens datant du 3e ou 4e millénaire avant J.-C, plantés dans la terre. Exactement tels qu’ils ont été trouvés, de manière fortuite, à partir de 1969.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

  • Trouvez vos guides de voyage sur Amazon, à la Fnac ou sur Nostromo
  • Pour réservez vos hôtels, locations de vacances et gîtes, il y bien entendu  Booking mais je vous invite aussi à découvrir GreenGo (hébergement responsable en France) et Abracadaroom (hébergement insolite en France)
  • Comparez le prix des locations de voiture sur Rentalcars ou Autoeurope
  • Comparez les vols avec Skyscanner ou Kayak
  • Comparez le prix de vos déplacements en bus, train, ferry et avion avec omio
  • Louez votre matériel photo chez Pixloc plutôt que de l’acheter
  • Réservez une activité, une visite ou un billet coupe-file avec Civitatis ou Get Your Guide et votre activité d’aventure ou sportive avec Manawa.
  • Vous recherchez une assurance et/ou une assistance ? J’utilise personnellement celle de Chapka Assurance.
  • Envoyez une demande de devis à une agence de voyage locale francophone

Situé non loin de la superbe petite ville d’Aoste, le musée archéologique de Saint-Martin-de-Corléans  a ouvert ses portes voici peu, en juin 2016. Il a la particularité d’avoir été construit par-dessus la zone de fouilles. Et celles-ci se poursuivent encore, à la fois dans le musée et à l’extérieur, sur une vaste zone.

Car le site n’a pas encore livré tous ses secrets. Ainsi, lors de la construction du musée –le plus grand en Europe dans ce domaine, et sans doute aussi le plus surprenant – de nouveaux vestiges ont été mis au jour ! Dans un proche avenir, les archéologues travailleront sans doute sous les yeux du public.

En attendant, ceux-ci ont déjà fait des trouvailles passionnantes, voire révolutionnaires. Il en est ainsi pour ces traces de labour avec un animal. Elles sont en effet datées de la fin du cinquième millénaire avant J-C., soit plusieurs siècles avant l’époque communément admise pour cette technique.

musée archéologique de Saint-André-de-Corléans, © Enrico Romanzi
© Enrico Romanzi

Sentiers et cascades de glace en Val d’Aoste

Au plus froid de l’hiver, la région de Cogne est très appréciée par les amateurs de cascades de glace : il y en a près de deux cents. Pour ses pistes de ski de fond, aussi. Pour ma part, je me suis contenté des sentiers de randonnées –il y en a plus de 300 km–, aussi bien balisés qu’entretenus. Très modestement, puisque je ne suis allé que jusqu’à Lillaz, le village voisin, mais c’est une bien belle balade.

Et pour se remettre de toutes ces émotions mais aussi des courbatures, une dernière escale aux thermes de Pré-Saint-Didier, tout près de Courmayeur. Un endroit plaisant. Dans des bâtiments historiques et une ambiance très cosy, j’y ai trouvé toutes sortes de soins et d’installations depuis le sauna au foin –doté de baies vitrées– jusqu’à la salle de sel. Ce que j’ai préféré ? Les bains bouillonnants, avec de l’eau à 36° été comme hiver, dans l’un des bassins extérieurs. Pour leur superbe vue sur le mont Blanc.

Thermes Saint-Didier

Informations pratiques

Office de tourisme

Le Val d’Aoste dispose d’un office à Paris ouvert du mardi au samedi de 10h à 17h30. Tél. +33 (0)1.44.50.13.50. info[at]maisonvda.com

Bonnes adresses

  • Hôtel Sertorelli (4*)  à Breuil-Cervinia.
  • Chalet Etoile un restaurant d’altitude sur les pistes de Breuil-Cervinia, à Plan-Maison. Très couru et à juste titre.
  • Hôtel Miramonti (4*)  à Cogne. Egalement une excellente table.
  • Restaurant La Maison du Goût, Tel. (+39) 0165 1845271, un endroit simple où l’on sert une délicieuse cuisine traditionnelle.
  • Hôtel Scoiattolo (4*)   à Courmayeur. Là aussi une excellente table ainsi qu’un bar à vin très bien fourni.

Activités

Avatar

Journaliste venant de la presse régionale, maintenant je ne fais plus que ce que j'aime. C'est simple, non ?

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap