Vous êtes ici >>

Aventure dans le parc national El Impenetrable

 

El Impenetrable, c’est le nom du tout nouveau parc national qui a ouvert ses portes durant l’été 2017 dans la région du Chaco dans le nord de l’Argentine. J’ai eu la chance d’être l’un des premiers à découvrir cet écosystème dans le cadre de l’Adventure Travel World Summit qui a eu lieu à Salta.

A chaque fois que j’ai croisé un argentin et que nous avons discuté de la région du Chaco il m’a posé la même question : « Mais qu’as-tu fait dans le Chaco ? » C’est que la région n’a pas du tout développé le tourisme contrairement à la Patagonie par exemple. Alors, il est vrai que pour un argentin c’est étrange de constater qu’un étranger y est allé. Voici donc le récit de mes 7 jours d’aventure dans le Chaco. Mais avant, je me dois de vous dire quelques mots sur le parc national El Empenetrable.

Parc national el Impenetrable

El Impenetrable, le nouveau parc national du Chaco

Les 128 000 hectares du parc national El Impenetrable ont été classés sur les anciennes terres du ranch de la Fidelidad. Chaco est un mot quechua qui signifie « terrain de chasse ». Le parc national a été créé en vue de protéger la forêt ainsi que la grande variété faunistique qu’il s’agisse de mammifères (tapir, jaguar, pécari, fourmilier, tatou géant…) ou d’oiseaux (pic noir, amazone à front-bleu, chouette du Chaco, aigle couronné…). De chasse, il n’y aura plus !

Sans compter que les fleuves Bermejo et Bermejito qui forment les frontières naturelles du parc national sont d’un intérêt majeur pour l’équilibre des forêts du Chaco mais aussi pour d’autres écosysèmes comme les forêts des Yungas ou de Jujuy.

Le projet de création du parc national El Impenetrable s’inscrit dans un projet plus vaste : El Master Plan El Impenetrable. Il cherche à construire un modèle de développement touristique durable au sein du parc national mais aussi en périphérie en associant les populations locales au projet et notamment les communautés autochtones par la mise en valeur de leur culture et de leurs savoirs.

Parc national el Impenetrable

Rencontre avec les communautés Qom et wichí

Après avoir atterri à Resistancia puis pris la route pour la ville de Juan Jose de Castelli, j’ai rejoint le village de Fortin Lavalle en périphérie du parc national El Impenetrable. Il est habité par des autochtones Qom. Avec plusieurs femmes regroupées dans l’association Qomlashepi Onataxanaxaipi, je suis parti cueillir des feuilles de palme qu’elles utilisent dans la création d’objets artisanaux. En chemin, elles ont partagé tout un tas de connaissances médicinales sur les arbres et les plantes.

Après avoir dormi sur la rive du rio Bermejito au camping de Villa Bermejito, j’ai rendu visite aux femmes wichís de l’association Chitsaj dans le village de Misión Nueva Pompeya. Elles travaillent trois types de palmier (chawa en wichí) pour confectionner elles aussi de l’artisanat local. Après avoir découpé des lignes dans les feuilles de palmier, elles les font sécher environ une semaine pour avoir une fibre sèche prête à être travaillée et colorée via des teintures 100% naturelle issues des plantes et des insectes.

De bien belles rencontres très enrichissantes qui participent en plus au développement de l’écotourisme dans les villages. Et puis l’artisanat est de grande qualité, pourquoi se priver d’en acheter ? C’est Matriarca qui revend les objets créés un peu partout dans le monde, allez jeter un œil à leur site internet.

Le rio Bermejito en kayak

Cap vers Paraje Nueva Población, un minuscule village en bordure du parc national el Impenetrable et du rio Bermejito. L’association de villageois Orfacam y gère un terrain de camping, un site d’apiculture et des sorties en kayak sur la rivière. La réserve de Nueva Población est la seule où se mêlent wichís et créoles.

Le campement est installé à quelques mètres du rio Bermejito dans un cadre calme et inspirant. J’adore. Après un déjeuner succulent préparé par Alina, cuisinière à la Finca Don Miguel à Juan Jose de Castelli, je pars avec mes acolytes en kayak sur le rio Bermejito. Quel plaisir de se laisser porter par le faible courant et d’observer les oiseaux sur la rive !

Impénétrable vous avez dit impénétrable

Il faut de la patience pour percer les secrets du parc national El Impenetrable. C’est que comme son nom l’indique il est impénétrable. Un bon 4×4, un bon chauffeur aussi. Car même en dehors de la saison des pluies, les pistes peuvent être piégeuses. D’ailleurs, nous n’avons pas tardé à en faire l’expérience sur la piste principale qui relie Paraje la Armonia au fleuve Bermejo. Le 4×4 s’est planté dans deux rails de boue. On a beau eu essayé d’enlever le 4×4 de ce bourbier, rien à faire. Après 45 minutes à s’acharner et les vêtements plein de boue, il a fallu nous rendre à l’évidence et attendre de l’aide extérieure.

Mais c’est que des trois autres 4×4 du convoi, deux étaient aussi immobilisés dans un champ de boue. Finalement avec le dernier véhicule et une corde, on a pu sortir sans peine les trois 4×4 embourbés.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

  • Trouvez vos guides de voyage sur Amazon, à la Fnac ou sur Nostromo
  • Pour réservez vos hôtels, locations de vacances et gîtes, il y bien entendu  Booking mais je vous invite aussi à découvrir GreenGo (hébergement responsable en France) et Abracadaroom (hébergement insolite en France)
  • Comparez le prix des locations de voiture sur Rentalcars ou Autoeurope
  • Comparez les vols avec Skyscanner ou Kayak
  • Comparez le prix de vos déplacements en bus, train, ferry et avion avec omio
  • Louez votre matériel photo chez Pixloc plutôt que de l’acheter
  • Réservez une activité, une visite ou un billet coupe-file avec Civitatis ou Get Your Guide et votre activité d’aventure ou sportive avec Manawa.
  • Vous recherchez une assurance et/ou une assistance ? J’utilise personnellement celle de Chapka Assurance.
  • Envoyez une demande de devis à une agence de voyage locale francophone

N’oubliez pas non plus le thermos de maté pour vivre l’expérience du parc national El Impenetrable comme le vivent les argentins.

Deux jours en canoë sur le rio Bermejo

Arrivé sur la rive du rio Bermejo, j’embarque avec mes camarades dans des lanchas à moteur. Nous partons avec l’équipe du parc national avec tout le barda pour bivouaquer. Le Bermejo qui signifie « rivière rouge » est bien plus large que le rio Bermejito (« le petit Bermejo »).

Le niveau de la rivière n’est pas très haut (la saison des pluies commence à peine) et la navigation est piégeuse. Toutes les embarcations resteront bloquées à un moment ou à un autre. Il a fallu alors descendre et pousser pour s’en sortir.

Sur les berges, de nombreux oiseaux nous regardent passer : héron cocoi, jabiru, aigle noir…

Nous avons bivouaqué sur une plage et avons fait un feu. Tout le monde s’est naturellement retrouvé autour pour discuter du parc national, manger une bonne grillade, boire du vin et refaire le monde. Et chacun y est allé de sa petite histoire…

El Impenetrable est un parc national qui se mérite. Les voyageurs aimant l’aventure seront comblés ainsi que les ornithologues amateurs mais cela je vous en parle prochainement sur mon autre blog My Wildlife.

Informations pratiques

Comment s’y rendre ?

Vol international jusque Buenos Aires puis vol interne jusque Resistencia. Attention, le vol interne part de l’aéroport Jorge Newbery et non pas de l’aéroport international d’Ezeiza. Selon le trafic, il faut compter au moins 2h00 de transfert en bus, un peu moins en taxi.

Si vous transitez comme moi par les Etats-Unis pour vous rendre en Argentine, pensez à faire votre demande d’Esta pour pouvoir entrer sur le sol américain.

 

Recherchez votre billet d'avion

Avec qui partir ?

L’agence Vagabundos Viajes basée à Resistencia pourra vous organiser votre voyage vers le parc national El Impenetrable.

Parc national El Impenetrable

Pour le moment, il n’y a pas d’hébergements au sein du parc national El Impenetrable. Il faut dormir en périphérie. Mais un projet prévoit la construction de 6 écolodges de 16 personnes (4 dortoirs de 4 personnes) comprenant aussi des services de restauration, une boutique d’artisanat local et la réservation d’activités. Ces lodges seront autosuffisants en énergie grâce à des panneaux solaires, la collecte de l’eau de pluie. Sur les mêmes sites, il y aura des emplacements pour camper. Ouverture des lodges prévus fin 2018 début 2019.

Plus d’informations sur www.impenetrableparquenacional.org

Grégory ROHART

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap