Vous êtes ici >>

Abou Simbel sauvé des eaux

Abou Simbel a été pratiquement méconnu jusqu’au XIXe siècle. Johann Ludwig Burckhardt, historien suisse venu visiter le temple d’Hathor en 1813, découvrit le temple de Ramses II par hasard alors qu’une seule des têtes sortait du sable. Quatre ans plus tard, l’italien Giovanni Battista Belzoni déblaya l’édifice de façon à en permettre l’accès. Onze siècles s’étaient écoulés avant qu’un européen ne pénètre le site. Depuis, de nombreux visiteurs accourent pour admirer le chef d’?uvre que constitue Abou Simbel. On s’y rend généralement à l’occasion d’un extension lors d’une croisière sur le Nil.

Sauvetage d’Abou Simbel

Si Abou Simbel est aujourd’hui considéré comme le plus beau et le plus insolite temple d’Egypte, c’est aussi en raison de son sauvetage gigantesque.

La construction du haut barrage d’Assouan achevée en 1971 aurait radicalement modifier l’environnement et aurait entraîné l’évacuation de nombreux villages nubiens ainsi que l’engloutissement par le lac Nasser de 14 sites pharaoniques. La future disparition de ces vestiges interpella la communauté internationale au point que l’UNESCO en lien avec l’Egypte et le Soudan entreprit une campagne visant à récolter des fond pour le sauvetage des édifices pharaoniques.

En juin 1963, le gouvernement égyptien approuva le plan de sauvetage d’Abou Simbel proposé par les suédois prévoyant l’excavation de toute la masse rocheuse, le démantèlement et le découpage des temples en 1036 blocs ainsi que leur reconstruction dans un lieu plus élevé que l’emplacement d’origine. 33 tonnes de résine ont été utilisées pour renforcer la nouvelle structure.

Les travaux commencèrent en avril 1964 pour s’achever le 22 septembre 1968, juste à temps car les eaux envahissaient déjà l’ancien emplacement d’Abou Simbel.

Aujourd’hui, les visiteurs peuvent découvrir les temples rebâtis à l’identique.

Le site est composé de deux temples : le temple de Ramses II et le temple d’Hathor.

Temple de Ramses II

En théorie dédié à la triade Amon-Rê, Harmachis et Ptah, Abou Simbel a en réalité été érigé à la gloire de son bâtisseur : Ramses II.

La façade, large de 38 mètres et haute de 31 mètres, représente quatre statues colossales de Ramses II.
Le pharaon est représenté assis avec les mains posées sur les cuisses et la tête coiffée du Némès dont les pans retombent de chaque côté du visage, surmonté par la double couronne de la Haute et de la Basse Egypte.

Chaque statue porte un nom inscrit sur son épaule qui évoque un aspect de la royauté : le soleil des souverains, le souverain des deux pays, l’aimée d’Amon, l’aimée d’Aton. Entre leurs pieds, on observe de petits statues représentant les membres de la famille royale dont la fille de Ramses II (également son épouse), Ben-Anat, sa mère Touya, sa grande épouse royale Néfertari, son fils Amonherkhepshef et son autre fille Mérytamon (elle aussi son épouse).
La seconde statue en partant de la gauche est brisée et des morceaux du tronc et de la tête gisent à terre.

Remarquez la frise surmontant la corniche qui représente 22 babouins assis annonçant le lever du jour. Des prisonniers noirs et asiatiques sont également sculptés sur les socles et les bas-côtés des trônes.

Au centre de la façade, entre les statues de Ramses II, se dresse une représentation de Rê-Harakhti unifiant les différentes formes du soleil : Khépri (soleil levant), Rê (soleil du midi) et Atoum (coucher de soleil).

En pénétrant dans le temple, on entre dans le pronaos, salle rectangulaire dont le plafond est soutenu par huit piliers osiriaques (représentant Osiris sous les traits de Ramses II) de dix mètres de hauteur. Les colosses de gauche portent la couronne de la Haute-Egypte et ceux de droit le Pschent de la Basse-Egypte. Tous ont les bras croisés et tiennent le sceptre et le flagellum. Le plafond est orné de vautours, symbole de Nekhbet, protectrice de la Haute Egypte. La décoration des murs immortalise les conquêtes militaires de Ramses II. On peu y voir les différentes phases de la bataille de Kadesh (1275 avant JC) qui mit fin à la campagne du pharaon contre les Hittites. Le pronaos donnent accès à huit pièces secondaires qui servaient à entreposer les objets du culte et à accueillir les offrandes. On y voit notamment Ramses II se faisant une offrande ; par cette fresque, il s’inscrit dans le royaume des Divins.

Dans la salle suivante, le vestibule à quatre colonnes est ornée de scènes où l’on voit Ramses II et Néfertari qui apparaissent devant les Dieux et les barques solaires transportant les défunts dans l’autre monde.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

A soixante cinq mètres de l’entrée du temple, on pénètre dans le sanctuaire, petite salle où se dresse la statue de Ramses II divinisé et entouré de trois autres Dieux : Ptah, Amon-Rê et Harmachis. Devant, un piédestal accueillait la barque sacrée. Deux fois par an, les 22 février et 22 octobre, les rayons du soleil levant pénètrent le temple et illuminent trois des quatre statues. Seule Ptah reste dans la pénombre car ce Dieu funéraire règne sur les ténèbres.



Temple d’Hathor

Le petit temple d’Hathor est dédié à Néfertari, épouse royale de Ramses II. La façade comporte six statues de 10 mètres de haut représentant Ramses II et Néfertari à l’image d’Hathor (disque solaire orné de deux plumes et des cornes de la vache). Au pied des souverains sont représentés les princes et les princesses.

Le pronaos comporte six piliers hathoriques sur deux rangées. Au dessous de la tête de Néfertari, l’histoire du couple royal y est gravée. Sur les murs, on retrouve des scènes d’offrande et de guerre.

Trois portes mènent au vestibule et à deux pièces secondaires flanqués de scènes d’offrandes.

Ces pièces précèdent le sanctuaire rendant hommage à Néfertari sous l’aspect d’Hathor.

Informations pratiques :

Comment y aller ?

On rejoint Louxor en compagnie régulière via le Caire.

Pour trouver votre vol au meilleur prix, utilisez notre comparateur de billets d’avion.

Croisière sur le Nil : quelles formules ?

Il existe plusieurs types de croisière pour découvrir les sites archéologiques bordant le Nil. Il y a d’abord les bateaux classiques emportant une petite centaine de passagers. C’est de loin la formule la plus économique. Mieux vaut tabler sur des bateaux 5 étoiles ou 5 étoiles supérieurs pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Il y a également les formules de navigation en felouque. Ce type de croisière est moins polluant et offre des escales plus intimes. Il y a enfin les croisières luxueuses en Dahabiya, les bateaux traditionnels à voile. C’est la version la plus charmante mais aussi la plus onéreuses.


Croisière sur le lac Nasser

La croisière sur le Lac Nasser s’effectue avec seulement 5 bateaux sur le marché français : Nubian Sea, Prince Abbas, Queen of Abu Simbel, Eugénie et Kasr Ibrim. Elle permet de découvrir les sites déplacés de l’Antique Nubie et de clôturer la croisière avec le bateau par le site d’Abou Simbel.

Pour trouver votre croisière au meilleur prix d’internet, utilisez notre comparateur de séjours.

Bibliographie

Sites internet

  • Egyptos : Portail d’informations sur l’Egypte ancienne des Pharaons
  • Office de tourisme Egypte : 90, avenue des Champs-Élysées, 75008 Paris. Au 6e étage. M. : George V ou Franklin-D.-Roosevelt. Tél. : 01-45-62-94-42 ou 43. Courriel : info.fr@egypt.travel. Ouvert du lundi au vendredi de 10 h à 16 h.
Grégory ROHART

Fondateur des blogs www.i-trekkings.net et www.i-voyages.net et www.my-wildlife.com, je blogue Voyage, Roadtrip, Outdoor et Safari. J'encadre aussi des voyages photo sur les thématiques qui me passionnent : voyage, safari et trek.

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap